Rare Classical Music


http : <www.positifs.org/raremusic_classic>

E-mail : raremusic_classic@positifs.org


R C M


index Rare Classical Music => Concerts => Festivals 2007
  11. Concerts.
Saison 2006-07

Festivals 2007


www.festivalradiofrancemontpellier.com/


Affiche

DATES ET HORAIRES DE DIFFUSION DES CONCERTS SUR RADIO FRANCE

Mercredi 11 juillet 2007

12h30 : à la Salle Pasteur / Le Corum

18h : à la Salle Pasteur /
Le Corum

20h : à l'Opéra Berlioz / Le Corum
 

22h : Murviel lès Montpellier,
Esplanade des Platanes

22h : St Brès, Le Pradet

22hAmphithéâtre d'O
 

 

Plamena Mangova

XVIII - 21 le Baroque Nomade
 

Carmina Burana – Carl Orff –
Deutsche Oper Berlin

Maurice El Medioni
 

Lama Gyurme et Jean-Philippe Ryckiel

Le trio du pianiste Philippe Duchemin
"Hommage à Oscar Peterson"

Jeudi 12 juillet 2007

13h30 : à la Salle Pasteur / Le Corum

18h : à la Salle Pasteur /
Le Corum

20h : à l'Opéra Berlioz / Le Corum
 

22h : Le Crès, Site du Lac

22h : St Drézéry, Le Parc du Château

22h : Amphithéâtre d'O
 

 

David Trio

Alexander Bouzlov et Alexander Ghindin
 

Germania – Alberto Franchetti –
Deutsche Oper Berlin

Maurice El Medioni

Lama Gyurme et Jean-Philippe Ryckiel

François Chassagnite Quartet
"Hommage à Chet Baker"

Vendredi 13 juillet 2007

12h30 : à la Salle Pasteur / Le Corum

18h : à la Salle Pasteur / Le Corum

20h : à l'Opéra Berlioz / Le Corum

22h : Amphithéâtre d'O

Samedi 14 juillet 2007

12h30 : à la Salle Pasteur / Le Corum

18h : à la Salle Pasteur / Le Corum

20h : à l'Opéra Berlioz / Le Corum

Dimanche 15 juillet 2007

19h : Pignan, Parc Château de Turenne

21h : à la Plage du Souleil
Villeneuve les Maguelone

22h : Clapiers, Parc Municipal

 

Mari Boine

Simian Mobile Disco –
Danton Eeprom et DJ's Le Mouv'

Avion Travel

Lundi 16 juillet 2007

12h30 : à la Salle Pasteur / Le Corum

18h : à la Salle Pasteur /
Le Corum 

20h : à l'Opéra Berlioz / Le Corum

22h : Cournonterral, Vigne du Parc

22h : Castries, Domaine Fondespierres

22h : Amphithéâtre d'O

 

So-Ock Kim – Alexei Grynyuk

Les Grandes Transcriptions –
Jean-Louis Haguenauer et Jeff Cohen

Il Duca d'Alba – Gaetano Donizetti

Avion Travel

Mari Boine

Christophe Monniot – Quatuor de saxophones Arcanes

Mardi 17 juillet 2007

12h30 : à la Salle Pasteur / Le Corum

18h : à la Salle Pasteur /
Le Corum

19h30 : Domaine d'O

20h : à l'Opéra Berlioz / Le Corum

22h : Baillarques, Les Arènes

 

Quatuor Vocce – Ryszard Groblewski

Les Grandes Transcriptions –
Henri Barda et Georges Pludermacher

Ozma Henri Donnadieu Quartet

Récital Evgeny Kissin

 Avion Travel

Mercredi 18 juillet 2007

12h30 : à la Salle Pasteur / Le Corum

18h : à la Salle Pasteur / Le Corum
 

19h : Montaud, Place de l'Église

19h30 : Domaine d'O
 

20h : à l'Opéra Berlioz / Le Corum
 

22h : Laverune,
Château des Évêques

 

Gabrielle Philiponet et Philippe Riga

Les Grandes Transcriptions – Duo Isabelle et
Florence Lafitte

Quatuor voce

Serge Lazarevitch et Joël Allouche Quintet
Strombolo Combo

Orchestre Opéra de Lyon
Kazushi Ono et Nicolaï Luganski

Chœur de la Radio Lettone
 

Jeudi 19 juillet 2007

12h30 : à la Salle Pasteur / Le Corum

18h : à la Salle Pasteur /
Le Corum

19h : Fabrègues, Bord du Coulazou

19h30 : Domaine d'O

20h : à l'Opéra Berlioz / Le Corum

21h : Soirée du Pont du Gard

22h Sussargues, Carrière Font d'Armand

 

Andrei Korobeinikov

Evgeny Kissin et Gérard Depardieu
 

Dobé Gnahoré

Pierre de Bethmann Septet New Incidence

Récital Aldo Ciccolini

Miss Kittin, The Hacker, DJ Hell, Arnaud Rebotini

Yusa 

Vendredi 20 juillet 2007

12h30 : à la Salle Pasteur / Le Corum

18hà la Salle Pasteur /
Le Corum

19hSaussan, Cour de l'École Primaire

19h30 : Domaine d'O

20h : à l'Opéra Comédie

22h : Restinclières, Espace Fêtes

 

François Guerrier

Les Grandes Transcriptions – Michel Dalberto
 

Yusa

Dan Tepfer Jazz d'ici et d'ailleurs

Don Giovanni – Wolfgang Amadeus Mozart

Dobet Gnahoré

Samedi 21 juillet 2007

12h30 : à la Salle Pasteur / Le Corum

18hà la Salle Pasteur /
Le Corum 

19h30 : Domaine d'O

20h : à l'Opéra Berlioz /
Le Corum 

22h : Restinclières, Espace Fêtes

22h : St Georges d'Orques,
Parc Hippolyte Courty (Lapaque)

 

Jérémy Jouve

Les Grandes Transcriptions – Jean Efflam Bavouzet
et Frédéric Chiu

François Dumont d'Ayot Trio Eliasse

Soirée Francis Ford Coppola –
Orchestre National de Montpellier

Dobet Gnahoré

Yusa
 

Dimanche 22 juillet 2007

20h : à l'Opéra Comédie

22h : Villeneuve lès Maguelone,
Maison de retraite

22h : Montferrier sur Lez, Les Terrasses

 

Don Giovanni – Wolfgang Amadeus Mozart

Cyril Guillotin
 

Ensemble Wien-Tokyo

Lundi 23 juillet 2007

12h30 : à la Salle Pasteur / Le Corum

18hà la Salle Pasteur / Le Corum

19h : Place Dionysos

19h30 : Domaine d'O
 

20h : à l'Opéra Berlioz / Le Corum
 

22h : Castelneau le Lez,
Parc Montplaisir

22h : Montpellier, Cour des Ursulines

22h : Grabels, Place de la Fontaine

 

Cyril Guillotin

Musique électro-acoustique du GRM Live eletronic

Poni Hoax (live) et Joakin (dj set)

Quartet Marc-Michel Le Bevillon
Mamdouh Bahri Trio

Orchestre de chambre de Bâle – Giovanni Antonini – Katia et Marielle Labèque

Chœur de la radio Lettone
 

Tinariwen

Pura Fè

Mardi 24 juillet 2007

12h30 : à la Salle Pasteur / Le Corum

18hà la Salle Pasteur / Le Corum

19h : Place Dionysos

19h30 : Domaine d'O

20h : à l'Opéra Comédie

22h : Jacou, Parc de Bocaud

22h : Lattes, Parc F. Biquet

 

Pavel Šporcl, et Petr Jirikovsky

Musique électro-acoustique du GRM Akousma

Teenage Bad Girl (live) et Head-Man (dj set)

Ronnie Lynn Paterson et Didier LassèreSAFI

Europa Galante – Fabio Biondi

Tinariwen

Pura Fè

Mercredi 25 juillet 2007

12h30 : à la Salle Pasteur / Le Corum

18hà la Salle Pasteur / Le Corum

19h : Place Dionysos

19h30 : Domaine d'O

20h : à l'Opéra Berlioz / Le Corum
 

22h : Cournonsec, Esplanade
Briou-Garenne

22h : Juvignac, Parc Fontcaude

 

Claire Oppert et Roustem Saitkoulov

Musique électro-acoustique du GRM Electronic

Erol Alkan (dj set)

Pierre Christophe Trio Jean-Michel Cabrol Quartet

Orchestre National de Montpellier
Chœur de la Radio Lettone – Friedemann Laver

Tinariwen
 

Pura Fè

Jeudi 26 juillet 2007

12h30 : à la Salle Pasteur / Le Corum

18hà la Salle Pasteur / Le Corum
 

19h : Place Dionysos

19h30 : Domaine d'O

20h : à l'Opéra Comédie

22h : Pérols, Place de la Mairie

22h : St Géniès des Mourgues,
Place de la Mairie

Vendredi 27 juillet 2007

12h30 : à la Salle Pasteur / Le Corum

18hà la Salle Pasteur / Le Corum

19h : Place Dionysos

19h30 : Domaine d'O

20h : à l'Opéra Berlioz / Le Corum
 

22h : Beaulieu, Les Carrières

22h : St Jean de Védas, Place Puit de Gaud

 

Quatuor Parker

Musique électro-acoustique du GRM Concert vidéo

Klanguage (live) et Di Morpheus (dj set)

Trio Norbert Lucarain Mauvais Genre

Orchestre Philharmonique de Radio France
Mikko Franck – Nelson Freire

Ensemble Kobe

Trio à cordes

Samedi 28 juillet 2007

12h30 : à la Salle Pasteur / Le Corum

18hà l'Opéra Berlioz /
Le Corum

 

Youssif Ivanov et Milos Popovic

Bacchanale – Soirée de Clôture
 

index

Festival de Radio-France Montpellier – Languedoc-Roussillon

Soirées opéras et récitals

Opéra Berlioz / Le Corum
Esplanade Charles de Gaulle
34000 Montpellier

Tel : 04 67 61 67 61


Mercredi 11 juillet 2007 à 20h

Carmina Burana
Carl Orff
cantate pour solistes, chœur, chœur d'enfants et orchestre (1935-1936)

version scénique

Chœur et Orchestre du Deutsche Oper Berlin, Chœur d'enfants Opera Junior

Tomàs Netopil, direction ; Ditte Andersen, soprano ; Markus Brück, baryton ; Jörg Schörner, ténor ; Beate Vollack, danseur : Der Mensch

Silke Sens : Die Tödin
Susanne Morgenroth : Akrobaten
Marco Ketel : Ein Body

Götz Friedrich, mise en scène ; Marc Bogaerts, chorégraphie ; Ulrich Paetzholdt, chef de chœur

Une production du Deutsche Oper Berlin
Avec le soutien du Conseil Régional Languedoc-Roussillon

À partir d’une anthologie médiévale qui, sous le titre Carmina Burana, rassemble plus de deux cents poèmes aux sources à la fois profane et religieuse, Carl Orff se singularise au cours des années trente, en réalisant une orchestration moderne. Touché « par le rythme entraînant et le caractère imagé des poèmes, comme par la musicalité riche en voyelles et la concision unique de la langue latine », le compositeur se situe dans une veine archaïsante et folklorique, comme ses contemporains Béla Bartók et Igor Stravinski. Co-fondant en 1924 l’École Günther de gymnastique, danse et musique, Orff recherchait déjà pour la scène la fusion de la musique, du verbe et du geste. D’autant plus qu’à l’orchestre traditionnel, aux trois chanteurs solistes et au chœur, s’ajoutent deux pianistes et cinq percussionnistes qui martèlent avec encore plus d’insistance le rythme vigoureux et implacable de ces Carmina Burana, dans une réalisation grandiose du metteur en scène Götz Friedrich.

index

Jeudi 12 juillet 2007 à 20h

GERMANIA
Alberto FRANCHETTI
Opéra en 1 prologue, 2 actes et 1 épilogue (1902). Livret de Luigi Illica

version concert
création en France

Chœur et Orchestre du Deutsche Oper Berlin

Renato Palumbo, direction ; Ulrich Paetzholdt, chef de chœur

Guillaume Antoine, baryton-basse : Giovanni Filippo Palm
Carlo Ventre, ténor : Federico Loewe
Silvio Zanon, baryton : Carlo Worms
Markus Brück, baryton : Crisogogno
Manuela Uhl, soprano : Ricke
Sarah van der Kemp, mezzo-soprano : Jane
Ceri Williams, mezzo-soprano : Lene Armuth
Jacquelyn Wagner, mezzo-soprano : Jebbel
Ditte Andersen, soprano : Il Giovane Jebbel
Ante Jerkunica, basse : Il Pastore protestante Stapps
Ceri Williams, mezzo-soprano : La Signora Hedvige
Hyung-Wook Lee, basse : Il Capo della polizia tedesca
Ceri Williams, mezzo-soprano : Una donna

Une production du Deutsche Oper Berlin

Avec un titre pareil, on imagine un ouvrage à la gloire de la nation allemande… Eh bien non, car avec Alberto Franchetti (1860-1942), qui vit la création de son ouvrage à la Scala de Milan en 1902, il s’agit avant tout d’exalter à travers l’Histoire, les sentiments nobles, la lutte politique, l’amitié, l’amour… et bien sûr la fidélité à son pays ; d’autant plus que l’oppresseur est ici… Napoléon ! Basé sur un mélodrame écrit par Luigi Illica, plus connu comme librettiste de Puccini, Germania, en un prologue, deux actes et un épilogue, se situe dans une veine post-romantique avec ses accents véristes, tout comme son Christophe Colomb, remis au goût du jour par le Festival de Radio France et Montpellier et le Metropolitan Opera de New York, en 1992, à l’occasion du 500e anniversaire de la découverte de l’Amérique. Ce « grand opéra » n’avait pas été repris en Allemagne depuis sa création ; grâce au Deutsche Oper, les Berlinois ont pu le redécouvrir au début de l’année. C’est cette même production que le Festival de Radio France et Montpellier, fidèle à sa tradition de programmation d’ouvrages méconnus, est fier de présenter dans son opulence vocale et orchestrale.

index


Vendredi 13 juillet 2007 à 20h

Fazil Say, piano
Patricia Kopatchinskaya, violon

Fazil Say
Sonate pour violon et piano (création)

Ludwig van Beethoven
Sonate pour piano n° 17 opus 31 n°2 "La Tempête"
Sonate pour violon et piano n° 9 en la Majeur opus 47 "A Kreutzer "

Avec l’aide de la Société Générale

Artiste complet — pianiste, compositeur, improvisateur, arrangeur… —, Fazil Say est un fidèle du Festival, depuis ses premiers concerts publics à Montpellier et Menton, en 1995. Au concert comme au disque, interprète zélé de Mozart, Beethoven, Bach, Stravinski, Rachmaninov, Gershwin et Haydn (son dernier disque), Fazil pratique également le jazz et l’improvisation avec son compatriote Kudsi Ergüner au sein d’un quartet, tout en composant pour l’orchestre et son instrument des partitions hautement inspirées, ce qui n’est pas si fréquent en matière de musique contemporaine… Les faveurs du public qui a accueilli récemment son oratorio Nazim, dans sa ville natale à Ankara (Turquie), son 4e Concerto pour piano, à Lucerne en 2005, ou son ballet Patara d’après Mozart (commande du Wien Mozart Festival, en 2006), ne doivent pas occulter la carrière aujourd’hui internationale de l’interprète. Montpellier reçoit dignement cet étonnant funambule du piano pour des Beethoven, seul (Sonate n°17 « La Tempête ») et en duo avec sa nouvelle partenaire, la jeune violoniste Patricia Kopatchinskaya (Sonate n° 9 « Kreutzer ») — à apprécier également dans son unique Sonate pour violon et piano.

index


Samedi 14 juillet 2007 à 20h

Orchestre National de France
Kurt Masur, direction

Richard Wagner
Les Maîtres chanteurs de Nüremberg, ouverture en ut Majeur
Tannhäuser, ouverture en mi Majeur

Anton Bruckner
Symphonie n° 7 en mi Majeur

À la tête de son orchestre, l’Orchestre National de France, Kurt Masur revient sur l’un de ses compositeurs fétiches, Anton Bruckner. Après Leipzig, avec le Gewandhaus, et New York avec l’Orchestre Philharmonique, c’est désormais avec le National que le chef allemand déploie ses interprétations brucknériennes les plus accomplies. Déjà en 2003, avec la 3e Symphonie, chef et orchestre faisaient sensation dans le saint des saints, en la collégiale de Saint-Florian, lors de la Brucknerfest de Linz — là même où le compositeur officiait un siècle plus tôt.

En conclusion de sa 5e saison à la tête du National, Kurt Masur, qui fête cette année son 80ème anniversaire, offre à Montpellier la 7e, l’une des symphonies les plus grandioses de son auteur, qu’il redonne deux jours plus tard aux Prom’s de Londres. La plus lumineuse, et peut-être la plus accessible de toutes les symphonies de Bruckner s’équilibre entre l’envolée lyrique intense du 1er mouvement et un Final joyeux et énergique. Entre les deux, l’émotion chaleureuse de l’Adagio et l’élégant balancement du Scherzo, comme une planète éclatante tourbillonnant dans les ténèbres. Bon anniversaire Monsieur Masur !

index


Lundi 16 juillet 2007 à 20h

Il Duca d’Alba
Gaetano Donizetti

Opéra en 4 actes (1839) (1882)
Révision Matteo Salvi
Livret de Eugène Scribe et Charles Duveyrier. 1ère représentation : Teatro Apollo, Rome – 22 mars 1882

version concert création

Inva Mula, soprano : Amelia d’Egmont
Franck Ferrari, baryton : Il Duca d’Alba
Arturo Chacón-Cruz, ténor : Marcello di Bruges
Francesco Ellero d’Artegna, basse : Sandoval
Mauro Corna, basse : Daniele
Nikola Todorovitch, ténor : Carlo
Karlis Rutentals, ténor : Un tavernier

Orchestre National de Montpellier LR
Chœur de la Radio Lettone

Enrique Mazzola, direction ; Sigvards Klava, chef de chœur ; Jory Vinikour, chef de chant

Avec l’aide de la Caisse d’Epargne Languedoc-Roussillon

Destiné à servir de carte de visite à Donizetti, à son arrivée à Paris en 1838, mais abandonné après la composition de deux actes, Le Duc d’Albe, basé sur un livret prometteur d’Eugène Scribe et de Charles Duveyrier, n’a été achevé que quarante-quatre ans plus tard, trente-quatre ans après la mort du compositeur. Un de ses élèves, Matteo Salvi, parvient alors à réunir des esquisses et des écrits préparatoires pour les sections manquantes des deux derniers actes ; pour combler le vide laissé par le célèbre air de ténor « Ange si pur » (« Spirto gentil ») – retiré du manuscrit par Donizetti pour être réutilisé dans La Favorite –, Matteo Salvi introduit un air séduisant, « Angelo casto e bel », complétant le tout par plusieurs pages de sa propre plume. Le résultat est surprenant, faisant moins penser à un fantôme qu’à une réincarnation de l’oeuvre originale, où le « Spirto gentil » du maître est omniprésent. Enfin monté à Rome en 1882, dans une traduction italienne d’Angelo Zanardini, Il Duca d’Alba y remporte un triomphe, ainsi que dans plusieurs autres villes, mais, trop tôt passé de mode, devra attendre 1952 pour être redécouvert.

Plusieurs fois mis en scène depuis, mais presque toujours mutilé, réduit à trois actes, ce grand opéra en quatre actes sera repris à Montpellier dans une version digne des intentions premières du compositeur.

Alexander Weatherson

index


Mardi 17 juillet 2007 à 20h

Evgeny Kissin, piano
Récital

Franz Schubert
Sonate n° 22 en mi bémol Majeur opus 122 D 568

Ludwig van Beethoven
Trente-deux variations sur un thème original en ut mineur WoO 80

Johannes Brahms
Klavierstücke opus 118

Frédéric Chopin
Andante spianato et Grande Polonaise brillante opus 22

Avec le soutien du Conseil Général de l’Hérault

Enfant prodige, révélé par ses premiers disques moscovites à l’âge de douze ans (Concertos 1 & 2 de Chopin), Evgeny Kissin n’a cessé d’enflammer depuis les foules, de l’Europe au Japon, en passant par les États-Unis. Chopin, son dieu, mais aussi la totalité du répertoire, sans oublier ses compatriotes Moussorgski, Medtner, Rachmaninov ou Scriabine, n’ont plus de secrets pour lui.

Interprète privilégié des oeuvres romantiques, il en est le plus attentionné, le plus respectueux, par son jeu si naturel — à l’opposé des acrobaties et des pauses forcées de bien des pianistes de sa génération… Une fois encore, à Montpellier, ce musicien apollinien magnifie le lyrisme versatile et exubérant de ses préférés : Schubert (Sonate n°22), Beethoven (32 Variations WoO 80), Brahms (Klavierstücke op. 118) et Chopin, bien sûr (!) avec le magnifique Andante spianato et Grande Polonaise.

index


Mercredi 18 juillet 2007 à 20h

Orchestre de l’Opéra de Lyon
Kazushi Ono,
direction
Nikolaï Lugansky, piano

Igor Stravinski
Apollon Musagète, ballet en 2 tableaux pour orchestre à cordes

Wolfgang Amadeus Mozart
Concerto pour piano et orchestre n° 21 en ut Majeur KV 467

Hugo Wolf
Penthesilea, poème symphonique d’après Heinrich von Kleist

Avec l’aide d’Ernst & Young

Passé l’exubérance des années dix de L’Oiseau de feu, le ballet Apollon Musagète, quelque vingt ans plus tard, sur une chorégraphie de Balanchine, se veut libéré de tout folklore. Au coloris instrumental, Stravinski substitue l’exaltation du contraste des volumes sonores de toute la palette des cordes, pour un style hiératique et majestueux.

D’une élégance aussi souveraine, le Concerto pour piano n° 21 de Mozart délivre un message de paix qui culmine dans la méditation nocturne de son second mouvement : un Andante, où toute la grâce mozartienne est confiée à l’un des princes du piano d’aujourd’hui : le russe Nikolaï Lugansky.

Grâce au chef d’orchestre Kazushi Ono et l’Orchestre de l’Opéra de Lyon, ce concert se clôt sur une rareté, Penthésilée, l’unique poème symphonique d’Hugo Wolf — partition volcanique, hallucinante, dotée d’une orchestration riche et inventive qui annonce les grandes fresques symphoniques de son ami Gustav Mahler.

index


Jeudi 19 juillet 2007 à 20h

Aldo Ciccolini, piano
Récital

Robert Schumann
Scènes d’enfants opus 15
Phantasiestücke opus 111
Carnaval de Vienne opus 26
Sonate n° 3 en fa mineur opus 14

Musicien généreux, Aldo Ciccolini revient à Montpellier pour de nouvelles master-classes attentionnées, à partager en compagnie d’élèves triés sur le volet. N’oublions jamais qu’à une époque où ses confrères jouaient quasiment tous le même répertoire, avec lui, au contraire, il s’agissait de découvrir les talents cachés d’Alkan, Déodat de Séverac, Satie, Busoni, Granados, Castelnuovo-Tedesco, Massenet, Chabrier, Albéniz… Mais Ravel, Debussy, Liszt, Schubert, Beethoven, Schumann ou Janacek n’étaient pas pour autant négligés, bien au contraire… Au-delà des modes, fidèle à la musique comme si c’était un sacerdoce — qui d’autre que lui, l’an passé, pouvait s’engager avec une telle fougue dans le Concerto pour piano Canti della stagione alta de Pizzetti ? —, Aldo Ciccolini célèbre cette année le génie romantique de Schumann, grâce à d’ingénues Scènes d’enfants contrebalancées par le spleen du Carnaval de Vienne et les évocations irréelles des Phantasiestücke opus. 111.

index


Samedi 21 juillet 2007 à 20h

Carmine Coppola
Godfather suite
Apocalypse Now suite

Giacomo Puccini
Manon Lescaut, acte IV

Svetla Vassileva, soprano : Manon
Roberto Alagna, ténor : Des Grieux

Daniel Kawka, direction
Orchestre National de Montpellier LR

Avec l’aide de Veolia Eau

Certes, Francis Ford Coppola n’a rien d’un compositeur, mais, comme Fellini avec Nino Rota, son cinéma est indissociable des musiques qui l’accompagnent. De la série des Parrains, évoquant la mafia américaine avec en fond les musiques de Rota et de son propre père, Carmine, au délire d’Apocalypse Now et ses walkyries d’hélicoptères, en passant par la voix rocailleuse de Tom Waits pour le merveilleux Coup de coeur ou les rythmes chaloupés de Stewart Copeland pour Rusty James, ses choix musicaux reflètent un esprit attentif à l’essence même de l’élément sonore.

Aujourd’hui, avant tout producteur, pour les films de sa fille Sofia (Virgin Suicides et Lost in translation), ou de Tim Burton Sleepy Hollow (2000), il perçoit le cinéma comme une gigantesque machine à rêves, propre à créer les hallucinations du futur, maiségalement : « une conscience qui nous unit » — autre définition de la musique…

En 2ème partie de concert, l'acte final de l'un des opéras les plus adulés de la musique italienne : "sola, perduta, abbandonnata" de Manon Lescaut mourante, opéra de Puccini qui a fait pleurer des générations entières. Un opéra, considéré comme le miracle de la renaissance italienne au moment ou Falstaff faisait croire à la fin du génie italien. Ce soir du 21 ce sera la troublante et splendide Svetla Vassileva qui sera Manon et le tenorissimo Roberto Alagna en Des Grieux.

index


Lundi 23 juillet 2007 à 20h

Orchestre de Chambre de Bâle
Giovanni Antonini,
direction
Katia et Marielle Labèque, pianos

Joseph Martin Kraus
Ouverture d’Olympie

Wolfgang Amadeus Mozart
Concerto pour deux pianos et orchestre en mi bémol Majeur KV 365

Ludwig van Beethoven
Symphonie n° 4 en si bémol Majeur opus 60

Avec le soutien de l’Agglomération de Montpellier

Katia et Marielle Labèque forment le duo le plus anticonformiste de l’Histoire de la musique. Qui pourrait se targuer de jouer avec autant d’aisance à deux pianos Ligeti et Bernstein, Messiaen et Gershwin, mais aussi Bach, Liszt, Mozart, Stravinski, Poulenc… quand elles ne se produisent pas avec Il Giardino Armonico, les English Baroque Soloists ou la Philharmonie de Berlin ?

Oubliées ou remerciées par leur maison de disque, Katia et Marielle lui font un pied de nez en créant elles aussi leur propre label, KML (à leurs initiales), sous lequel ont déjà paru de remarquables enregistrements consacrés à Ravel, Debussy et Stravinski. 

D’une facture éblouissante, le 10e Concerto de Mozart, conçu à l’origine pour deux pianos et orchestre, et destiné au duo formé par le compositeur et sa sœur Nannerl, délivre un sentiment d’euphorie à travers le dialogue harmonieux des deux solistes. Deux siècles plus tard, une complicité identique réunit Katia et Marielle pour un Mozart joyeux et inventif.

index


Mercredi 25 juillet 2007 à 20h

Orchestre National de Montpellier LR
Chœur de la Radio Lettone
Friedemann Layer,
direction

Elena Rozanova, piano
Cornelia Ptassek, soprano
Maria Soulis, mezzo-soprano
Frédéric Antoun, ténor
Alexander Marco-Buhrmester, basse
Gunta Davidchuka, soprano

Sigvards Klava, chef de choeur

Serge Taneiev
Saint-Jean-Damascène, cantate pour choeur mixte à quatre voix opus 1(création)

Arvo Pärt
Credo pour piano, choeur et orchestre (création)

Ludwig van Beethoven
Cantate funèbre sur la mort de l’empereur Joseph II pour solistes, chœur et orchestre WoO 87 (1790)

Même si un siècle les sépare, Serge Taneiev (1856-1915) et Arvo Pärt (né en 1935), chacun à sa manière, célèbrent dans leur musique la noblesse tragique et solennelle de l’âme slave.

Avec son chœur mixte à quatre voix et grand orchestre Saint Jean Damascène, tiré d’un poème de son ami Tolstoï paraphrasant la prière des morts de Jean Damascène, Taneiev combine admirablement le contrepoint de Bach, le souffle du romantisme et la grandeur de la liturgie russe.

Tourné vers la foi et l’espérance, le Credo pour piano, chœur mixte et orchestre de Pärt épouse les mêmes aspirations, faisant entrer en collision deux mondes sonores que tout oppose : « L’un, sériel et aléatoire, précise le compositeur, l’autre constitué par ma propre version d’un prélude de Bach. » 

En seconde partie, et bien qu’il s’agisse d’une œuvre écrite par un jeune homme de 19 ans, la Cantate sur la mort de Joseph II de Beethoven — où l’on perçoit des éléments repris plus tard dans Fidelio —, délivre elle aussi un message de paix à travers une architecture grandiose sur un rythme haletant.

index


Vendredi 27 juillet 2007 à 20h

Orchestre Philharmonique de Radio France
Mikko Franck,
direction
Nelson Freire, piano

Frédéric Chopin
Concerto pour piano et orchestre n° 2 en fa mineur opus 21

Jean Sibelius
Quatre Légendes de Lemminkaïnen

Lemminkäinen et les jeunes filles de Saari
Le Cygne de Tuonela
Lemminkäinen à Tuonela
Le retour de Lemminkäinen

Lorsque le piano de feu du brésilien Nelson Freire rencontre Chopin, se produit un phénomène d’osmose : la délicatesse intime du musicien romantique se pare d’un jeu expressif d’une grande éloquence. Vous croyez connaître Chopin ? Non, pas avec cette agilité, de telles nuances, pour le 2e Concerto pour piano sous les doigts de Nelson Freire.

En seconde partie, les Quatre Légendes de Lemminkäinen, chef d’œuvre absolu de Sibelius, sous la baguette du jeune Mikko Franck, sont la seconde bonne surprise de la soirée. Nommé à 25 ans directeur de l’Opéra National finlandais, ce chef est aujourd’hui l’un des meilleurs interprètes de la musique de son compatriote.

Fabuleuse saga tirée du Kalevala, la légende de Lemminkäinen se concentre en quatre épisodes : de la rencontre avec les jeunes filles de l’île de Saari au Retour, en passant par le séjour à Tuonela et Le Cygne de Tuonela — l’une des pages les plus célèbres de toute l’histoire de la musique, où le solo du cor anglais suggère le chant de l’oiseau flottant au-dessus des eaux noires de Tuonela. À l’occasion de la création de la partition à Helsinki (Finlande) il y a plus d’un siècle, les critiques remarquèrent à juste titre la « violence hypnotique » de cette musique, dont les mélodies haletantes suggèrent autant l’orchestre de Wagner que celui de Debussy.

index


Samedi 28 juillet 2007

Bacchanale - Soirée de clôture

Orchestre National de Montpellier LR
Alain Altinoglu,
direction

18h : 

Ensemble vocal Héliade
Frédéric Rubay
, piano
Élène Golgevit
, direction

Claude Debussy
Petite cantate sur grand papier pour le jour de la fête de Chouchou pour voix de femmes, cloches et piano (création)

Serge Rachmaninov
Six chœurs pour voix de femmes et piano opus 15

Catherine Hunold, , soprano ; Frédéric Antoun, ténor ; Franck Ferrari, baryton

Hector Berlioz
La Nonne sanglante, extraits de l’Acte 1 de l’opéra inachevé (création)


Coktail

20h30 : 

Aldo Ciccolini, piano

Francis Poulenc
Concerto pour 2 pianos et orchestre en ré mineur

Gabriele Carcano, 2ème piano

Camille Saint-Saëns
Concerto pour piano et orchestre n° 4 en ut mineur opus 44

Serge Rachmaninov
Concerto pour piano et orchestre n° 2 en ut mineur opus 18

C’est devenu un rite, une habitude, et la marque spécifique du Festival de terminer sur une Bacchanale… qui se doit d’être une surprise et personne ne doit savoir. En réalité, ce concert de clôture recèle toujours son lot d’événements imprévisibles. Mais, cette année, d’entrée de jeu, tout amateur sera intrigué par cette Nonne sanglante de Berlioz, qui n’a rien d’une galéjade, puisqu’il s’agit bel et bien d’un opéra créé à Paris en 1854… mais sur une musique de Gounod ! Tiré du Moine de Lewis, cet ouvrage horrifique fut abandonné par le compositeur de la Fantastique et des Troyens : ne subsistent que de larges fragments du 1er acte, conservé à la Bibliothèque Nationale, avec la mention : « À consulter et à brûler après ma mort. » (!). En seconde partie, Aldo Ciccolini nous enchantera par un exploit digne des grands pianistes du siècle : trois concertos, le Concerto pour 2 pianos de Poulenc — avec Gabriele Carcano, révélé l’été dernier à Montpellier dans un récital Beethoven —, le 4ème Concerto de Saint-Saëns et l’illustre et colossal 2ème Concerto de Rachmaninov.

Franck Mallet

Avec l’aide de l’Enclos de la Croix


Opéra Berlioz / Le Corum
Esplanade Charles de Gaulle
34000 Montpellier

Tel : 04 67 61 67 61

© Copyright Festival Radio-France – Montpellier Languedoc-Roussillon, 2007.
Page maintained by Christian Boullangier,
Jazz-Passion, juin 2007.

(retour index)


Festival de Radio-France Montpellier – Languedoc-Roussillon

Soirées opéras et récitals

Opéra Comédie
11 boulevard Victor Hugo
Place de la Comédie
34000 Montpellier

Réservations : 04 67 60 19 99


Vendredi 20 & dimanche 22 juillet 2007 à 20h

Don Giovanni
Wolfgang Amadeus Mozart

Opéra en deux actes (1787). Livret de Lorenzo da Ponte

version scénique

Jean-Paul Scarpitta, conception et mise en scène

Franco Pomponi, baryton : Don Giovanni
Petri Lindroos, basse : Le Commandeur
Rafaella Milanesi, soprano : Donna Anna
Cyril Auvity, ténor : Don Ottavio
Franco Pomponi Isabelle Cals, soprano : Donna Elvira
Henk Neven, basse : Leporello
Nicolas Courjal, baryton : Masetto
Anna Kasyan, soprano : Zerlina

Le Concert Spirituel
Hervé Niquet Chœur de l’Opéra National de Montpellier LR
Hervé Niquet,
direction

Urs Schönebaum, éclairagiste ; Jean-Yves Courrègelongue, assistant à la mise en scène ; Robin Husband, assistant aux décors ;  Silver Sentimenti, collaborateur aux costumes ; Noëlle Gény, chef de chœur ; Ariane Matiakh, chef d’orchestre assistant ; Sébastien d’Hérin, chef de chant

Une production de l’Opéra National de Montpellier LR

Claveciniste, organiste et chef inspiré, Hervé Niquet est aussi un découvreur malicieux qui force l’admiration et le respect — même si, inévitablement, il fait des jaloux parmi ses confrères…

Qu’importe ! À la suite des renaissances de Callirhoé de Destouches et de la Sémélé de Marin Marais à Montpellier — où il est en résidence avec son ensemble Le Concert Spirituel —, voilà qu’après Proserpine de Lully à Versailles et Paris, il passe du baroque français à… Mozart ! En réalité, ce n’est pas un secret, on sait ce chef ouvert à un large répertoire. Pour preuve, il dirigeait récemment Le Chant de la Terre au Japon, Massenet, Saint-Saëns et Offenbach, Paul et Virginie de Le Sueur (1794) à Radio France, ou la 39e Symphonie de Mozart, à la tête de son Concert Spirituel.

On se réjouit déjà de le découvrir dans ce chef-d’œuvre qu’est Don Giovanni, dans la mise en scène de Jean-Paul Scarpitta, fidèle du Festival. Et si c’est une première pour Hervé Niquet, ce le sera également pour le jeune baryton américain Franco Pomponi, qui aborde pour la première fois en Europe le rôle principal, après avoir été repéré à Strasbourg dans Cosi fan tutte (Guglielmo), à Barcelone dans le rôle-titre d’Hamlet de Thomas, ou encore dans Carmen (Escamillo), Un tramway nommé désir, Eugène Oneguine et Rake’s Progress

index


Mardi 24 juillet 2007 à 20h

Europa Galante
Fabio Biondi
, direction et violon

Gemma Bertagnolli, , soprano : Maria
Lucia Cirillo
, alto : Maddalena
Carlo Allemano
, ténor : Giuseppe

Giuseppe Sammartini
Ouverture en ré Majeur

Gian Francesco de Majo ”Ciccio“
Gesù sotto il peso della croce
Oratorio pour solistes et orchestre (1764)
Création

…"Ciccio" de Majo, et c’était cette musique magnifique…
W.A. Mozart, lettre à sa sœur, Naples, 1770

… notre ardent et langoureux Majo…
Metastasio, lettre à Farinelli, août 1764

… un des plus grands compositeurs…
W. Heinse-Hildegard von Hohenthal, 1795-1796

Une partie du parterre sortit à la fin du spectacle, pour reconduire en triomphe le musicien chez lui, et l’autre resta dans la salle, en criant toujours viva Majo ! !
Carlo Goldoni, Mémoires

Des jugements aussi flatteurs peuvent-ils suffire pour qu’un grand compositeur survive dans les mémoires ?

La réponse est évidemment non. L’exemple de Francesco, "Ciccio", de Majo est symptomatique de cette tendance persistante à donner une vision confuse et injuste du rôle joué par les compositeurs du XVIIIe dans l’Histoire de la musique.

Et pourtant, dans le cas de notre musicien, toutes les conditions étaient remplies pour qu’il en soit autrement. Compositeur de grand succès de son vivant, appartenant à ce courant profondément réformiste qui, avec Jommelli et Traetta, revendique une alternative au cas Gluck, Majo, malgré sa disparition prématurée (à 37 ans, suite à une phtisie), aurait stimulé cet univers romantique qui permit à Pergolèse, par exemple, de survivre dans les mémoires.

La carrière de notre napolitain se déroule entre Naples et les grands centres européens tels que Vienne, Turin, Mannheim, Venise, Madrid et Rome avec des succès incontestables et des commandes continuelles de nouvelles partitions, soit 20 opéras, environ 6 oratorios et musique sacrée variée.

Fabio Biondi

index


Jeudi 26 juillet 2007 à 20h

Across the Universe of languages
Création

Katia Labèque, piano ; Giovanni Sollima, violoncelle ; David Chalmin, guitare ; Massimo Pupillo, basse ; Marque Gilmore, percussion ; Nicola Tescari, claviers ; Katell Keineg, vocal ; Nicola Tescari, Giovanni Sollima, David Chalmin, arrangements

Fabio Massimo Iaquone, , direction

Avec l’aide de FDI Groupe crédit immobilier de France Sud

Across the Universe of Languages est une interprétation du répertoire des Beatles, associant musique classique et instrumentation pop servie par une prodigieuse représentation visuelle, portée par Katia Labèque.

Si réinterpréter les chansons des Beatles n’est pas tâche facile, il se pourrait bien qu’il s’agisse d’un défi impliquant la création d’une architecture de sons et d’images, où récit et représentation musicale fusionneraient à merveille.

 

© Copyright Festival Radio-France – Montpellier Languedoc-Roussillon, 2007.
Page maintained by Christian Boullangier,
Jazz-Passion, juin 2007.

(retour index)


Festival de Radio-France Montpellier – Languedoc-Roussillon

Jeunes Solistes
Jeunes Compositeurs

Musique de chambre

Les Grandes Transcriptions
Producteur délégué : Jacques Drillon

Salle Pasteur / Le Corum
Esplanade Charles de Gaulle
34000 Montpellier

Tel : 04 67 61 67 61


Mercredi 11 juillet 2007

12h30 : Plamena MANGOVA, piano

Ludvig van Beethoven : Variations sur « La stessa, la stessissima », extrait de Falstaff de Salieri WoO 73
Franz Schubert : Sonate en la mineur opus 164, D 537
Richard Wagner/Franz Liszt : La mort d'Isolde
Benjamin Yusupov (né en 1962) : Cross roads n°2 (2004)
Dimiri Chostakovitch : Douze préludes, extraits de l’opus 34
-n°1 Moderato en ut Majeur
-n°2 Allegretto en la mineur
-n°5 Allegro vivace en ré Majeur
-n°3 Andante en sol Majeur
-n°6 Allegretto en si mineur
-n°13 Moderato en fa dièse Majeur
-n°14 Adagio en mi bémol mineur
-n°10 Moderato non troppo en ut dièse mineur
-n°17 Largo en la bémol Majeur
-n°16 Andantino en si bémol mineur
-n°21 Allegretto poco moderato en si bémol Majeur
-n°20 Allegretto furioso en ut mineur


18h : Ensemble XVIII-21

Shi Kelong, chant et percussions
Wang Weiping, chant et pipa
Lai Longhan, flûte dizi
François Picard, orgue à bouche, flûte xiao, direction
Hendricke Ter Brugge, violoncelle
Jean-Luc Ho, clavecin
Jean-Christophe Frisch, flûte, carillon yünluo, direction

Joseph Marie Amiot : Premier, deuxième et troisième divertissement chinois
Teodorico Pedrini : Sonate en sol Majeur opus 3 N°5 
Michel Blavet : Sonate "La Vibray"


Les trois divertissements chinois

« En l'année 1679, [l’empereur] fit venir en son Palais le Père Grimaldi et le Père Pereyra, pour toucher une Orgue & un Clavecin qu'ils lui avaient présentés autrefois. Il goûta nos airs d'Europe, & parut y prendre plaisir. Ensuite il ordonna à ses Musiciens de jouer un air de la Chine sur un de leurs instruments, & il le joua lui-même avec beaucoup de grâce. » (Lettres Edifiantes et Curieuses, 18e siècle)

Joseph Marie Amiot, missionnaire en Chine de 1751 à sa mort en 1793, est un acteur essentiel des échanges musicaux entre l’Europe et la Chine à la période baroque. Ses trois Divertissements Chinois, qui réunissent une quarantaine de mélodies, sont un précieux témoignage de cette curieuse digression de l’histoire de la musique, où le clavecin rencontre le luth pipa. Les pièces baroques sont celles qu’Amiot, excellent flûtiste, a jouées devant l’empereur, recueillant souvent ses louanges, et parfois même des cadeaux somptueux.

« François Picard et Jean-Christophe Frisch ne s'y sont pas trompés : ils recréent avec un sens exquis du faste et des couleurs, une cérémonie utopique et irréelle, l'orchestre à cordes du siècle des Lumières et les instruments du rituel bouddhiste. » (Franck Mallet, les Inrockuptibles)

« XVIII-21 s’est livré à un travail extraordinaire, et sait éclairer les morceaux d’une luisance poétique que, seule, la patiente approche des œuvres du passé peut provoquer. Cela s’appelle l’infini respect. » (TELERAMA)

« Musique sinueuse, voluptueuse, gracieuse et poétique. » (LE MONDE)

Site internet XVIII-21 le Baroque Nomade
www.lebaroquenomade.com

index


Jeudi 12 juillet 2007

13h30 : David Trio

Daniele Pascoletti, violon ; Giovanni Gnocchi, violoncelle ; Claudio Trovajoli, piano

Joseph Haydn : Trio pour violon, violoncelle et piano en la bémol Majeur Hob XV-14
Giorgo Federico Ghedini : Sette ricercari pour violon, violoncelle et piano
Giovanni Sollima (né en 1962) : Reperto XII – from a Schubert fragment pour violon, violoncelle et piano(1997)


18h : Alexander Bouzlov, violoncelleAlexander Ghindin, piano

Johannes Brahms : Sonate pour violoncelle et piano n°2 en fa Majeur opus 99
Søren Nils Eichberg : Variations sur un thème de Paganini pour violoncelle (2005) (Création en France)
Benjamin Britten : Sonate pour violoncelle et piano opus 65

index


Vendredi 13 juillet 2007

12h30 : Alexandra Conunova, violon ▪ Liga Skride, piano

Eugène Ysaÿe : Sonate pour violon solo en sol Majeur opus 27 n°5
Hans Sluijs (né en 1969) : Trilogie pour violon et piano opus 3 “I Quattro Elementi”
Ludwig van Beethoven : Sonate pour violon et piano n°5 en fa Majeur opus 24 " Printemps"
Igor Frolov : Fantaisie sur des thèmes de Porgy and Bess de George Gershwin pour violon et piano


18h : Ensemble vocal Héliade – Élène Golgevit, direction

Francis Poulenc : Ave Maria, extrait des Dialogues des Carmélites.
Petites voix  (Textes de Madeleine Ley)

André Caplet : Inscriptions champêtres (Textes de Rémy de Gourmont)
Knut Nystedt : Mary’s song (Textes de Luci Shaw)
Festo pentecostes opus 136

Yves-Marie Pasquet : Païre Nostre - Pater Noster
Jean-Jacques Di Tucci : Agnus Dei
Arva Pärt : Zwei Beter
Zoltán Kodály : Nuit
Einojuhani Rautavaara : Wenn sich die Welt auftut

Site internet de l'Ensemble Vocal Héliade
http://heliade34.free.fr

index


Samedi 14 juillet 2007

12h30 : Alissa Zoubritski, piano

Domenico Scarlatti :
Sonate en si mineur K27
Sonate en ré mineur K 9
Sonate en ré Majeur K 484
Sonate en mi Majeur K 380
Sonate en ré mineur K 141

Claude Debussy : Reflets dans l’eau, extrait des Images, Livre I
Masques
L’Isle joyeuse

Edward Pick (né en 1983) : Étude n°1 et Sonate opus 1 (2004)
Création française

Serge Prokofiev : Sonate pour piano n°2 en ré mineur opus 14


18h : Young-Chang Cho, violoncelle – Sophie Labandibar, piano

Ludwig van Beethoven : Sept variations sur « Bei Männern, welcher Liebe fühlen“, extrait de l’opéra La Flûte enchantée de Mozart pour violoncelle et piano
Serge Prokofiev : Sonate pour violoncelle et piano en ut Majeur opus 119
Samuel Barber : Sonate pour violoncelle et piano en ut mineur opus 6

index


Lundi 16 juillet 2007

12h30 : So-Ock Kim, violon ▪ Alexei Grynyuk, piano

Ludwig van Beethoven : Sonate pour violon et piano n°8 en sol Majeur opus 30 n°3
Huw Watkins (Création française) : Coruscation and Reflection pour violon et piano (1998)
Edward Elgar : Sonate pour violon et piano en mi mineur opus 82

site web de So-Ock Kim
www.soockkim.com


L’art de couler une musique dans un moule instrumental qui n’était pas le sien s’appelle transcription. Cet art a été pratiqué, plus ou moins intensivement, par tous les grands compositeurs, à l’exception notable de Chopin. Exception d’autant moins
compréhensible que le clavier était le principal bénéficiaire de ces déplacements. De nombreux pianistes, fascinés par les capacités de leur instrument, ont joué des symphonies, des quatuors, des lieder, seuls ou en compagnie d’un partenaire. Ils ont, compositeurs et interprètes confondus, laissé un répertoire gigantesque, à peu près inexploré. La série des « Grandes
Transcriptions » se propose de l’exhumer : cinq récitals cette année permettront d’entendre des transcripteurs comme Liszt,
Saint-Saëns, Alkan, Feinberg, Tausig, Cortot et d’autres, aussi bien dans des concertos de Beethoven que des quatuors de Mozart, des mélodies de Brahms ou des chorals de Bach. Quatre des cinq concerts sont confiés à des duos (Jean-Louis Haguenauer/Jeff Cohen, Georges Pludermacher/Henri Barda, Isabelle et Florence Lafitte, Frederic Chiu/Jean-Efflam Bavouzet) et le cinquième, en solo, à Michel Dalberto. Les concerts durent un peu plus d’une heure (sans entracte), et feront tous l’objet d’une publication discographique ultérieure (Accord/Universal), axée sur un compositeur transcrit, ou sur un transcripteur.

Jacques Drillon

18h : Jean-Louis Haguenauer, Jeff Cohen

Robert Schumann/Franz Liszt et Clara Schumann/Franz Liszt : Intégrale des Mélodies transcrites (piano solo)
Intégrale des mélodies transcrites (piano solo)
-Des Sennen Abschied, extrait des Lieder-Album für die Jugend) opus 79 n°23
-Weinachtslied, extait des Lieder-Album für die Jugend) opus 79 n°17
-Die wandelnde Glocke, extrait des Lieder-Album für die Jugend, opus 79 n°18
-Frühlings Ankunft, extrait des Lieder-Album für die Jugend, opus 79 n°20
-An den Sonnenschein opus. 36 n°4
-Dem rothe Röslein opus 27 n°2
-Frühlingsnacht, extrait des Liederkreis opus 39 n°12

Jean-Louis Haguenauer

Er ist’s, extrait des Lieder-Album für die Jugend, opus 79 n°24
Provenzalisches Minnelied opus .139n°4
Nur wer die Sehnsucht kennt, extait des Lieder und Gesänge aus Wilhelm Meister opus 98a n°3
An die Türen will ich schleichen, extrait des Lieder und Gesänge aus Wilhelm Meister, opus 98a n°8
Liebeslied, extrait de Myrten, opus 25 n°1 = Widmung
Jeff Cohen

Ludwig van Beethoven/Franz Liszt : Concerto n°3 en ut mineur opus 37 (2 pianos)

index


Mardi 17 juillet 2007

12h30 : Quatuor Voce 2ème prix du Concours de Genève

Ryszard Groblewski
, alto.1er prix du Concours de Genève 2005

Sarah Dayan, violon ; Cécile Roubin, violon ; Guillaume Becker, alto ; Julien Decoin, violoncelle

Franz Schubert : Quatuor à cordes n°12 en ut mineur  D 703 “Quartettsatz "
Nicolas Bacri (né en 1961) : Variations sérieuses opus 101
Krzysztof Penderecki : Cadenza pour alto solo
Johannes Brahms : Quintette à cordes n°2 en sol Majeur opus 111

site web du Quatuor Voce
www.quatuorvoce.free.fr


18h : Georges Pludermacher, Henri Barda, piano et piano à 4 mains

César Franck/Alfred Cortot : Sonate pour violon et piano en la Majeur (piano à 4 mains)
Johann Sebastian Bach/Alfred Cortot : Arioso du Concerto pour piano en fa mineur BWV 1056 (piano solo)
Johannes Brahms/Alfred Cortot : Wiegenlied opus 49 n°4 (piano solo)
Gabriel Fauré/Alfred Cortot : Dolly, suite pour piano à quatre mains opus (piano solo)
Franz Schubert/Alfred Cortot : Heidenröslein D 257 (piano solo)
Frédéric Chopin/Alfred Cortot :
Largo de la Sonate pour violoncelle et piano en sol mineur opus 65

index


Mercredi 18 juillet 2007

12h30 : Gabrielle Philiponet, mezzo-sopranoPhilippe Riga, piano

Georg Friedrich Haendel : Tornami a vaggeghiar, air de Morgana d’Alcina V’adoro pupille, air de Cléopâtre de Giulio Cesare
Wolfgang Amadeus Mozart : Dans un bois solitaire KV 308. Poème de A.H. de la Motte
Franz Schubert : Gretchen am Spinnrade opus 2, D 118. Poème de Johann Wolfgang von Goethe
Hugo Wolf : Elfenlied, extrait des Mörike Lieder
Richard Strauss : Ständchen opus 17 n°2. Poème de Adolf Friedrich von Schack
Erich Wolfgang Korngold : Sommer opus 9 n°6. Poème de Siegfried Trebitsch
Claude Debussy : Ariettes oubliées, extraits
- C’est l’extase langoureuse

- Chevaux de bois
Poème de Paul Verlaine
Isabelle Aboulker : Nel Grave tormento, air d’Aspasia de Mitridate
Giancarolo Menotti : The Monica’s waltz, extrait de The Medium
Jules Massenet : Ah ! Douce enfant ! air de La Fée de Cendrillon
Carl Maria von Weber : Einst träumte meiner sel’gen Base, air d’Ännchen du Freischütz
Gaetano Donizetti : Ah ! Tardai troppo... O luce di questa anima, air de Linda di Chamounix


18h : Duo Isabelle et Florence Lafitte, 2 pianos

Wolfgang Amadeus Mozart/Jacques Drillon : Symphonie concertante pour violon et alto en mi bémol Majeur KV 364 (2 pianos)
Wolfgang Amadeus Mozart/Jacques Drillon : Quatuors à cordes en ré Majeur KV 575 « La Violette » (2 pianos)

Site internet du duo Lafitte
www.duolafitte.com

index


Jeudi 19 juillet 2007

12h30 : Andrei Korobeinikov, piano

Alexandre Scriabin : Sonate n°8 opus 66
Andrei Korobeinikov (né en 1986) : Sekundy, suite (Création en France)
Modeste Moussorgski/Andrei Korobeinikov : Trepak, extrait des Chants et danses de la mort
Gopak

Dimitri Chostakovitch : Quatre préludes et fugues opus 87
Serge Prokofiev : Toccata en ut Majeur opus 11


18h : Récital à deux voix – Evgeny Kissin et Gérard Depardieu

Lectures russes et yiddish

index


Vendredi 20 juillet 2007

12h30 : François Guerrier, clavecin

Jacques Champion de Chambonnières : Suite en sol mineur du Second livre
Pavane, Gigue, Courante, Gigue où il y a un canon

Jean-Henry D’Anglebert : Chaconne en rondeau de la Première suite en Sol Majeur
György Ligeti : Passacaglia ungherese
Johann Sebastian Bach : de et fugue en mi Majeur BWV 878
Prélude et fugue en la Majeur BWV 888
Jean-Philippe Rameau : L'Enharmonique, L'Égyptienne
Carl Philipp Emmanuel Bach : Sonate Prussienne n°2, Wq 48/2


18h : Michel Dalberto, piano

Ludwig van Beethoven/Carl Tausig : Intégrale des mouvements de quatuors à cordes (piano solo)
- Cavatine du Quatuor n° 13 en si bémol Majeur opus 130
- Presto du Quatuor n°14 en ut dièse mineur opus 131
- Vivace du Quatuor n°16 en fa Majeur opus 135
- Adagio du Quatuor n°7 en fa Majeur opus 59 n°1
- Allegretto du Quatuor n°8 en mi mineur opus 59 n°2
- Andante du Quatuor n°9 en ut Majeur opus 59 n°3
Jean Sébastien Bach/Carl Tausig : Intégrale des Six Chorals d’orgue(piano solo)
- Das alte Jahr vergangen ist BWV 614
- Meine Seele erhebet den Herren BWV 648
- O Lamm Gottes, unschuldig BWV 656
- O Mensch, bewein dein Sunde Gross BWV 622
- Vater unser im Himmelreich BWV 737
- Wir gläuben all an einen Gott BWV 680

index


Samedi 21 juillet 2007

12h30 : Jérémy Jouve, guitare

Francesco da Milano : Ricercare n° 1, 38 et 57
Joachim Rodrigo : Sonata giocosa
Benjamin Britten : Nocturnal after John Dowland, Opus 70
Yi-Chen Tsai (né en 1974) : L'Histoire d'Amour en trois Chapitres
Dusan Bogdanovic (né en 1955) : Jazz Sonata


18h : Frederic Chiu, Jean-Efflam Bavouzet, piano et 2 pianos

Ludwig van Beethoven/Franz Liszt : Concerto pour piano n°4 en sol Majeur opus 58 (2 pianos)
Ludwig van Beethoven/Camille Saint-Saëns : Mouvements de Quatuor à cordes
- Scherzo du Quatuor à cordes n° 7 en fa Majeur opus 59 n°1 (piano solo)
- Fugue finale du Quatuor à cordes en ut Mmajeur n°9 opus 59 n°3 (piano solo)
- Adagio du Quatuor à cordes n°6 en si bémol Majeur opus 18n°6 (piano solo

Ludwig van Beethoven/Charles Valentin Alkan :
Cavatine du Quatuor à cordes n° 13 en si bémol Majeur opus 130 (piano solo)
Ludwig van Beethoven/Milly Balakirev :
Allegretto du Quatuor à cordes n°8 en mi mineur opus 59n°2 (piano solo)

Site internet de Frederic Chiu
www.fredericchiu.com

index


Lundi 23 juillet 2007

12h30 : Cyril Guillotin, piano

Wolgang Amadeus Mozart : Fantaisie en ut mineur KV 475
Laurent Lefrançois (né en 1974) : Les Visages, trois pièces pour piano (Création en France)
Maurice Ravel : Une barque sur l’océan, extrait des Miroirs
Modeste Moussorgski : Les Tableaux d’une exposition

index


Mardi 24 juillet 2007

12h30 : Pavel Šporcl, violon ▪ Petr Jirikovsky, piano

Antonin Dvorak : Sonate opus 57
Jan Meisl (né en 1974) : Balade pour violon et piano
Erich WolfgangKorngold : Much Ado About Nothing opus 11 (Beaucoup de bruit pour rien),
arrangement pour violon et piano de la suite d’orchestre

George Gerschwin/Jascha Heifetz : Porgy and Bess, extraits pour violon et piano
- Summertime / A Woman Is A Sometime Thing
- My Man's Gone Now
- Bess, You Is My Woman Now
- It Ain't Necessarily So
- Tempo di Blues

site web Pavel Šporcl
www.pavelsporcl.com

index


Mercredi 25 juillet 2007

12h30 : Claire Oppert, violoncelle ▪ Roustem Saitkoulov, piano

Frédéric Chopin : Sonate pour violoncelle et piano en sol mineur opus 65
Yves Chauris : Monologue pour violoncelle et piano (2000)
Dimitri Chostakovitch : Sonate pour violoncelle et piano en ré mineur opus 40

index


Jeudi 26 juillet 2007

12h30 : Laura Hynes Smith, soprano ▪ Marcelo Amaral, piano

Claude Debussy : Fêtes galantes, 1er Livre – Poèmes de Paul Verlaine
Hugo Wolf : Italienisches Liederbuch, extraits
Auch kleine Dinge
Du denkst mit einem Fädchen mich zu fangen
Mein Liebster singt am Haus
Wir haben beide lange Zeit geschwiege
Du sagst mir, dass ich keine Fürstin sei
Schweig' einmal still
Ich hab' in Penna einen Liebsten wohnen

Matthias Truniger (né en 1964) : Time flashes, dialogue pour soprano et piano d’après des poèmes de W.G. Sebald
(Création)
Samuel Barber : Deux melodies opus 13
- The Secrets of the Old (Poème de W.B. Yeats)
- Sure on this shining night (Poème de J. Agee)
Solitary Hotel opus 41 (Poème de James Joyce)
Nuvoletta opus 25 (Poème de James Joyce)

André Caplet : Trois Fables de Jean de La Fontaine
- Le corbeau et le renard
- La cigale et la fourmi
- Le loup et l'agneau

index


Vendredi 27 juillet 2007

12h30 : Quatuor Parker

Daniel Chong, violon ; Karen Kim, violon ; Jessica Bodner, alto ; Kee-Hyun Kim, violoncelle

Joseph Haydn : Quatuor à cordes n°59 en sol mineur opus 74 n°3, Hob. III-74 « Le Cavalier »
Karol Beffa (né en 1973-CM) : Orange mécanique, quatuor à cordes (2007) - (Création mondiale)
Bedřich Smetana : Quatuor à cordes n°1 en mi mineur « De ma vie »

site web Quatuor Parker
www.parkerquartet.com

index


Samedi 28 juillet 2007

12h30 : Yossif Ivanov, violon ▪ Milos Popovic, piano

Maurice Ravel : Tzigane pour violon et piano
Arvo Pärt : Fratres pour violon et piano
Ernest Chausson : Poème en mi bémol Majeur pour violon et piano opus 25
Piotr Ilitch Tchaikovski : Valse scherzo pour violon et piano en ut Majeur opus 34
Franz Waxman : Carmen Fantaisie pour violon et piano


© Copyright Festival Radio-France – Montpellier Languedoc-Roussillon, 2007.
Page maintained by Christian Boullangier,
Jazz-Passion, juin 2007.

(retour index)


CLASSIQUE AU VERT

4 août au 23 septembre 2007

 

« … La collaboration mystérieuse des courbes de l’air,

du mouvement des feuilles et

du parfum des fleurs s’accomplirait,

la musique pouvant réunir tous ces éléments

dans une entente si parfaitement naturelle

qu’elle semblerait participer de chacun d’eux… »

Claude Debussy

Du 04 août au 23 septembre, de sa grande scène ouverte sur le site magnifique du Parc floral de Paris, Classique au Vert 2007 vous invite au voyage : couleurs d’Italie ou de l’Allemagne romantique, parfums d’Espagne ou de Russie, sortilèges du folklore yiddish ou du tango argentin, rêves d’orient ou de l’antiquité, sans oublier quelques retours vers les paysages de la musique française.

Confiée par La Mairie de Paris à Mikado Productions, la programmation se veut résolument en connivence avec la vocation du site. Aux visiteurs qui y flânent souvent en famille, nous aimerions donner une image détendue et conviviale de la musique classique tout en proposant des concerts de la plus haute qualité artistique… sans oublier la part de nombreuses découvertes, en pensant à ces promeneurs qui s’attendent, au milieu de l’espace rassérénant du Parc Floral, à rencontrer des espèces végétales rares, encore inconnues…

Ces promenades musicales verront se côtoyer têtes d’affiche et jeunes interprètes, concerts « classiques » et plus inclassables, programmes récréatifs et plus « sérieux ». La volonté d’aller à la rencontre du public, de lui offrir plus, est l’une des priorités de l’édition 2007 de « Classique au Vert ». C’est ainsi que de nombreux rendez-vous seront donnés avec des miniconcert « off », des surprises musicales, deux master-classes et les concerts sont suivis pour la plupart d’une rencontre conviviale avec les artistes ; c’est un vrai échange qui se prolonge dans un cadre exceptionnel !

Florence Dreux et Bernard Boland

Concerts gratuits après acquittement du droit d’entrée au Parc Floral :
PT : 5€ – TR : 2,5 €
(gratuit aux moins de 7ans)

www.classiqueauvert2007.com

 

L'invitation au
Voyage

 
Brahms et
Chostakovitch
 

H. Duparc, G. Fauré, J. Massenet,
C.
Debussy, M. Ravel

 
J. Brahms
D. Chostakovitch
 

Quelqu'un parle
au tango

De Madrid
à Venise 

A. Piazzolla, A. Ginastera
H. Villa-Lobos, T. Pécou

  A. Vivaldi, H. Villa Lobos
L. Boccherini, O. Greif 

Le Mythe
d'Orphée
 

Musiques Yiddish
et Tziganes
 

C. W. Gluck, A. Girard
H. Berlioz
 

Tire l’aiguille, Le temps du muguet,
Pot-pourri des rabbis Poliouchka…
et autres
airs traditionnels

Ensemble Carpe Diem
Françoise Masset
, soprano
Jean-Pierre Arnaud, direction

 
Sirba Octet
(solistes de l’Orchestre de Paris)

Voyages
 

Ciels de France
et d'Italie
 

J. Turina, I. Albéniz
E. Granados, H. Villa-Lobos

G. Fauré, F. Boieldieu
F. Mendelssohn
 

Marielle Nordmann, harpe
 

Marielle Nordmann, harpe
Orchestre de l’Opéra de Rouen
Oswald Sallaberger, direction

Vents d'Est
 
 

Le Roi David
 
 
 
 

N. Rota
D. Chostakovitch
 

A. Honegger
 
 
 
 

Pierre Lénert, alto
Orchestre National de
Lorraine
Jacques Mercier
, direction

Ensemble vocal Métamorphoses
Psallette de Lorraine
Claude Aufaure
, récitant
Orchestre National de Lorraine

Jacques Mercier, direction

Légendes
 Romantiques
 

Mélodrames
 Romantiques

R. Wagner
C. M. von Weber
L. van Beethoven

L. van Beethoven
F. Liszt

Chœurs
 d'opéras
 
 
 

La Gloire
de la Trompette
 

A. Messager ; C. Franck ;
H. Busser, R. Boutry ;
M. Emer, A. Borodine ;
H. Berlioz ; W. A Mozart ;
R. Wagner ; G. Verdi

J. B. Georg Neruda
E. Elgar ; N. Bacri
B. Britten

Chœur de l’Armée Française
Pascale Jeandroz
, direction
 
 
 

David Guerrier, trompette
Orchestre de la Garde Républicaine
Sébastien Billard, direction

Le voyage
en Orient

 
 

Délires
d'Offenbach
 

Itinéraire musical de
Pietro della Valle,
gentilhomme romain du début
du XVIIIe siècle.

J. Offenbach
F. Lehar

Ensemble XVIII-21
Jean-Christophe Frisch
, direction
 
 

Classes de chant du CNSM de Paris
E. Cordoliani, mise en scène
Yann Molenat, piano et direction

 

(index)


 

Samedi 4 août 2007 à 16h

L'invitation au voyage

Brigitte Engerer, piano
Henri Demarquette, violoncelle

Henri DUPARC
L
'invitation au voyage

Claude Debussy
La plus que lente
Clair de lune (extrait de la "suite bergamasque")
Minstrels
(extrait des Préludes)

Gabriel FAURE
Élégie

Jules Massenet
Méditation de Thaïs

Maurice Ravel
Pavane pour une infante défunte

Frédéric Chopin
Sonate pour violoncelle et piano en sol mineur

Sous le signe de l’illustre poème de Baudelaire mis en musique par Duparc, Brigitte Engerer et Henri Demarquette nous font décoller au pays des rêves. On y trouvera « ordre et beauté », « luxe, calme et volupté » avec des petites merveilles de la musique française, mais aussi la splendide et trop rare sonate de Chopin.
Un programme d’or pur, servi par de très, très grands artistes.

(index)


 

Dimanche 5 août 2007 à 16h

Brahms et Chostakovitch

Andreï Korobeinikov, piano
Chloé Hanslip, violon
Arnaud Thorette, alto
Henri Demarquette, violoncelle

Dimitri Chostakovitch
Trio n° 2 pour piano et cordes

Johannes Brahms
Quatuor pour piano et cordes n°1
en sol mineur

Autour de Henri Demarquette, qui a lancé les invitations, une équipe s’est constituée. Une
rayonnante violoniste américaine, un surdoué du piano russe et un magnifique altiste français.
Bref, que des jeunes révélations qui s’affrontent à deux « monstres » du répertoire mondial de
la musique de chambre

(index)


 

Samedi 11 août 2007 à 16h

Quelqu'un parle au tango

Ensemble Zelig

Marc Viellefon, violon
Anne-Cécile Cuniot, flûte
Etienne Lamaison, clarinette
Silvia Lenzi, violoncelle
Thierry Pécou, piano

Astor Piazzolla

Alberto Ginastera

Heitor Villa-Lobos

Thierry Pécou

Thierry Pécou, qui connaît son tango
comme personne, aime s’en approprier
quelques arcanes, en inventer de belles et
mystérieuses dérives. Réunis en « Quinteto »
autour de leur chef, pianiste et compositeur,
les musiciens de l’ensemble Zellig jouent Pécou
bien sûr, mais aussi Piazzolla et autres
« alcools forts » de la musique latino-américaine.

(index)


 

Dimanche 12 août 2007 à 16h

De Madrid à Venise

Emmanuel Rossfelder, guitare

Quatuor Syntonia

Luigi Boccherini
Concerto pour Guitare et Quatuor
Heitor Villa-Lobos
Quatuor
Olivier Greif
Hoopsa, boyaboy, hoopsa!

Tarrega, Granados, Albéniz,
Barrios pour guitare seule

Antonio Vivaldi
Concerto en ré pour Guitare et Quatuor

« Cordes frottées et cordes pincées »,
distingue-t-on dans les sérieux traités d’organologie.
Les unes et les autres, bien sûr, ont leurs saveurs incomparables
que révéleront tour à tour l’excellent Quatuor Syntonia,
et le charismatique Emmanuel Rossfelder. Et leur association,
sous les auspices de Vivaldi et de Boccherini, libèrera un vrai bonheur
de sons et de rythmes, lumineux comme le ciel vénitien,
torride comme l’âme hispanique.

(index)


 

Samedi 18 août 2007 à 16h

De Madrid à Venise

Ensemble Carpe Diem

Françoise Masset, soprano
Jean-Pierre Arnaud, direction

C. W. Gluck
Orphée (Acte II, Scène des Champs-Élysées)
Anthony Girard
La Voix lointaine d’Eurydice, opéra sans voix
Hector Berlioz
La Mort d’Orphée, cantate

Une chanteuse, huit « vocalistes » qui savent aussi danser,
un ensemble de musiciens aguerris…
Ça pourrait ressembler à une revue de Broadway mais
c’est plutôt comme un drame antique.
À partir des trois formes musicales cimentées par le théâtre et
la danse, Jean-Pierre Arnaud nous livre sa poétique vision
de l’histoire d’Orphée, mythe fondateur, s’il en est,
de toute création artistique

(index)


 

Dimanche 19 août 2007 à 16h

Musiques yiddish et tziganes

Sirba Octet

Richard Schmoucler, violon
Christian Brière, violon
Philippe Berrod, clarinette
Iurie Morar, cymbalum
Bernard Cazauran, contrebasse
David gaillard, alto
Laurence Allalah, violoncelle
Laurent Boukobza, piano

 

Tire l’aiguille

Le temps du muguet

Pot-pourri des rabbis

Poliouchka … 

et autres airs traditionnels

Et si tout musicien était un peu tzigane dans l’âme ? Issus, pour la plupart,
de l’Orchestre de
Paris, les membres du Sirba Octet apportent en tous cas
une réponse éloquente à cette
question. Du folklore d’Europe centrale à
ces formidables airs yiddish dont beaucoup ont
nourri la chanson française
d’après-guerre et le « musical » de Broadway, c’est un puissant
cocktail
de virtuosité endiablée, d’humour et de nostalgie qu’ils nous ont concocté.
Avec, par
dessus tout, un immense amour pour cette musique.

(index)


 

Samedi 25 août 2007 à 16h

« Voyages... »

Marielle Nordmann, harpe

 

Joaquin Turina

Isaac Albéniz

Enrique Granados

Heitor Villa-Lobos

 

« En mêlant musiques populaires d’Espagne et d’Amérique du Sud, passionnées, désespérées, brûlantes, à quelques extraits de « L’Alchimiste » de Paulo Coelho, je vous invite à partager un « Voyage » qui pourrait nous aider à apprendre à écouter nos cœurs … à lire les signes du destin … à aller au bout de nos rêves … à être heureux tout simplement ! »

(Marielle Nordmann)

(index)


 

Dimanche 26 août 2007 à 16h

Ciels de France et d'Italie

Marielle Nordmann, harpe
Orchestre de l’Opéra de Rouen
Oswald Sallaberger
, direction

Gabriel Fauré
Masques et Bergamasques

François Boieldieu
Concerto pour harpe

Felix Mendelssohn
Symphonie n° 4, « Italienne »

De Fauré à Mendelssohn, la brillante formation rouennaise devrait
à nouveau démontrer son talent à varier les styles et les couleurs,
rendre les délicates aquarelles de Masques et Bergamasques,
restituer l’élan solaire de « l’Italienne ».
Quant à la « harpe enchantée » de la fée Marielle,
elle sera forcément idéale dans le populaire Concerto de Boieldieu.

(index)


 

Samedi 1er septembre 2007 à 16h

Vent d'Est

Pierre Lenert, alto

Orchestre National de Lorraine

Jacques Mercier, direction

Nino Rota
Concerto pour cordes

Dimitri Chostakovitch
Concerto pour alto et cordes
(transcription du Concerto n° 1 pour violoncelle
et orchestre)
Création française

Symphonie de chambre op. 110a

Les cordes de l’Orchestre National de Lorraine
et leur maestro font l’événement… 

Entre le pétulant Concerto de Nino Rota et
la bouleversante Symphonie de chambre de Chostakovitch,
le Concerto pour violoncelle n°1 du maître soviétique est proposé,
en création française, dans
une version pour alto, cordes et piano.
Des sombres feux de son archet magique, Pierre Lenert
relève le défi.

(index)


 

Dimanche 2 septembre 2007 à 16h

Le Roi David

 

La Psallette de Lorraine
Florent Stroesser, Direction

Ensemble vocal Métamorphoses
Direction Gabriel Baltes

Julie Cherrier, soprano
Mélanie Moussay, mezzo-soprano
Koen Vereertbrugghen, ténor
Claude Aufaure, récitant

Orchestre National
de Lorraine

Jacques Mercier, direction

Arthur Honegger
Le Roi David (version originale
pour instruments à vent,
percussions, piano)

 
Le grand souffle biblique au Parc Floral. Le célèbre oratorio d’Arthur Honegger sera présenté dans sa version primitive pour instruments à vent avec une pléiade de fraîches et talentueuses voix venues de Lorraine. Dans le rôle, majeur, du récitant : Claude Aufaure, qui vient de triompher à Paris comme partenaire de Laurent Terzieff dans Hughie de Eugene O’Neil.

(index)


 

Samedi 8 septembre 2007 à 16h

Légendes germaniques

Orchestre national d’Île-de-France

Jean-François Heisser,
piano et direction

Richard Wagner
Siegried-Idyll
Carl Maria von Weber
Konzerstück pour piano et orchestre
Ludwig van Beethoven
Concerto n° 4 en sol majeur pour piano et orchestre

Merveilleuse berceuse de la forêt que ce Siegfried Idyll que
Wagner composa en marge de la Tétralogie.
Passant ensuite au piano (mais toujours à la direction de
la valeureuse phalange francilienne),
Jean-François Heisser met en appétit avec le chevaleresque et
trop méconnu Konzerstück de Weber, avant de dévoiler
sa propre conception du sublime et révolutionnaire
« Quatrième » de Beethoven.

(index)


 

Dimanche 9 septembre 2007 à 16h

Mélodrames romantique

Jean-Efflam Bavouzet, piano

Daniel Mesguish, récitant

Ludwig van Beethoven
Sonate op. 27 n° 2 “Clair de lune”

Franz Liszt
Helge, le roi fidèle (Strachwitz)
Le Moine triste (Lenau)
Pièces pour piano
L’Amour du poète défunt (Mor Jokai)
Lenore (Burger)

Contes fantastiques allemands ou hongrois, poèmes et ballades du « Sturm und Drang », voilà qui ne pouvait que convenir au plus romantique de nos comédiens. Daniel Mesguich ressuscite pour nous ces textes hallucinés qui enflammèrent l’imagination de Franz Liszt. Grand lisztien devant l’éternel, Jean-Efflam Bavouzet assure le fulgurant contrepoint pianistique.

(index)


 

Samedi 15 septembre 2007 à 16h

Chœurs d'opéras

Chœur de l’Armée Française
Pascale Jeandroz
, direction

André Messager
Monsieur Beaucaire : Prologue
César Franck
Rebecca :
Chœur des chameliers
Henri Busser
Hymne à la France
(Victor Hugo)
Roger Boutry
O Paix
Michel Emer
Paris Tour Eiffel
Alexandre Borodine
Le prince Igor :
Chœur des Boyards

Hector Berlioz
La Damnation de Faust
(Chœur des soldats)
Wolfgang Amadeus Mozart
La Flûte enchantée :
Chœur des prêtres
Richard Wagner
Tannhäuser : Chœur des pèlerins
Guiseppe Verdi
Le Trouvère : Chœur des assaillants
Rigoletto : Chœur des courtisans
Nabucco : Va, pensiero

Quand les voix d’hommes se font douces et profondes pour les hymnes et chansons de France ; grandioses et truculentes pour les chœurs d’opéras… Un programme à donner la chair de poule par la première formation française dans ce répertoire.

(index)


 

Dimanche 16 septembre 2007 à 16h

La Gloire de la trompette

David Guerrier, trompette

Orchestre à cordes de
la Garde républicaine
Sébastien Billard
, direction

Johann Baptist Georg Neruda
Concerto pour trompette et orchestre

Edward Elgar
Introduction et Allegro

Nicolas Bacri
Concerto pour trompette et cordes

Benjamin Britten
Simple Symphony

Après son trophée aux « Victoires de la Musique», David Guerrier nous charme d’un bijou galant du XVIIIe siècle, avant de faire résonner bien haut les accents mystiques du Concerto de Nicolas Bacri. Entre les éclats d’or du virtuose, les cordes de la Garde républicaine dispensent les vigoureux embruns de deux chefs-d’oeuvre de la musique anglaise.

(index)


 

Samedi 22 septembre 2007 à 16h

Voyage en Orient

Ensemble XVIII-21

Jean-Christophe Frisch, direction

Itinéraire musical de Pietro della Valle,
gentilhomme romain du début du XVIIIe siècle.

De la polyphonie baroque italienne aux musiques de l’Inde du sud.

Le 8 juin 1614, le musicien romain Pietro Della Valle, dit Pellegrino (le pèlerin), embarque pour Constantinople. Première destination d’un long périple qui le conduira jusqu’en Inde. Retraçant son prodigieux itinéraire, l’Ensemble XVIII-21 passe d’une Romanesca romaine à un raga indien, de la polyphonie baroque italienne aux musiques ottomanes, perses, arabes…

Instruments occidentaux et traditionnels, purs madrigalistes et voix d’ailleurs, s’emboîtent et se croisent en un puzzle stylistique aussi bariolé que fascinant.

(index)


 

Dimanche 23 septembre 2007 à 16h

Délires d'Offenbach

Shigeko Hato, soprano
Sarah Breton, mezzo-soprano
Jérôme Billy, ténor
Sydney Fierro, baryton

Classes de chant du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris

Emmanuelle Cordoliani,
mise en scène

Yann Molenat,
piano et direction musicale

Jacques Offenbach
Extraits de La Périchole, Orphée
aux enfers, Les Bavards,
La Belle
Hélène, La Vie parisienne, Les Contes d’Hoffmann.

Franz Lehar
Extraits de La Veuve joyeuse

Avec sa joyeuse troupe de quatre chanteurs du CNSM (Yann Molenat, au piano, règle les délires), la metteuse en scène Emmanuelle Cordoliani a imaginé un « pasticcio » sur des airs célèbres Offenbach. Une histoire de noctambules et de bulles de champagne. « Passée une certaine heure, tout peut arriver ; même le bonheur »… Et au risque de nous plaire




Haut de page
 

Page maintained by Christian Boullangier, Rare Classical Music, juin 2007.