C.5. INTERÊT DE LA GLUCURONAMIDE
CHEZ LES PATIENTS
SÉROPOSITIFS


Accueil Positifs => en résumé => index général => Publications de l'association POSITIFS =>

Intérêt de la Glucuronamide. (1996)

Plan du site


Maurisson Gilbert *, Richert A **, Caprani A.** #, Avicenne J. **

* Centre Médical Europe, 44 rue d'Amsterdam, 75009 Paris, France
** Association "POSITIFS", BP 230, 75865 Paris CEDEX 18, France
# CNRS URA 343, 75251 Paris CEDEX 05, France


Objectif :

Évaluer l'efficacité de la glucuronamide chez les patients infectés par le virus VIH1.

Méthodes :

Un essai clinique en ouvert a été réalisé entre 1993 et 1995 chez 23 patients infectés par le VIH1 (16 au stade II, 6 au stade IVC1, 1 au stade IVD) ; deux seulement étaient traités aussi par des traitements antirétroviraux. Les patients ont reçu chaque jour 400 mg de glucuronamide (associée à 500 mg de vitamine C et à 50 mg de caféine). La durée moyenne du traitement a été de 11,3 ± 7,5 mois. Un suivi clinique et une évaluation biologique ont été effectués pour chaque patient.

Résultats :

L'état clinique de tous les patients s'est stabilisé ou amélioré. Aucune infection opportuniste n'est survenue. Plusieurs paramètres biologiques ont été mesurés. Sur le tableau, les principaux paramètres mesurés au début et à la fin de l'essai ont été rapportés en mentionnant le résultat de l'étude statistique réalisée avec le test t de Student (valeur du p). Les lymphocytes CD4 et les anticorps anti-P24 ont été très nettement augmentés. La bêta-2- microglobuline et les triglycérides sont restés stables. Chez 3 patients chez lesquels l'antigène P 24 était présent avant traitement, cet antigène P 24 s'est négativé sous glucuronamide. De plus, chez 7 des 7 patients qui avaient arrêté la glucuronamide pendant 3 à 15 mois, une diminution des CD4 est survenue systématiquement (-52,6% en valeur absolue et -36% pour la valeur relative). L'actualisation des résultats (juin 1996) concernant les lymphocytes CD4 en valeur absolue a été réalisée chez 35 patients (28 au stade II, 6 au stade IVC1, 1 au stade IVD) qui ont reçu de la glucuronamide pendant 16,43 ± 9,45 mois : l'augmentation persiste chez 22 patients (Répondeurs = 62%). Concernant les lymphocytes CD4 en pourcentage, l'actualisation n'a pu être effectuée que chez 23 patients (17 au stade II, 5 au stade IVC1, 1 au stade IVD) et pendant 19,17 ± 7,02 mois : l'augmentation persiste chez 17 patients (Répondeurs = 73%). Aucune infection opportuniste n'est survenue au cours de cette nouvelle période d'étude.

Paramètres

avant traitement

après traitement

significativité

Lymph.CD4/mm3

294,13 ± 130,66

412,48 ± 214,53

p<0,027

lymph.cd4%

16,5 ± 6,78

21,83 ± 10,04

p<0,057

anticorps p 24

130,08 ± 106,01

1965,6 ± 2322,15

p<0,021

Actualisation des résultats (juin 1996)

Paramètres

avant traitement

après traitement

durée du traitement.
(mois)

significativité

lymph. cd4/mm3 :
répondeurs (n=22, 62%)

318,27 ± 123,09

455,77 ± 180,18

16,43 ± 9,45

p<0,001

non-répondeurs
(n=13, 38%)

318,61 ± 155,43

227,54 ± 139,23

16,43 ± 9,45

p<0,2

lymph. cd4% :
répondeurs (n=17, 73%)

16,29 ± 7,08

20,48 ± 8,53

19,17 ± 7,02

p<0,2

non-répondeurs
(n=6, 27%)

18,33 ± 7,06

13,33 ± 5,64

19,17 ± 7,02

p<0,3

Conclusion :

La glucuronamide semble être un agent efficace chez les patients infectés par le virus VIH1 qui peut être utilisé dès le début de l'infection en raison de son absence de toxicité, mais qui ne doit pas être arrêté. À long terme, le bénéfice clinique (absence d'infection opportuniste) persiste pour tous les patients ; concernant les CD4, le bénéfice semble persister pour une majorité de patients. Il serait intéressant que des essais cliniques de la glucuronamide en association avec des tri-thérapies soient réalisés. Le faible coût de ce traitement le rendrait accessible aux populations des pays économiquement démunis.



Haut de page
 

© Copyright association POSITIFS, France, 1996.
Page was maintained by Cécile and Christian. Thanks.

© Copyright 2005, association POSITIFS, France.
Page maintained by Christian.