Rare Classical Music

http : <www.positifs.org/raremusic_classic>

E-mail : raremusic_classic@positifs.org


R C M
index Rare Classical Music => Musiciens, compositeurs, interprètes... => Lettre P
3. MUSICIENS, COMPOSITEURS, INTERPRÈTES... 
P
Index


Thierry Pécou, composition

Pour Thierry Pécou, vivre c’est voyager et voyager c’est écrire ; comme si composer était à la fois se plonger dans un autre univers, prendre possession affective des lieux, et surtout prendre du champ, se marginaliser volontairement par rapport à son milieu culturel quotidien.

Né en 1965 à Boulogne-Billancourt, Thierry Pécou a étudié au CNSM de Paris et s'est nourri de différents séjours qu’il a effectués à travers le monde, lors de tournées avec l’ensemble Ars Antica de Paris où il joue le positif ; puis au Banff Centre for the Arts au Canada entre 1989 et 1993, en Russie dans le cadre du Prix Villa Médicis Hors Les Murs en 1994-1995, en Espagne, à la Casa de Velázquez de 1997 à 1999, et en Amérique Latine où il voyage régulièrement.

En 1998, il fonde Zellig, un ensemble de solistes avec lequel il se produit au piano, menant une recherche originale sur la forme du concert de musique d’aujourd’hui.
Nominé aux Victoires de la Musique en 2005, Il a reçu de nombreux prix : mention à la Tribune Internationale des Compositeurs de l’UNESCO en 1990, Prix Stéphane-Chapelier-Clergue-Gabriel-Marie de la Sacem en 1990, Prix Georges Enesco de la Sacem en 1993, Prix des jeunes compositeurs de la Sacem en 2004, Prix Pierre Cardin de l’Académie des Beaux-Arts en 1996, Prix Nouveau Talent SACD en 1999. En 2004, il est lauréat de la Fondation d’entreprise Banque Populaire.
Ses œuvres sont jouées dans le cadre de saisons de concerts et de festivals renommés (festivals Présences à Radio France, Gaudeamus Music Week à Amsterdam, Automne de Moscou, New Music Concerts Toronto, Foro Internacional de Musica Nueva de Mexico, Festival d’Ambronay, Tampere Choir Festival en Finlande, Bath International Music Festival en Angleterre, Jeux d’Orgues en Yvelines, Octobre en Normandie, Paris de la Musique, etc.).
Thierry Pécou travaille actuellement à un concerto pour le pianiste Alexandre Tharaud et l’Ensemble Orchestral de Paris qui sera créé au Théâtre des Champs Elysées dans le cadre des « Paris de la Musique 2006 » ainsi qu’à une musique pour le film Nanouk l’eskimo de Robert Flaherty, commande de Cinéma muet en concert du Musée du Louvre.

 

© Copyright Festival Classique au Vert, 2006.
Page maintained by Christian Boullangier, Rare Classical Music, juillet 2006.

(index)


Jérôme Pernoo, violoncelle

Né en 1972 à Nantes, Jérôme Pernoo apprend le violoncelle avec Germaine Fleury. Après ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris avec Xavier Gagnepain et Phillippe Muller, il est lauréat du concours Tchaikovsky à Moscou, du concours Rostropovitch à Paris en 1994.
Il remporte le Concours de Pretoria en 1996.
Jérôme Pernoo s'est produit avec la plupart des grands orchestres symphoniques français, ainsi qu'avec le Chamber Orchestra of Europe, l'Orchestre Symphonique de Vienne, l'Orchestre Philharmonique d'Essen, l'Orchestre de la Radio de Francfort et l'Orchestre du Teatro Regio de Turin.

Il côtoie en récital, avec le pianiste Jérôme Ducros, quelques-unes des scènes musicales les plus prestigieuses : le Wigmore Hall à Londres, le Florence Gould Hall à New York ou encore le Théâtre des Champs-Elysées, le Théâtre du Châtelet et la Cité de la Musique à Paris.
En 2005/06, il enregistre pour Deutsche Grammophon le Concerto d'Offenbach, avec les Musiciens du Louvre Grenoble et Marc Minkowski.
Jérôme Pernoo est le créateur et directeur artistique du festival Les vacances de monsieur Haydn à La Roche Posay, dont la première édition a eu lieu en septembre 2005.

 

© Copyright Festival Classique au Vert, 2006.
Page maintained by Christian Boullangier, Rare Classical Music, juillet 2006.

(index)


Ignace Pleyel, facteur d'instruments

1807 - 2007

Bicentenaire des

Un événement initié et orchestré par

Serge Delbouis

restaurateur de pianos anciens à Rodez

et la Mairie d’Onet-le-Château

pendant les

Journées du Patrimoine

15 septembre - 18 septembre 2007

Château d’Onet Village
12850 Onet-le-Château


Exposition de pianos anciens

Exposition de photos anciennes

Aimablement prêtées par

Dominique Gardelle

Restaurateur de pianos à Riom


Conférence

Donnée par
Jean-Jacques Trinques

Auteur de
«  Le piano Pleyel d’un millénaire à l’autre »
Editions L’Harmattan

Conservateur du Musée du Piano de Limoux

Concerts

par des artistes invités à venir jouer
sur les instruments exposés


Une reconversion « européenne » avant l’heure

C’est à l’âge de 53 ans que l’Autrichien Ignace Pleyel (1757-1831) se met à la facture instrumentale,
soucieux d’adapter les pianos alors peu conformes aux exigences des interprètes, après avoir été
élève de Haydn, puis interprète et compositeur respecté.

Il s’installe à Paris en 1795 et y crée une maison d’édition. Il conçoit son premier piano en 1802.
Conscient de ses limites, il s’associe à Charles Lemme, en 1805. Un seul piano marque cette collaboration
durant l’année 1807, au cours de laquelle Pleyel dépose son brevet. L’association cesse dès 1808 et Pleyel
recrute des ouvriers originaires de différents pays d’Europe, afin de construire des pianos et des harpes,
devenant ainsi le rival de Erhart. Il parvient à être le fournisseur de l’impératrice Joséphine et des cours
européennes. Sa nouvelle notoriété lui permet d’exporter ses pianos dans le monde entier. Autodidacte,
il s’entoure constamment de musiciens et de compositeurs, afin de parfaire ses connaissances. Cependant,
son activité stagne jusqu’en 1825, date à laquelle son fils Camille Pleyel (1788-1855) lui succède.

Âge d’Or, où  art et commerce vont « de concert »…

Camille, excellent pianiste, – qui allie une maîtrise en matière de facture instrumentale, acquise dès son jeune âge, à son sens de la musique,– remporte la médaille d’or de l’exposition de 1829. Il s’associe avec Karlkrenner et, en quelques années, fait exploser la production de l’entreprise de manière spectaculaire.

Soucieux, comme son père, de modeler les pianos selon les exigences des interprètes, il inaugure les salons de musique où il invite à se produire de remarquables jeunes virtuoses. C’est ainsi qu’il se lie avec Litz,Ravel, Stravinsky, Saint-Saens…

Mais c’est surtout le pianiste et compositeur Frédéric Chopin qui va apporter la gloire à Camille en donnant
en 1832 son premier concert public sur un piano carré unicorde de marque Pleyel, dans une salle prévue
désormais pour les représentations. Chopin rapporte que Camille avait fait garnir l’escalier de fleurs pour
l’encourager à jouer. Amitié à la fois sincère et intéressée… Camille, qui publie certaines de ses œuvres,
accompagne Frédéric à Londres pour le consoler d’un chagrin d’amour. Mais Chopin prend des commissions
sur les instruments qu’il recommande au Tout-Paris dont il est l’un des professeurs de piano favori.

Apogée d’un savoir-faire incontestable

Dans les années qui suivent, les pianos Pleyel se distinguent par la beauté des ébénisteries, le soin apporté aux finitions...

la variété des astuces techniques,
la puissance des mécaniques…

 

 

En 1834, les ateliers dissociés se réunissent rue Rochechouart,
et Camille obtient une seconde médaille d’or, portant la facture
instrumentale française à son apogée. À sa mort, en 1855, sa fille
Louise s’associe avec Auguste Wolf.

L’entreprise connaît une période de grande notoriété entre les années
1900 et 1940.

 

C’est au cours de cette époque qu’un autre
successeur, Gustave Lyon, ouvre les portes
de la Salle Pleyel, où se perpétue la tradition
alliant facture de pianos et  art pianistique.

L’entreprise perdurera jusque dans
les années 1960.

© Copyright Claude Clément, 2007.
Page maintained by Christian Boullangier, Rare Classical Music, juillet 2007.

(index)


Michel Portal, clarinette

Michel Portal est un musicien aux multiples facettes : clarinettiste classique, il obtient les premiers prix de clarinette du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en 1959, du Concours International de Genève et du Jubilé Suisse en 1963, et le Grand Prix National de la Musique en 1983.

Il se passionne également pour la musique contemporaine, qu'il s'attache à défendre depuis le tout début de sa carrière. Il a travaillé avec Kagel, Stockhausen, Berio, Boulez et Globokar et participé à de multiples concerts avec l'Ensemble "Musique Vivante" de Diego Masson. Passionné par le jazz, il s'entoure des meilleurs musiciens européens : Texier, Humair, Solal, Jenny-Clark... et crée le Portal Unit.
Refusant depuis toujours que la musique se fige, il laisse courir son imagination et sa fantaisie dans l'improvisation, où il abandonne parfois la clarinette pour le bandonéon ou le saxophone.
Ses partenaires américains sont Jack Dejohnette, Mino Cinelu, Charlie Haden...
Michel Portal compose avec succès des musiques de film. 
Il a obtenu trois Césars pour "Le Retour de Martin Guerre", "Les Cavaliers de l'Orage" et "Champ d'Honneur". En 1990 et en 1995, il reçoit un Sept d'Or pour la meilleure musique de film télévisé.
En novembre 2005, il reçoit le Prix in Honorem de l’Académie Charles Cros pour l’ensemble de sa carrière et en février 2006, une Victoire d’Honneur lors de la cérémonie des Victoires de la Musique Classique à Strasbourg.

 

© Copyright Festival Classique au Vert, 2006.
Page maintained by Christian Boullangier, Rare Classical Music, juillet 2006.

(index)


Jean-Pascal Post, clarinette

Né à Poissy, France, en 1961, diplômé du CNSM de Paris (1er prix de clarinette, premier prix de musique de chambre et 3ème cycle de musique de chambre), Jean-Pascal POST a débuté à 18 ans sa carrière musicale comme soliste de l'Orchestre Pasdeloup.

En 1985, choisi par Marek Janowski, il devient soliste de l'Orchestre Philharmonique de Radio France et en fait partie depuis lors.

Invité par de nombreuses scènes tant nationales qu'internationales (Opéra de Paris, London Royal Philarmonic Orchestra, Orchestre National de France, etc.), Jean-Pascal POST a également interprété en soliste, sous de prestigieuses directions, les œuvres de Mozart, Weber, Rossini au Théâtre des Champs Elysées, Pleyel, Gaveau. Il a été invité à participer à de nombreux festivals (Fêtes romantiques de Nohant, Festival de Saint Riquier, Festival Présence de Radio France, Muséades de Vixouze en Carlades, Fêtes musicales de Corbigny [avec l’orchestre de la Garde Républicaine], Musicales d’Oppède le vieux, Théâtre du Chatelet, Concerts de Jeanine Roze, retransmis sur les radios et télévisions nationales).
Très attiré par la musique de chambre, Jean-Pascal POST fait partie de l'ensemble "Les Pléiades" et a enregistré des œuvres majeures de ce répertoire. Il joue également avec le Quatuor à cordes de l’Opéra de Paris, Georges Pludermacher, Jean-Pierre Wallez.

 

© Copyright Festival Classique au Vert, 2006.
Page maintained by Christian Boullangier, Rare Classical Music, juillet 2006.

(retour index)




Haut de page


Page maintained by Christian Boullangier, Rare Classical Music, juillet 2006.
mise à jour en juillet 2007.