Rare Classical Music

http : <www.positifs.org/raremusic_classic>

E-mail : raremusic_classic@positifs.org


R C M
index Rare Classical Music => Musiciens, compositeurs, interprètes... => Lettre M
3. MUSICIENS, COMPOSITEURS, INTERPRÈTES... 
M
Index


Jean-Claude Malgoire, direction

Il commence ses études musicales en Avignon, sa ville natale. Premier prix de hautbois et de musique de chambre du Conservatoire de Paris. À l'âge de vingt ans, il entame une brillante carrière d'instrumentiste, couronnée en 1968 par le premier prix du Concours international de Genève.
Vivement intéressé par l'interprétation de la musique actuelle, il enregistre un disque récital comprenant des œuvres de Holliger, Castiglioni, Shinohara... En 1972, il est choisi par Bruno Maderna comme soliste de l'Ensemble Européen de Musique contemporaine (2E2M). Remarqué par Charles Münch, il est nommé cor anglais soliste de l'Orchestre de Paris. On l'entend dans les grands orchestres symphoniques, dirigés notamment par Seiji Ozawa ou Herbert Von Karajan. A sa carrière internationale d'interprète s'ajoutent celles de chef d'orchestre et de musicologue. En 1975, ses premiers enregistrements d'oeuvres lyriques lui ouvrent les portes des grandes maisons d'opéra européennes : Copenhague, Stockholm, Londres (Covent Garden), Paris (Opéra Garnier), Karlsruhe, Palerme, Madrid (Opéra Royal).

Dans le même temps, il poursuit ses enregistrements chez CBS/Sony et Auvidis : plus de 140 disques, dont beaucoup de premières mondiales (Rinaldo de Haendel, Alceste de Lully...) et une Victoire de la Musique pour Montezuma de Vivaldi, en 1992. Il réalise l'essentiel de ce travail avec l'orchestre de la Grande Écurie et la Chambre du Roy, fondé en 1966 ; ensemble, ils ont donné plus de 2 000 concerts dans le monde entier.
À la tête de l'Atelier Lyrique de Tourcoing depuis 1981, il dirige des productions d'opéras récompensées deux fois par le Prix du meilleur spectacle lyrique de l'année (Le Couronnement de Poppée de Monteverdi en 1983 et la trilogie Mozart/Da Ponte : Les Noces de Figaro, Don Giovanni, Cosi fan tutte en 1995).
Outre un intérêt particulier pour la musique des XVIIe et XVIIIe siècles, Jean-Claude Malgoire est l'un des seuls artistes vivants à explorer un répertoire s'étendant du XIe siècle au XXe siècle, qu'il fait entendre sur les cinq continents. En Europe, il a été notamment invité à diriger l'Orchestre National de France, l'Orchestre National de Lille, l'Orchestre de Paris, l'Orchestre National d'Ile de France, les Orchestres philharmoniques de Dresde et de Cracovie, l'Orchestre de Grenade...

 

© Copyright Festival Classique au Vert, 2006.
Page maintained by Christian Boullangier, Rare Classical Music, juillet 2006.

(index)


Sophie Marin-Degor, soprano

Ancienne élève et soliste à la Maîtrise de Radio-France et suivie depuis par Nicole Fallien, Sophie Marin-Degor se consacre parallèlement à la musique, à l’art dramatique et à la danse. Elle débute adolescente au théâtre, dans l’opéra contemporain, et travaille pendant deux ans à la Comédie Française.
Avec Jean-Claude Malgoire, elle aborde des rôles dans les répertoires de l’oratorio et l’opéra baroques, et particulièrement ceux des opéras de Mozart. Ainsi elle interprète Bastienne, Servilia, Papagena, Barberina puis Zerlina, Despina, Suzanna au théâtre des Champs, Pamina puis Donna Anna au Grand Théâtre de Tours (2000 et 2004), enfin elle est la Comtesse en 2002 à l’Opéra de Saint-Etienne.
Elle est invitée à l’Esplanade de Saint-Etienne pour la création Marianne d’E.Lacan et au festival de Styriarte pour Wanda dans La grande duchesse de Gérolstein dirigée par N. Harnoncourt, rôle qu’elle interprète depuis à l’opéra de Strasbourg puis à Nice en 2005. En 2005-2006, elle chante Blanche du Dialogue des carmélites, puis Donna Anna de la Veuve Joyeuse à l'0péra Comique.

 

© Copyright Festival Classique au Vert, 2006.
Page maintained by Christian Boullangier, Rare Classical Music, juillet 2006.

(index)


Enrique Mazzola, chef d'orchestre

Né à Barcelone dans une famille de musiciens, Enrique Mazzola commence très jeune l’apprentissage du violon et du piano avant d’étudier la direction d’orchestre auprès de Daniele Gatti, et la composition auprès d’Azio Corghi, au Conservatoire Giuseppe Verdi de Milan.

Chef de concert et d’opéra, Enrique Mazzola collabore régulièrement avec les principaux orchestres (Orchestre de Paris, Orchestre national de France, Orchestra dell’Accademia Nazionale di Santa Cecilia, l’Orchestre de la RAI de Turin, les orchestres philharmoniques de Tokyo, de la Radio de Hanovre, de Monte-Carlo, l’Orchestre national de Russie, l’Orchestre de la Radio Suisse-Italienne…), ainsi qu’avec les principaux théâtres (Scala de Milan, Théâtre des Champs-Élysées, Staatstheater de Stuttgart, Teatro del Maggio Musicale de Florence, Teatro Regio de Turin…).

Depuis 1997, Enrique Mazzola est invité régulièrement par les principaux festivals européens : Aix-en-Provence (pour une nouvelle production de Falstaff), Festival de Radio-France et Montpellier (Il re Teodoro de Paisiello / Henze), Rossini Opera Festival, Biennale di Venezia, Wexford Opera Festival, Wiesbaden Maifestspiele, Festival de Granada, Buxton Festival…
Interprète apprécié de la musique contemporaine, Enrique Mazzola a dirigé les créations mondiales d’Il Processo d’Alberto Colla (Teatro alla Scala de Milan) en 2001, d’Isabella d’Azio Corghi qui marqua ses débuts au Festival Rossini de Pesaro en 1998. 
Depuis 2001, Enrique Mazzola est l’invité d’importantes scènes lyriques et ce toujours pour de nouvelles productions : Falstaff au Théâtre des Champs-Élysées, Luisa Miller et Don Giovanni au Grand Théâtre de Bordeaux, Una cosa rara de Vicente Martin y Soler, I pazzi per progetto et Le convenienze teatrali de Donizetti au Staastheater de Stuttgart, L’Enlèvement au Sérail à l’Opéra de Nancy, I Capuleti e i Montecchi et La Traviata au Staatsoper de Hanovre (dans leurs nouvelles éditions critiques), La Vedova Scaltra à l’Opéra national de Montpellier et de nouveau La Traviata à l’Opéra d’Oslo.

 

© Copyright Festival Classique au Vert, 2006.
Page maintained by Christian Boullangier, Rare Classical Music, juillet 2006.

(index)


Renaud Muzzolini, percussions

Renaud Muzzolini est originaire de Nice. Fils de violoniste, il commence le violon à l’âge de cinq ans, puis s’intéresse à la percussion à l’âge de dix ans. Il intègre en 1989 la classe de Jacques Carré au Conservatoire national de région de Nice où il obtient un premier prix en 1993. Titulaire du baccalauréat musical en 1992, il poursuit parallèlement ses études de percussion pendant quatre années, dans la classe de Francis Brana à l’École nationale de musique de Créteil.

Durant ses années d’études, il se joint en tant que musicien supplémentaire à l’Orchestre philharmonique de Nice, à l’Orchestre Région Provence Alpes Côte d’Azur de Cannes, à l’Orchestre philharmonique de Monte Carlo, à l’Orchestre national de France.
En 1996, il est admis premier, nommé à l’unanimité, dans la classe de percussion de Jacques Delécluse au Conservatoire national supérieur de Paris. Cette même année, il rejoint l’Orchestre français des Jeunes, que dirige alors Marek Janowski. En 2000, il obtient son prix de percussion au CNSMDP et devient membre de l’Orchestre philharmonique de Radio France.

 

© Copyright Festival Classique au Vert, 2006.
Page maintained by Christian Boullangier, Rare Classical Music, juillet 2006.

(retour index)




Haut de page


Page maintained by Christian Boullangier, Rare Classical Music, juillet 2006.