C.50. Toulon 2004 : 13ème Symposium International

sur l'infection à VIH et les maladies infectieuses émergentes


Accueil Positifs => en résumé => index général => Publications de l'association POSITIFS => Toulon (2004)

Plan du site


C.50.

13th International Symposium on HIV & Emerging Infectious Diseases


(totalité des abstracts sur : http://www.isheid.com/).


 

INDEX

Présentation et synthèse


 

Abstracts soumis à ce congrès par Tran MKG et l'association POSITIFS.


ABSTRACTS ACCEPTÉS

  • Homologie moléculaire entre l'alpha-défensine et l'antigène spécifique 56D de Rickettsia Orientia Tsutsugamushi du Typhus des buissons (lengthy version: click here)

English version


  • La protéase du VIH est une métalloprotéinase contenant un cuivre lié au Motif Gly His Lys (GHK) aux résidus 68-70

English version


index

ABSTRACTS NON RETENUS

  • Modèle du venin de scorpion pour le Sida : l'antigène spécifique 56kd de Rickettsia Orientia Tsutsugamushi du typhus des buissons possède un motif commun avec le VIH-1 dans la région Alpha-defensine-like.

English version


English version


English version


  • Homologie moléculaire entre les Chémokines RANTES, MIP 1alpha, MIP 1beta, la boucle V2 de l'Enveloppe GP120 de HIV-1,-2 SIV et le venin de scorpion Tityus TS-VI.

English version


index


 Quelques aspects à retenir.

Ce symposium international à Toulon, qui s'enrichit en qualité et en nombre de participants d'année en année, est l'occasion de présenter des travaux originaux et l'état de l'art sur le VIH, l'Hépatite virale et les maladies infectieuses émergentes. Tous les travaux présentés se trouvant en ligne sur le site <http://www.ISHEID.com>, nous nous limiterons à mettre l'accent sur certains points du seul VIH, même si des travaux intéressants sur les hépatites et le SRAS ont été présentés.

Une bonne présentation des nouvelles stratégies anti-rétrovirales a été présentée par B.Hirschel (Op 2.2), l'un de artisans des arrêts thérapeutiques structurés. Il s'agit d'une part d'effectuer des essais de grande taille sur ces thérapeutiques, le risque de résistance lié à l'interruption étant négligeable. Il s'agit, d'autre part, de traitements à base d'inhibiteurs de protéases seuls. En effet, les anti protéases boostées au ritonavir, atteignent des concentrations plasmatiques de plusieurs ordres de grandeur supérieur à la concentration inhibitrice ; ce qui rend leur résistance (qui nécessite déjà de nombreuses mutations) très difficile et permet donc de les utiliser seules avec succès sur de longues durées, tant chez les patients naïfs (lopinavir/ritonavir) que chez ceux en échec thérapeutique (lopinavir/ritonavir ou lopinavir/ritonavir + atanazavir). Enfin, les antagonistes du CCR-5, en essais de phase II et III, présentent l'intérêt d'avoir une action de longue durée après leur administration, et pourraient être utilisés avec une ou deux prises par semaine seulement.

De très nombreux travaux ont traité de problèmes de résistance, mais aucune solution opérationnelle n'a été proposée si ce n'est la fuite en avant vers d'autres molécules ou classes de molécules. Soulignons cependant que nos deux contributions acceptées en Poster, en se focalisant sur des parties conservées du virus, pourraient apporter une vraie réponse ; de même que l'utilisation de la tacrine qui agit sur un récepteur cellulaire, le canal sodique, et pour laquelle nous nous battons depuis plus de 15 ans.

Au niveau des effets secondaires, qui sont très nombreux et variés, on peut regretter qu'ils aient été focalisés surtout sur l'aspect le plus connu et visible qu'est la lipodystrophie.

Un travail pouvant avoir des retombées thérapeutiques importantes, présenté en communication orale, n'a pas eu l'intérêt mérité. Il s'agit d'essais par une équipe allemande (Ulmer et al. OP 9.4 des Abstracts) sur de faibles doses de corticoïdes, réhabilitant les travaux de J.M Andrieu de 1995, cloué au pilori après sa médiatisation excessive, avec Georgina Dufoix alors ministre de la santé, et le décès de ses patients. L'essai présenté porte sur plus de 200 patients ayant plus de 300CD4 (valeur moyenne : 563), naïfs ou en traitement intermittent structuré, avec des dose faibles de prednisolone (5mg/jour). Ces faibles doses peuvent être supportées pendant de très longues durées sans effets secondaires significatifs. Sur l'ensemble des patients, il a été observé une amélioration significative des CD4 et également une tendance à l'amélioration de la charge virale. Ainsi sur les naïfs, on observe, sur une durée de 3 ans, une augmentation de 127 CD4, alors que les patients non traités ont une chute de 193. Chez les patients en arrêt thérapeutique structuré, on observe la même tendance ; ce qui permet d'augmenter considérablement les périodes d'interruption, avec une très forte incidence sur le coût et les effets secondaires des thérapies HAART.

Concernant les vaccins, aucune avancée significative dans la mesure où aucun essai avec un candidat vaccin polyépitopique comportant les divers épitopes invariants protecteurs connus du virus (protégés par des brevets), n'a encore vu le jour, par manque de volonté des différents concurrents commerciaux à travailler ensemble et manque de volonté politique de l'OMS et de l'ONU Sida d'imposer cette coopération. Signalons cependant les travaux sur un vaccin thérapeutique anti-Tat menés en collaboration par D Zagury et RC Gallo. La protéine Tat active en effet la réplication virale, possède une action angiogénique (favorisant le sarcome de Kaposi), et est neurotoxique. Un vaccin induisant la production d'anticorps anti-Tat, limiterait donc les effets pathogènes du HIV, mais malheureusement dans une très faible mesure. En effet la protéine Tat représente moins de 2% des protéines virales qui possèdent des effets tout aussi délétères (Nef 80% des protéines virales, pol gag, vif, dont les épitopes devraient être assemblés dans un même vaccin).

Concernant l'utilisation des cytokines, une seule communication sur l'IL2 dont il est confirmé que la restauration du système immunitaire n'est pas simplement quantitatif mais qualitatif. Par ailleurs, l'intérêt de l'IL15 dans cette restauration, cytokine ayant des effets comparables à ceux de l'IL2, a été présenté ; mais les essais cliniques avec cette cytokine proinflammatoire ne sont pas encore prévus.


 En conclusion, ce symposium dont l'originalité se situe par son ouverture à des pathologies infectieuses émergentes autre que le VIH et une grande ouverture à des approches thérapeutiques sortant de l'orthodoxie stricte, permet de s'informer dans un cadre à taille humaine, et avant chaque conférence mondiale qui est une grande foire politico-scientifico-médiatique, des dernières avancées en matière de recherche de base et de thérapeutique.


index

 Abstracts Toulon 2004

13ème Symposium International sur l'infection à VIH
et les maladies infectieuses émergentes

(totalité des abstracts sur http://www.isheid.com/)

6 abstracts soumis à Toulon :

Auteurs : TRAN M.K.G.1, 5, KIRKIACHARIAN S.2, MAURISSON G.3, 5, CAPRANI A.4, 5

1 University Paris-Sud XI ; correspondence: 31 Av du Bois, Châtenay-Malabry, France.
2 Therapeutic Chemistry, Faculty Pharmacy, University Paris-Sud XI, Châtenay-Malabry.
3 Centre Médical Europe, 44 rue d'Amsterdam, Paris
4 CNRS UMR, University 7-Denis Diderot, CNRS UMR 7057, 2 Place Jussieu, Paris Cedex 05.
5 Association Positifs, BP 230 75865 Paris Cedex 18.


 2 ABSTRACTS ACCEPTÉS

sous forme de Poster

 

Homologie moléculaire entre l'alpha-defensine et
l'antigène spécifique 56D de
Rickettsia Orientia Tsutsugamushi du Typhus des buissons

TRAN M.K.G.1, KIRKIACHARIAN S.2, MAURISSON G.3, CAPRANI A.3

1 Université Paris-Sud XI ; correspondance : 31 Av du Bois, Châtenay-Malabry, France.
2 Chimie Thérapeutique, Faculté de Pharmacie, Université Paris-Sud XI, Châtenay-Malabry.
3 Association Positifs, BP 230 75865 Paris Cedex 18.


1) Zhang L.(2002) a découvert un isotype de l' alpha-défensine [différent par l'isoleucine 28(lleu28 oul28), au lieu de la phenylalanine(Phe ou F), dans l'alpha-defensine classique du commerce], comme facteur protecteur naturel contre le VIH chez les non progresseurs à long terme non traités.

2) Watt G (2000, 2001) a remarqué un effet bénéfique du sérum de typhus des buissons associé à typhus Rickettsia (Orientia Tsutsugamushi) [Rick.Or.Tsu.] sur la réplication du VIH chez les séropositifs, ce qui suggère une protection par anticorps croisés

3) Tran M.K.G. a décrit une homologie moléculaire entre Nef et l'alpha-défensine (Warsaw Conf., Poland, 2003), puis entre Nef et l'antigène spécifique de type 56 Kd de Rick.Or.Tsu. (tsa 56)(cette même Conférence Toulon 2004) centrée sur le tétrapeptide commun GIRY. Il est à remarquer que l'alpha-defensine variant (I 28) est 20fois plus protectrice que l'alpha-défensine commerciale (F 28), ce qui montre le rôle important de l'isoleucine 28

MÉTHODES : Nous avons comparé les séquences d'amino-acides et les structures tridimensionnelles (3D) de l'alpha-défensine ( I 28) et de Rick.Or.Tsu tsa 56.

RÉSULTATS :

DISCUSSION ET CONCLUSION :

Rick.Or.Tsu tsa 56 présente un parfait mimétisme moléculaire avec l'alpha-défensine de Zhang sur le tétrapeptide IAWL, avec une homologie significative s'étendant sur 8 résidus, suggérant que la protection puisse être médiée par des anticorps croisés contre la séquence IWKFDSA de Nef. La trilogie (Nef, a-defensin de Zang et Rick.Or.Tsu tsa 56) définit deux épitopes linéaires homologues (centrés respectivement sur IAWL et GIRY),qui sont proches dans la structure tridimensionnelle. Pour la clade B et les clades AE de Thaïlande, des vaccins avec ces épitopes Nef, ou une anatoxine avec Rick.Or.Tsu tsa 56, et une immunothérapie passive (sérum, anticorps monoclonaux, Fab, Fv,...) pourraient être fabriqués comme thérapie anti VIH, dans la mesure où cette région de Nef est relativement bien conservée à l'intérieur de chaque clade.


Version longue

(retour index)

La protéase du VIH est une métalloprotéinase contenant un cuivre lié au Motif Gly His Lys (GHK)
aux résidus 68-70

 

TRAN M.K.G.1, 5, KIRKIACHARIAN S.2, MAURISSON G.3, 5, CAPRANI A.4, 5

1 Université Paris-Sud XI ; correspondance : 31 Av du Bois, Châtenay-Malabry, France.
2 Chimie Thérapeutique, Faculté de Pharmacie, Université Paris-Sud XI, Châtenay-Malabry.
3 Centre Médical Europe, 44 rue d'Amsterdam, Paris
4 CNRS UMR, Université 7-Denis Diderot, CNRS UMR 7057, 2 Place Jussieu, Paris Cedex 05.
5 Association Positifs, BP 230 75865 Paris Cedex 18.


INTRODUCTION :
Les anti protéases sont des molécules très efficaces, mais elles induisent rapidement des chimiorésistances croisées, avec l'apparition de mutations multiples (L10FIRV, K20MR, L24I, D30N, V32I, L33F, M36I, M46IL, I47V, G48V, I50V, I54VML, L63APQ, A71TV, G73SA, V77I, V82AFTS, I84V, N88DS, L90M), rendant leur efficacité à long terme problématique.

MÉTHODES :
Nous avons entrepris un screening systématique de la séquence complète d'amino-acides de la protéase du VIH, en nous focalisant sur certains motifs spécifiques qui pourraient avoir échappé aux autres chercheurs.

RÉSULTATS :
Il existe un motif typique liant le cuivre Glycine Histidine Lysine (Gly His Lys, or GHK) [K pour Lysine] (Pickart L, 1980) dans la protéase du VIH aux résidus 68-70. Par exemple, GSK est trouvé dans la séquence du collagène de type I, et clivé après protéolyse sous forme de cuivre tripeptide (Pickart L, 1980).

Ce 68-GHK-70, situé loin du site catalytique est classifié comme protéase du VIH, membre d'une famille de métalloprotéinase, avec deux cuivres symétriques. La fonction du cuivre semble importante. Rarement His 69 est mutée en Tyrosine( Tyr ou Y) (traitement par le lopinavir) et même dans ce cas, le remplacement de His par Tyr peut être non fonctionnel, car le cuivre se lie aux deux résidus, bien que l'affinité du cuivre pour His soit supérieure. Dans la mesure où Gag du VIH contient GHK, et de plus est la cible de la protéase du VIH-1, il se pourrait que le cuivre, en tant que métal complexant, puisse contribuer à la protéolyse de gag.

DISCUSSION ET CONCLUSION :
La conception de nouvelles générations d'anti-protéases devrait prendre en compte la chélation par le motif 68-GHK-70 des deux cuivre symétriques dans la protéase dimère, pour renforcer son efficacité et peut-être éviter la chimiorésistance, dans la mesure où le cuivre est nécessaire pour l'activité de la fonction enzymatique. En tant que métalloprotéinase, la protéase du VIH-1 pourrait être attaquée par une antiprotéase adéquate agissant simultanément à son talon d'Achille en cuivre ; ce qui n'a encore jamais été tenté.


(retour index)

4 ABSTRACTS REFUSÉS

 

Modèle du venin de scorpion pour le Sida :

l'antigène spécifique 56kd de Rickettsia Orientia Tsutsugamushi du typhus des buissons
possède un motif commun avec le VIH-1 dans la région Alpha-defensine-like.

TRAN M.K.G.1,3, KIRKIACHARIAN S.2, MAURISSON G.3, CAPRANI A.3

1 Université Paris-Sud XI ; correspondance : 31 Av du Bois, Châtenay-Malabry, France.
2 Chimie Thérapeutique, Faculté de Pharmacie, Université Paris-Sud XI, Châtenay-Malabry.
3 Association Positifs, BP 230 75865 Paris Cedex 18.


INTRODUCTION :
Watt G. (2001, 2000) ont trouvé en Thaïlande que l'infection du typhus des buissons provoquée par Orientia Tsutsugamushi (Or.Tsu.) était bénéfique pour les patients séropositifs VIH-1, par suite d'une immunité croisée impliquant des anticorps à un épitope commun au VIH-1 et à Or.Tsu. De plus il a été établi que HIV-1 Nef mimait un membre de la famille des venins de scorpion : l'alpha-defensine (Tran M.K.G., E.A.C.S. Warsaw Eur. Conf., 2003), la protéine protectrice naturelle des non progresseurs à long terme (Zhang L., 2002). Nous avons tenté de déterminer l'épitope induisant la réaction croisée ;

MÉTHODES :
Comparaison des séquences d'aminoacides (aa) entre les protéines du VIH-1(banque de données de Los Alamos) et les protéines de surface de Or.Tsu [antigène spécifique de type 56kD (tsa56)].

RÉSULTATS : Nous avons trouvé un motif commun GIRY entre Nef de la clade E du VIH-1 de Thaïlande et Or.Tsu. tsa 56 (513-521) :


P et S sont souvent trouvés sur la pointe de la boucle ; L et F sont hydrophobes et semi-conservés, A et G sont des aa fournissant des espaces. La longueur est de 9aa et est très significative. De manière étonnante cet épitope se trouve exactement dans la région de Nef qui mime l'alpha-défensine (Tran MKG, Warsaw 2003), suggérant un rôle fonctionnel crucial. Un deuxième épitope est publié dans cette même Conférence de Toulon (Tran MKG, 2004).

DISCUSSION et CONCLUSION :
Une stratégie de vaccin protecteur spécifique ou une immunothérapie (sérothérapie, anticorps monoclonaux ou Fab, etc.) pourrait être développés sur la base d'une homologie entre le Nef du VIH61 de Thaïlande et Or.Tsu.tsa 56, centré sur GIRY (ou GVRY), et une meilleure adaptation entre les souches correspondantes de VIH-1, Nef et Or Tsu, qu'une sérothérapie aveugle (comme l'a expérimenté Watt G. en 2001). Cette séquence relativement bien conservée de Nef pourrait être présentée par les heat shock proteines aux cellules dendritiques (Srivastava P, 2002). Ces résultats confirment aussi notre modèle de venin de scorpion pour le Sida et l'efficacité de la tacrine.

(retour index)

 Sida et athérosclérose :

Homologie entre le virus Herpès de la maladie athérogène de Marek et le récepteur aux LDL

 

TRAN M.K.G.1,3, KIRKIACHARIAN S.2, MAURISSON G.3, CAPRANI A.3

1 Université Paris-Sud XI ; correspondance : 31 Av du Bois, Châtenay-Malabry, France.
2 Chimie Thérapeutique, Faculté de Pharmacie, Université Paris-Sud XI, Châtenay-Malabry.
3 Association Positifs, BP 230 75865 Paris Cedex 18.


INTRODUCTION :
Les patients présentant une hypercholestérolémie, une hypertriglycéridémie, un diabète, ainsi que les patients VIH+ lypodystrophiques, sont à risque d'athérosclérose, la première cause mondiale de mortalité d'après l'OMS. L'athérosclérose peut avoir pour origine un virus herpès : Paterson(1950) a découvert un lien entre le virus de la maladie de Marek (MDV), un virus herpès du poulet et une sclérose coronarienne chez le poulet. Fabricant CG (1973) a trouvé des cristaux de cholestérol dans des cultures cellulaires infectées par un herpès virus de félin et, en 1975, y a soumis des poulets ayant un régime sans cholestérol mais infectés par le MDV. Ceux-ci ont développé une athérosclérose des artères aortiques, cœliaques, gastriques, mésentériques et coronaires avec dépôt de cholestérol et cellules spumeuses. Des virus du poulet (Influenza, poliomyélite) peuvent être transmis à l'homme. L'inhibiteur de MDVp53, Meq, induit une prolifération clonale de cellules musculaires lisses artérielles, couplée à une accumulation de phospholipides, d'acides gras libres, de cholestérol et d'esters de cholestérol. Nous avons essayé d'élucider le rôle du MDV dans les dépôts de cholestérol

MÉTHODES :
Nous avons comparé les séquences d'aminoacides(AA) et superposé les structures tridimensionnelles.

RÉSULTATS :
Nous avons trouvé dans le génome du MDV 132 paires de base 40AA, répétées environ 8 fois dans certaines souches. Une répétition similaire de 8 fois 42AA est trouvée dans le récepteur (LDLR) aux LDL (mauvais cholestérol). Rappelons que dans l'hypercholestérolémie génétique familiale et dans le modèle de lapin Watanabe, des mutations ont lieu précisément dans les paires de couples des séquences répétées de LDLRMDV et LDLR :


Dans la structure tridimensionnelle en fleur du LDLR, nous superposons les AA de MDV sur LDLR, en centrant sur les cystéines C (C ponts SS)

DISCUSSION ET CONCLUSION :
MDV contient un LDLR viral, présent pendant l'infection dans la plaque artérielle (ici la coronaire), qui capture et retient le mauvais cholestérol LDL in situ (les antigènes MDV sont détectés dans les artères), provoquant une accumulation de graisses initiant l'athérosclérose. Les poulets de notre alimentation devraient être testés pour des raisons de sécurité (absence de MDV), afin d'éviter l'athérosclérose, spécialement chez les patients VIH+. Des anti-herpétiques [par exemple la propolis plus efficace que l'aciclovir (Vinograd N, 2000)] ainsi qu'un vaccin (qui existe déjà pour le poulet) pourraient être développés contre le MDV.

(retour index)

Le modèle du venin de scorpion pour le Sida :

L'enveloppe du Virus de la leucémie féline (FeLV 61C inducteur du Sida)
est homologue à un venin de scorpion

TRAN M.K.G.1,3, KIRKIACHARIAN S.2, MAURISSON G.3, CAPRANI A.3

1 Université Paris-Sud XI ; correspondance : 31 Av du Bois, Châtenay-Malabry, France.
2 Chimie Thérapeutique, Faculté de Pharmacie, Université Paris-Sud XI, Châtenay-Malabry.
3 Association Positifs, BP 230 75865 Paris Cedex 18.


INTRODUCTION :
Le rétrovirus induisant le Sida a un précédent ancien dans le virus de la leucémie féline(FeLV) associé à une immunosuppression (appelée FeLV-AIDS), qui se présente sur des chats avec certains isolats de FeLV. De nombreux chats meurent des conséquences cytosuppressives d'infections par le FeLV (Sida et aplasie médullaire), plutôt que par la leucémie elle-même. Le Sida chez le chat est caractérisé par une perte de poids progressive, une diarrhée intraitable, une hyperplasie lymphoïde, une lymphopénie et des infections opportunistes (rhinites bactériennes, pneumonie, stomatite nécrosante). Un séquençage de l'enveloppe du rétrovirus révèle une différence de 6 résidus (séquence NVKHGA) entre la souche induisant un Sida fatal (FeLV 61C) et la souche bénigne (FeLV 61E) (Overbaugh J., Science, 1988: 906). Notre objectif a été de comprendre pourquoi cette souche 61C était si pathogène et conduisait à un Sida fatal fulgurant.

MÉTHODES :
Comparaison des séquences d'amino-acides

RÉSULTATS :
Nous avons découvert que seule une séquence de la souche 61C induisant le Sida, mais pas celle de la souche bénigne 61E, pouvait être alignée avec une toxine de venin du scorpion Centruroides sculpturatus Ewing (CsE). Dans le cas de la souche bénigne 61E, l'insertion de l'hexapeptide
NVKHGA après SPT rompt complètement l'alignement :


Un alignement plus important est trouvé si l'on considère avec des chimères de venins de scorpions et l'enveloppe de FeLV.

DISCUSSION ET CONCLUSION:
Chez les chats, FeLv peut tuer par un Sida fulgurant fatal. La souche induisant le Sida 61C diffère de la souche bénigne 61E par la délétion d'un hexapeptide ; ce qui permet d'aligner la souche 61C avec un venin de scorpion, ce que la souche 61E ne permet pas. Ainsi le concept du venin de scorpion pour le Sida (Tran MKG, 1989 ; Werner T., 1991) est justifié, non seulement pour le VIH-1, mais également pour le virus de la leucémie lymphotropique du chat. La Tacrine, qui modifie le récepteur au venin de scorpion (canal sodium dépendant), pourrait être essayée et bénéfique pour le Sida des chats

(retour index)

 Homologie moléculaire entre les Chemokines RANTES, MIP 1alpha, MIP 1beta,
la boucle V2 de l'Enveloppe GP120 de HIV-1,-2 SIV et le venin de scorpion Tityus TS-VI

TRAN M.K.G.1,3, KIRKIACHARIAN S.2, MAURISSON G.3, CAPRANI A.3

1 Université Paris-Sud XI ; correspondance : 31 Av du Bois, Châtenay-Malabry, France.
2 Chimie Thérapeutique, Faculté de Pharmacie, Université Paris-Sud XI, Châtenay-Malabry.
3 Association Positifs, BP 230 75865 Paris Cedex 18.


INTRODUCTION :
Dans la mesure où les chémokines(RANTES, MIP 1alpha, MIP 1beta) sont impliquées dans la physiopathologie du Sida, nous les avons analysées dans le contexte du modèle du venin de scorpion pour le Sida. Nous avons essayé d'analyser le mécanisme d'action de RANTES, MIP 1alpha, MIP 1beta.

MÉTHODES :
Les séquences d'amino-acides de RANTES, MIP 1alpha, MIP 1beta ont été comparées à celles du facteur chémotactique eosinophilique (ECF), aux toxines de scorpion et aux banques de données de Los Alamos sur le VIH.

RÉSULTATS :
La boucle V2 de la protéine gp120 de l'enveloppe du VIH est un venin de scorpion ; les structures tridimensionnelles de RANTES et du venin de scorpion sont similaires avec une hélice alpha et 3 brins bêta en commun. Le résidu Y27 du site actif de RANTES est homologue au site Y5 du venin de scorpion. Le meilleur ajustement se fait avec Tityus Serrulatus Ts-VI, un venin de scorpion induisant une allergie généralisée chez la souris. Les astérisques* se rapportent aux mutants Y177 etT179 de HIV-1 RF

DISCUSSION ET CONCLUSION :
Les chémokines RANTES, MIP 1alpha, MIP 1beta sont homologues à la boucle V2 de l'enveloppe du HIV-1,-2, du SIV ainsi qu'au venin du scorpion Tityus serrulatus Ts-VI (qui induit, comme RANTES, une allergie). Ainsi RANTES peut être intégré dans un plus large concept du modèle du venin de scorpion pour le Sida (c'est-à-dire boucle V3, gp41, Nef, récepteur du venin de scorpion canal sodique voltage dépendant, et Tacrine modulateur du canal sodique).



Haut de page
 

© Copyright 2004-06 association POSITIFS, France.
Page maintained by Christian.
Créée en août 2004.
mise à jour de janvier à mars 2005.