Ebis.1. Aide Info Sida (Belgique)


Accueil Positifs => en résumé => index général => Associations mises en péril => Aide Info Sida. (1998-99)

Plan du site


Dans cette nouvelle rubrique, nous voulons vous faire part d'appels de détresse
venant d'association appelées à cesser leurs activités par manque de moyens financiers,
suite à l'interruption du versement de subventions jusque là accordées.

Nous souhaitons que ce courrier, au delà d'une information nécessaire, ne vous laisse pas indifférent.


De notre côté, nous publions à la suite de cette lettre, la réponse que nous avons adressée au Président de cette association.


Enfin, voici l'épilogue de cette histoire.


LE COURRIER

Aide Info Sida
association sans but lucratif

Rue Duquesnoy, 45
1000 BRUXELLES

02/514.29.65 (secrétariat)
02/511.45.29
0800/20120 (permanence)
02/502.54.14 (Fax)

E-mail : aide.info.sida@skynet.be

 

Le 9 septembre 1998

 

Madame, Monsieur, Chers Amis,

Nous sommes malheureusement contraints de vous annoncer notre disparition prochaine. Nous devons en effet cesser nos activités le 31 décembre 1998 puisque le Ministère de la Santé de la communauté française de Belgique a décidé de ne plus nous subsidier à partir du 1er septembre 1998.

Nous ne comprenons pas cette décision inattendue et non motivée. Nous pensons, comme vous sans doute, que notre association occupe, depuis plus de dix ans, une place unique à Bruxelles et dans une grande part de la Wallonie. Car nous offrons nos services dans le domaine de la prévention, de l'accompagnement des personnes séropositives ou malades du SIDA, sans distinction d'âge, de nationalité, de religion ou d'orientation sexuelle.

Que vont devenir :

    - Les malades que nous accompagnons, tant à domicile qu'à l'hôpital -voire même en prison. Les services que nous leur assurons au niveau des démarches administratives ou autres, de leur transport vers l'hôpital ou d'autres structures médicales.
    - Les nombreux appels que nous recevons sur notre numéro vert consacré à l'information et la prévention du sida.
    Les informations que nous organisons avec l'aide de témoignages de personnes séropositives dans les écoles qui nous le demandent.
    - L'accueil des séropositifs et de leurs amis ou parents pour des rencontres hebdomadaires conviviales.
    - L'effort d'intégration que notre pluralisme nous permet mieux que d'autres de promouvoir.
    - La collaboration que nous avons essayé d'initier entre les nombreuses ASBL non spécialistes du SIDA, mais présentes sur le terrain pour d'autres raisons (Service santé de l'armée, Modus vivendi, ...).

Pourquoi ?

    - Manque de moyens.
    - Décision politique.
    - Le SIDA n'est plus un problème d'actualité.

Nous n'avons pas de réponse et n'en avons à ce jour obtenue aucune.

Nos 68 bénévoles et nos permanents persistent à croire que nous n'avons pas démérité et que nous sommes vraiment utiles. À vous de nous le confirmer et de nous aider à le faire savoir.

Nous avons vraiment besoin de votre aide. Contactez-nous, faites nous part de vos opinions et suggestions. Notre sort et surtout celui de toute notre action en dépendent.

Dans l'attente de vos réactions, nous vous prions de croire à l'assurance de nos sentiments les meilleurs.

Pour les bénévoles, permanents, membres ...

Francis Carlhian
Président.

BBL : 310-0687255-96 - Les dons sont déductibles fiscalement.

 

© Copyright association Aide Info-Sida, Belgique, 1998.


RÉPONSE DE NOTRE ASSOCIATION.

Paris le 18 octobre 1998.
Monsieur Francis Carlhian
Président de Aide Info Sida.

 

Cher Monsieur.

Nous avons bien reçu votre courrier du 9 septembre, par lequel vous nous appreniez vos difficultés financières, malgré l'efficacité de votre travail.
Nous avons donc publié votre courrier sur notre serveur Internet il y a une quinzaine de jours, en espérant que cela pourra vous aider (ci-joint un tirage papier).
En atteignant bientôt 300 000 connexions sur <http://www.positifs.org/>, nous continuons donc d'augmenter notre audience ; ce qui laisse espérer que, parmi les internautes qui nous consultent, certains réagiront ; mais aussi que cela fera bouger certaines instances dirigeantes.
C'est la raison pour laquelle nous avons publié votre courrier dans une nouvelle rubrique mise à la disposition des associations se trouvant dans une situation similaire à la vôtre.

Il est, en effet, de plus en plus difficile d'obtenir des subventions. Plusieurs raisons l'expliquent. Tout d'abord, parce que de plus en plus de personnes pensent que le problème du Sida est réglé ! Puis, il y a le fait que de nombreuses associations utilisent mal les subventions obtenues : sans parler des détournements d'argent qui, malheureusement, existent, d'autres mécanismes vont dans ce sens. C'est le cas, par exemple, en France où l'association qui reçoit le plus d'argent en est arrivée à des frais de fonctionnement qui dépassent 80 % de son budget !
On peut aussi avancer le fait que la situation économique des pays dits "riches" ne va pas en s'améliorant ; mais cela ne semble pas être une raison principale, mais ... un bon prétexte ...
Le plus urgent serait de trouver des solutions pour que l'on puisse mieux gérer l'argent des subventions, ainsi que des dons. Côté transparence, cela s'impose, mais cela ne doit pas devenir un surcroît excessif de travail qui se fait au détriment des missions des associations (c'est déjà souvent le cas pour la réalisation des dossiers de demandes de subventions !). On pourrait concevoir que les deux rapports (d'activité et financier) réalisés chaque année, ainsi que le budget prévisionnel de l'année suivante, soient accessibles pour toutes personnes, par exemple sur un serveur Internet spécifique. Une autre solution, complémentaire, serait que les subventions et dons soient attribués à des structures ayant une taille raisonnable. De ce fait, pour les associations de grande taille, notamment celles qui sont constituées de plusieurs fédérations, les dotations devraient être faites directement à chaque fédération. Cela permettrait d'éviter de diluer la responsabilité de l'utilisation de ces dotations.
Cependant, pour éviter la rigidité du système (qui, d'ailleurs, existe déjà !), il serait nécessaire, dans certains cas, que des transferts partiels de dotations puissent se faire quand une action devient prioritaire et/ou risque d'être mise en péril.

Une autre urgence concerne la question, à laquelle vous êtes cruellement confrontés, du renouvellement des subventions. Elle consisterait à empêcher l'annulation du renouvellement d'une action en cours et qui se déroulerait convenablement ; d'autant plus pour des motifs extérieurs à cette action et à son champ d'application.
L'établissement d'une telle clause devait être impérative pour toutes les subventions provenant des fonds publics. Pour les fonds privés, cela devrait aussi être une obligation ; mais cela serait plus difficile à obtenir car le risque serait de réduire le nombre et le montant de ces provenances. Peut-être faudrait-il tempérer cette obligation de renouvellement en donnant la possibilité que le montant de celui-ci puisse être, dans certains cas, amputé d'un certain pourcentage (notamment sur la base des besoins réels nécessaires à la poursuite de l'action en cours, mais peut-être aussi en fonction de la situation économique de l'organisme qui fournit la subvention).

J'ai développé la réaction à votre courrier car, en plus de la gravité du sujet, ce problème des subventions s'est posé à nous plusieurs fois depuis la création de POSITIFS. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle nous avons dû tant développer le bénévolat, avec tout ce que cela comporte comme implication personnelle.
Concernant nos activités, la suspension de nos subventions pour notre journal a fait que nous ne pouvons plus l'adresser à l'ensemble des personnes auxquelles il est habituellement distribué (diffusion gratuite pour la plupart). Pour notre serveur Internet et notre service de réponses aux courriers, nous arrivons à nous en sortir grâce au bénévolat et ... à un certain engagement financier de notre part ! C'est "le prix à payer" pour nous garantir une liberté d'action. Par contre, pour notre "Fonds d'Aide Rapide" (FAR), le seul bénévolat ne suffit pas puisque son objectif est de fournir de l'argent. Depuis un mois, nous avons épuisé les deux premières subventions (près de 100 000 FF) qui nous ont permis d'être opérationnels depuis janvier 98. Et nous nous épuisons à faire et refaire des dossier de demandes de subventions, à attendre "le bon vouloir" d'organismes de subventions. En parallèle, certains, notamment des ministères, n'hésitent pas à nous dire que les dotations faites aux organismes en place, et aux associations (souvent toujours les mêmes, les plus médiatisées ...) sont suffisantes ; ce qui est totalement faux (les courriers des personnes qui nous contactent, y compris des services sociaux, en témoignent).

 

Cordialement.

Docteur Gilbert MAURISSON
Secrétaire général de POSITIFS
et Responsable du Serveur Internet <http://www.positifs.org/>

© Copyright association POSITIFS, France, 1998.


ÉPILOGUE.

Aide Info Sida
association sans but lucratif

Rue Duquesnoy, 45
1000 BRUXELLES

02/514.29.65 (secrétariat)
02/511.45.29
0800/20120 (permanence)
02/502.54.14 (Fax)

E-mail : aide.info.sida@skynet.be

Le 10 février 1999

 

Madame, Monsieur.

Nous vous annoncions, dans un précédent courrier, la possible disparition de notre association.
A.I.S., pourtant subsidiée par le Ministère de la Santé de la Communauté française depuis plusieurs années, avait en effet essuyé un refus de subsidiation du Ministère pour l'année 1998-1999.

Nous avons été touchés par les nombreuses lettres de soutien, les contacts qui en ont découlé, et l'aide des personnes de terrain, de la presse et du monde politique qui ont accepté d'intervenir en notre faveur.
Après réintroduction d'un second dossier, et suite à l'avis positif des instances du Ministère, Madame la Ministre Présidente ONKELINX a décidé de nous octroyer un subside qui, bien qu'inférieur à ceux des années précédentes, nous permet d'envisager l'avenir sous de meilleurs auspices.

Au nom de tous les membres de l'association et des personnes que nous aidons, je tiens tout particulièrement à vous remercier de l'intérêt que vous nous avez manifesté et de vos encouragements.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.

 

Vincent DE JONGE
Président.


BBL : 310-0687255-96 - Les dons sont déductibles fiscalement.
Avec le soutien du Ministère de la Communauté française et
celui de la Commission Communautaire française de la Région Bruxelles-Capitale

 

© Copyright association Aide Info-Sida, Belgique, 1999.



Haut de page

 

Page maintained by Christian, association POSITIFS, France, 1998-99