Derniers Plans:
RSS
Oct 20
C.129- Ont-ils AGGRAVÉ la pandémie?-Requisitoire contre la politique sanitaire du gouvernement PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Xaver Bazin   
Samedi, 09 Octobre 2021 17:17

Pas de théorie du complot, juste les FAITS – accrochez vos ceintures

Cher(e) ami(e) de la Santé,

Bonne nouvelle pour les pays nordiques !

La Suède, la Norvège et le Danemark ont annoncé qu’ils levaient toutes les restrictions liées à la Covid.

Pour eux, l’épidémie est terminée, et il est grand temps revenir à la vie normale, la vraie.

Pas de « pass sanitaire », là-bas, et encore moins d’obligation vaccinale pour qui que ce soit.

Et non, leur population n’est pas plus vaccinée que celle de la France.

Ces pays ont simplement fait un choix fondamental : la liberté contre la surveillance techno-totalitaire (QR code), l’égalité entre les citoyens contre la discrimination envers les non-vaccinés, la fraternité nationale contre la division entre « bons » et « mauvais » citoyens.

Bref, ils ont choisi de vivre, ils ont choisi la vie plutôt que la psychose perpétuelle face aux virus.

Pour l’Occident, à présent, c’est l’heure du bilan.

Les décisions prises en France et ailleurs ont-elles limité la gravité de la pandémie…

…ou au contraire, amplifié le nombre de cas, de morts et de dégâts ?

C’est ce que nous allons voir aujourd’hui.

Je ne sais pas s’il s’agit d’incompétence, de corruption ou encore d’autre chose – ce n’est pas le sujet de cette lettre.

Mais comme vous allez le voir, presque TOUTES les mesures prises ont aggravé la situation.

Je sais que ça paraît difficile à croire.

Mais si l’on met les faits, bout à bout, c’est difficile de le nier :

Avant même l’explosion de l’épidémie, des décisions étranges

Encore une fois, je ne dis pas ici qu’il y a eu volonté de nuire.

Mais le résultat est là…à commencer par cette fameuse image :

1) Une semaine avant le confinement généralisé, M. et Mme Macron invitent les Français à se rassembler dans des espaces intérieurs, comme les théâtres :


 Laissez-moi vous expliquer le gros problème de cette « incitation » présidentielle, une semaine avant le confinement généralisé.

Sur le moment, je le reconnais bien volontiers, cet appel ne m’a pas choqué, car j’ai toujours pensé qu’il ne fallait pas s’arrêter de vivre à cause de ce virus.

Mais il y a un juste milieu : il est possible de vivre à peu près normalement, sans confinement, comme l’a fait la Suède, et prendre tout de même quelques précautions pour éviter la saturation des hôpitaux !

Ces précautions auraient dû être prises dès le mois de janvier, par nos gouvernants, pour une raison simple :

Ils savaient des choses sur ce virus que personne d’autre ne pouvait savoir à l’époque.

En effet, le mari de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, Yves Levy, avait inauguré en grande pompe le laboratoire P4 de recherche virologique de Wuhan, en 2017.

Il savait donc parfaitement qu’on y faisait des manipulations risquées sur les coronavirus de chauve-souris.

Il y a quelques jours, des investigateurs ont retrouvé – et rendu public – le « programme de recherche » de l’Institut de virologie de Wuhan, datant de 2018.

Dans ce document, on apprend que le laboratoire de Wuhan avait prévu d’introduire artificiellement, dans un coronavirus de chauve-souris, un nouveau « site de clivage de la furine » permettant de mieux infecter les êtres humains[1].

C’est le pistolet fumant qui clôt définitivement le débat sur l’origine du coronavirus.

Car depuis le début, les microbiologistes s’étonnent que le nouveau coronavirus possède ce fameux « site de clivage de la furine », parfaitement adapté pour infecter les êtres humains… alors qu’on n’avait jamais trouvé un site de cette nature dans les autres coronavirus de chauve-souris.

Et on apprend maintenant que les laboratoires de recherche de Wuhan avaient prévu de créer précisément ce genre de virus chimérique, avec site de clivage adapté à l’homme !

Voilà pourquoi le coronavirus s’est répandu comme une traînée de poudre dans le monde entier : c’est parce qu’il a été créé pour cela !

Mais c’était à peine imaginable, au départ - et c'est pour cela que le Pr Raoult, comme moi, n'étions pas inquiet du coronavirus chinois en janvier 2020. Parce que les maladies infectieuses sont des maladies « d’écosystème » qui franchissent très rarement les continents.

Problème : c’était vrai pour les virus « naturels »... mais faux pour les virus bricolés en laboratoire pour être le plus infectieux possible !

Agnès Buzyn, elle, savait certainement que ce virus était artificiel.

Dès le 30 janvier 2020, elle avait averti le Premier Ministre que « les élections ne pourraient sans doute pas se tenir ».

Elle a aussi déclaré ceci au journal Le Monde : « Quand j’ai quitté le ministère (NDLR : le 16 février), je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous. »

Bizarrement, malgré ces alarmes répétées, Emmanuel Macron invite les Français à sortir au théâtre au début du mois de mars, au moment même où l’épidémie ravage le nord de l’Italie.

Pire : il refuse obstinément de fermer les frontières, notamment avec l’Italie !

2) Aucune fermeture des frontières – pourtant le principal moyen d’éviter une contagion massive

C’est étonnant, car la fermeture des frontières est une des seules mesures efficaces contre la Covid.

On l’a vu avec les exemples de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande – même si leur stratégie zéro covid est totalement folle, le fait est que la fermeture quasi-totale des frontières leur a permis de contenir l’épidémie pendant plus d’un an.

Bien sûr, la France n’est pas une île, et il était impossible de fermer totalement le pays.

Mais si l’objectif le plus raisonnable était, non pas d’éviter le virus, mais de lisser les contagions dans le temps, pour éviter une surcharge brutale et catastrophique des hôpitaux, alors fermer les frontières était la meilleure option !

Et pourtant, cela a été refusé par Emmanuel Macron, avec cet argument invraisemblable : « le virus n’a pas de passeport », a-t-il dit aux Français dans son allocution du 12 mars 2020 ![2]

Argument d’autant plus ridicule que, 5 jours plus tard, le même Emmanuel Macron annonce le confinement généralisé et… interdit les déplacements entre régions ou départements (avec le fameux rayon de 100 kilomètres) !

A la décharge d’Emmanuel Macron l’argument absurde du « virus qui n’a pas de passeport » était défendu à l’époque par les experts de l’OMS[3] (ce qui ne fait qu’accroître ma suspicion sur toute cette affaire).

Le président américain de l’époque avait même été vertement critiqué dans le monde entier pour avoir fermé la frontière des États-Unis avec la Chine dès le 30 janvier – ce qui était pourtant parfaitement pertinent !

3) Pire que de ne pas fermer les frontières ? Rapatrier les Français de Wuhan sans précaution

Ce qui s’est passé avec les arrivants en France depuis la région de Wuhan est peut-être encore plus stupéfiant.

Vous souvenez-vous d’un des premiers patients Covid, un touriste chinois de 80 ans originaire de Hubei, la région qui englobe la ville de Wuhan ?

Il est arrivé en France le 23 janvier… est allé aux Urgences le 25 janvier parce qu’il était malade… et a été renvoyé chez lui !

Puis, à nouveau hospitalisé à l’hôpital Bichat, il a finalement été diagnostiqué Covid, a reçu du remdésivir… puis est décédé, devenant le 3ème mort du Covid recensé officiellement hors de Chine ![4]

Et que dire d’un des premiers clusters, en France, qui a eu lieu dans l’Oise ?

Il s’est produit à côté de la base militaire de Creil, qui abritait l’équipage et les militaires qui ont ramené par avion les Français de Wuhan, le 31 janvier.

Et comme par hasard, l'un des infectés de ce cluster était un logisticien venant de cette base militaire (qui n’était pas allé à Wuhan[5]).

Les militaires revenus de Wuhan ont-ils été testés contre le coronavirus ?

Eh bien non !

C’est pourtant ce que la Ministre des Armées avait déclaré, le 4 mars… mais elle a dû avouer devant une commission parlementaire, sous serment, qu’elle avait menti[6] !

Ces militaires ont bien subi une quarantaine de 14 jours mais ils n’ont pas été testés systématiquement.

Cette absence de test, étrange, n’est d’ailleurs pas isolée.

Voici ce qui s’est passé, avec les Français rapatriés de Wuhan qui ont été placés à l’isolement, près de Marseille – ce récit a été publié dans le journal Le Monde[7] :

[Le 31 janvier 2020, les Français rapatriés de Wuhan, épicentre chinois de l’épidémie de Covid-19, sont installés à Carry-le-Rouet, dans les Bouches-du-Rhône, à quelques kilomètres de l’IHU de Marseille.]

À peine informé, le Pr Didier Raoult met sur pied un plan d’attaque. D’abord envoyer ses « troupes » sur le tarmac, à l’aéroport d’Istres. Ne pas laisser descendre les rapatriés de l’avion avant de leur avoir mis un écouvillon dans la narine. (…)

« Dépister, tracer, isoler », c’est depuis toujours son mantra. Avant même que l’Airbus militaire n’atterrisse, il explique donc aux autorités sanitaires : (…) « Vous nous laissez monter dans la carlingue. On prélève. On a le résultat en deux heures. Et on peut dire : vous, les infectés, venez chez nous, à l’IHU. Les autres, vous partez à Carry-le-Rouet, on vous fout la paix. » Aussitôt dit, quatre membres de l’institut foncent à l’aéroport d’Istres avec leur matériel.

Sur le tarmac, ils tombent nez à nez avec Agnès Buzyn. La ministre de la Santé est venue de Paris souhaiter la bienvenue aux « expat ». Mais la seule présence des « Raoult Boys » semble lui gâcher sa journée. (…) Des tests dans l’avion, au débotté ? Pas question. »

Pour se justifier, Agnès Buzyn évoque des formulaires à remplir, des protocoles à respecter…

Mais cela n’explique pas tout.

Car non seulement le gouvernement n’a pas voulu tester les rapatriés de Wuhan…

…mais pendant des semaines, les autorités ont refusé de faire ce que le Pr Raoult faisait massivement, à l’IHU Marseille !

4) Refuser de tester massivement, dès les premiers symptômes, comme l’a fait le Pr Raoult à Marseille

Pourtant, tester, dépister, c’est le BA-BA, en maladie infectieuse.

Lors de son entretien avec le Président Macron, le 9 avril, le Pr Raoult ne s’est pas privé de lui signaler :

Pr Raoult : « Vous êtes fous de ne pas avoir fait faire de tests. On vous a raconté que la PCR, c’était vachement compliqué (…). En vérité, n’importe qui est capable d’en fabriquer.

– Je sais, répond le président de la République. Vous avez été le premier à me l’avoir expliqué. Personne ne l’avait fait, et vous aviez raison.

– Nous n’avions pas de tests début mars…, rappelle [Jean-François] Delfraissy [le président du conseil scientifique].

– Écoute Jean-François, les vétérinaires étaient prêts à vous en donner des milliers, coupe Raoult. »

De fait, les vétérinaires avaient des stocks énormes des fameux « réactifs »[8] qui auraient pu permettre de tester beaucoup plus largement la population.

Ce blocage bureaucratique rappelle d’ailleurs un autre scandale, rapidement oublié :

Au printemps 2020, de nombreuses cliniques privées auraient pu accueillir des patients Covid, notamment en réanimation…

…mais plutôt que de faire appel à elles, notamment dans l’Est submergé, on a préféré médiatiser des transferts de patients dans d’autres régions… dans des hôpitaux publics[9] !

Selon le sénateur Alain Fouché : « Dans le Grand Est, plusieurs patients atteints du Covid-19 ont été évacués vers Marseille et Bordeaux, puis vers l'Allemagne et vers la Suisse à la fin du mois de mars, alors que 70 places de réanimation libérées dans des cliniques n'étaient pas utilisées. »[10]

Simple incompétence bureaucratique ?

Probablement, mais cela a permis d’enfoncer les Français dans la peur, avec des évacuations par hélicoptère très médiatisées.

Je vois que j’ai déjà été long, et je n’ai fait qu’aborder les toutes premières décisions prises !

Restez connecté, dans ma prochaine lettre, j’aborderai les décisions « étranges » du mois de mars 2020 :

  • Privilégier le paracétamol contre l’ibuprofène et les corticostéroïdes ;
  • Placer un maximum de patients sous ventilateur (plutôt que donner de l’oxygène à haut débit) ;
  • Ne pas recommander la vitamine D et autres compléments alimentaires dans les maisons de retraite ;
  • Plutôt que d’essayer de soigner, encourager en Ehpad l’utilisation du rivotril, un médicament qui abrège les souffrances
  • Etc.

Vous verrez : quand j’aurai fini la liste, vous comprendrez que l’épidémie n’aurait jamais dû être plus problématique qu’une saison de « mauvaise grippe ».

Bonne santé,

Xavier Bazin

 

Pour vous inscrire : rendez-vous ici.
Pour vous désinscrire : cliquez ici

Dans la tête de tout le monde, l’intubation était salvatrice, et des malades risquaient de ne pas pouvoir en bénéficier, faute de place en réanimation ou de respirateurs en nombre suffisant !

En réalité, c’était l’inverse : intuber trop systématiquement causait des morts et une surcharge artificielle des places en réanimation !

Cette terrible affaire a été parfaitement résumée par Marc Garnier, anesthésiste-réanimateur à l’hôpital Saint-Antoine (Paris), interrogé dans la Revue du Praticien :

« Au tout début de l’épidémie, il était recommandé – notamment pour protéger le personnel – d’intuber le patient dès qu’il avait une forme grave et des besoins très importants d’oxygène.

Toutefois, l’intubation (et le coma artificiel induit) sont associés à une augmentation de la durée de séjour, des risques de complication et de la mortalité, quelle qu’en soit la cause.

Avec l’expérience de la première vague de Covid, aujourd’hui, on propose systématiquement des techniques non invasives en première intention (…) Le bénéfice est aussi collectif, car cela permet de garantir plus de places en réanimation. »[17]

De fait, les chiffres de survie en réanimation se sont nettement améliorés lorsqu’on a abandonné l’intubation systématique[18] et qu’on a fini par donner des corticoïdes salvateurs.

Donc, la surmortalité énorme du mois de mars en Italie du Nord, dans le grand Est, en Ile-de-France et à New York, était une anomalie, largement liée à des choix médicaux contre-productifs.

Encore une fois, je ne jette pas la pierre au système médical sur ce point.

Mais une chose est sûre : cela a installé durablement la psychose.

Après l’épisode dramatique des mois de mars et avril 2020, la population entière a été convaincue que la Covid-19 était une sorte de peste noire, justifiant les restrictions les plus drastiques.

…alors que, bien gérée, elle aurait pu être un épisode de « mauvaise grippe », sans panique ni mesures liberticides.

D’ailleurs, même avec toutes ces erreurs désastreuses (sur l’hydroxychloroquine, la vitamine D, le rivotril, le paracétamol et les intubations)…

…était-il vraiment nécessaire de confiner, en mars 2020 ?

Sans même parler de ses ravages collatéraux, est-ce que le confinement a été utile sur le coup pour éviter l’explosion des hôpitaux… ou bien au contraire est-ce que cette mesure aussi a été contre-productive ?

Je vous réponds dans une prochaine lettre - préparez-vous à être surpris !

Bonne santé,

Xavier Bazin

Mise à jour le Mercredi, 13 Octobre 2021 12:21
 
C.128- Réinformation sur le vaccin COVID-Reveillez vous! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Dr. Adrien Caprani   
Mardi, 17 Août 2021 17:46

Dans  un système où les journalistes ont perdu leur indépendance en raison de financements publics ou privés (Bill Gates) toute information ,qui n'est pour la plupart du temps qu'une propagande éhontée, ne peut qu'être douteuse ou contestable. L'information libre peut être trouvée dans la presse étrangère  et surtout en France sur le quotidien en ligne Francesoir qui n'est jamais invité sur les plateaux TV et par contre invite  des personnalités libres . Il a en particulier défendu les traitements préventifs et curatifs, en particulier l'ivermectine, plus efficace que le vaccin et surtout sans effet secondaires(voir sur notre site C.123-IVERMECTINE TRAITEMENT MIRACLE CONTRE LA COVID19 RENDANT LA VACCINATION OBSOLETE )éditer

 
 

Nous listons ci dessous les interviews de personnalités compétentes dont le prix Nobel Luc Montagnier dont j'ai été l'élève

"Une erreur stratégique qui impacte l'avenir de l'humanité" : appel du Pr Luc Montagnier

https://www.francesoir.fr/societe-sante/une-erreur-strategique-qui-impacte-lavenir-de-lhumanite-appel-du-pr-luc-montagnier

 

Le variant Delta tue les vaccinés plus que les non-vaccinés, en Angleterre" Martin Zizi

https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/martin-zizi-2

Il est à signaler que  dans son article  Martin Zizi fournit des données brutes sur les décès et il faudrait  donc pour être honnète corriger les données brutes du taux de vaccination COVID en Grande Bretagne qui est de 62,3%. Mais après correction la différence entre les deux groupes  est significative  Il est étonnant d'avoir autant de disparités entre la France et la Grande Bretagne. En effet l'information officielle claironnée, sans aucune données accessible, à longeur de journée sur les medias autorisés  indique que 85% des décés à l'hopital sont des patients non vaccinés, taux qui est passé à 79% fin Juillet Cette différence peut s'expliquer par un mensonge officiel pour inciter les gens à se vacciner, soit à l'utilisation de vaccins différents dans les deux pays ou plus probablement par la sous déclaration des morts vaccinés comme le suggère l'article suivant du Dr Peter Schirmacher.  Il est stupéfiant que l'utilisation de l'ivermectine, validée par une pléthore d'essais contrôlés en traitement préventif et curatif, avec des taux d'efficacité allant jusqu'à 85% et qui de plus agit sur les variants ne soit pas recommandée. Ce constat établit la corruption généralisée de l'OMS et des gouvernants des pays occidentaux.

Des morts vaccinés non-déclarés ? Il faut autopsier davantage selon le Dr Peter Schirmacher

https://www.francesoir.fr/societe-sante/peter-schirmacher-autopsier-vaccins


Incohérences  sur le pass sanitaire par  Xavier Bazin  dont les infos sont de plus en plus censurées

https://mail.google.com/mail/u/0/#search/Xavier+Bazin/FMfcgzGkZkWFwxGjBrkLRSMGxfPJzNWT


Preuve scientifique de l'inutilité du pass sanitaire. Les vaccinés contaminent autant que les non vaccinés!

https://www.francesoir.fr/societe-sante/massachusetts-cdc-vaccines-variant-delta


Une mortalité inédite : il y a urgence à suspendre la vaccination

https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/laurent-mucchielli-alerte


Je pense que les personnes vaccinées seront désavantagées par rapport aux personnes non vaccinées" Stephanie Seneff

https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/stephanie-seneff


Covid : quelques chiffres - Gérard Maudrux - De vrais chiffres comparatifs des contaminés et décès entre vaccinés et non vaccinés

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/covid-quelques-chiffres

 

Covid : le règne de la cupidité et la chute de la médecine occidentale moderne

TRIBUNE - Un aperçu sur le scandale du vaccin COVID-19 et du passe sanitaire

 Nos   dirigeants devront répondre devant la justice au cours d’un procès d'envergure internationale à la hauteur de la gravité de ce crime. Certains avocats ont déjà déposé des plaintes à la Cour pénale internationale et n'hésitent plus à le comparer au procès dit de Nuremberg.

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/covid-le-regne-de-la-cupidite-et-la-chute-de-la-medecine-occidentale-moderne


Revenons à l’essentiel : quelle est la dangerosité du virus ?

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/revenons-lessentiel-quelle-est-la-dangerosite-du-virus

 

Le SARS-COV2 accélérerait l’âge biologique

Xavier Azalbert, Anne-Typhaine Bouthors, Michel Brack, Dominique Cerdan, Walter Chesnut, Gérard Guillaume, Jean-François Lesgards, Luc Montagnier, Jean-Claude Perez pour FranceSoir

Dans cette tribune cosignée par Luc Montagnier le seul prix Nobel de médecine français encore vivant, mais ignorée des gouvernants et de la presse corrompue, il est établi avec des arguments scientifiques très documentés que les vaccins Covid à ARN pourraient entrainer un vieillissement prématuré avec une diminution de l'espérance de vie. Cette vaccination devrait en conséquence épargner les enfants et adultes ne présentant  pas de comorbidités

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/le-sars-cov2-accelererait-lage-biologique

Mise à jour le Mercredi, 01 Septembre 2021 14:29
 
C.128- Réinformation sur le vaccin COVID PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Dr. Adrien Caprani   
Lundi, 16 Août 2021 16:06

Dans  un système où les journalistes ont perdu leur indépendance en raison de financements publics ou privés (Bill Gates) toute information ,qui n'est pour la plupart du temps qu'une propagande éhontée, ne peut qu'être douteuse ou contestable. L'information libre ne peut qu'être trouvée  que sur la presse étrangère  et surtout en France par le quotidien en ligne Francesoir qui n'est jamais invité sur les plateaux TV et qui invite que des personnalités libres. Il a en particulier défendu les traitements préventifs et curatifs, en particulier l'ivermectine, plus efficace que le vaccin et surtout sans effet secondaires

Nous listons ci dessous les interviews de personnalités compétentes dont le prix Nobel Luc Montagnier dont j'ai été l'élève

 

 

"Une erreur stratégique qui impacte l'avenir de l'humanité" : appel du Pr Luc Montagnier

https://www.francesoir.fr/societe-sante/une-erreur-strategique-qui-impacte-lavenir-de-lhumanite-appel-du-pr-luc-montagnier

 

Le variant Delta tue les vaccinés plus que les non-vaccinés, en Angleterre" Martin Zizi

https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/martin-zizi-2

Il est étonnant d'avoir autant de disparités entre la France et la Grande Bretagne.En effet l'information officielle claironnée à longeur de journée sur les medias autorisés  indique que 85% des décés à l'hopital sont des patients non vaccinés Cette différence peut s'expliquer par un mensonge officiel pour inciter les gens à se vacciner, soit à l'utilisation de vaccins différentsdans les deux pays ou plus probablement par la sous déclaration des morts vaccinés comme le suggère l'article suivant du Dr Peter Schirmacher


Des morts vaccinés non-déclarés ? Il faut autopsier davantage selon le Dr Peter Schirmacher

https://www.francesoir.fr/societe-sante/peter-schirmacher-autopsier-vaccins


Incohérences  sur le pass sanitaire par  Xavier Bazin  dont les infos sont de plus en plus censurées

https://mail.google.com/mail/u/0/#search/Xavier+Bazin/FMfcgzGkZkWFwxGjBrkLRSMGxfPJzNWT


Une mortalité inédite : il y a urgence à suspendre la vaccination

https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/laurent-mucchielli-alerte


Je pense que les personnes vaccinées seront désavantagées par rapport aux personnes non vaccinées" Stephanie Seneff

https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/stephanie-seneff

 

Mise à jour le Lundi, 16 Août 2021 16:37
 
C127- IAS 2021 (18-21 Juillet 2021) - 11° Congrés de l’IAS sur la science du VIH PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Adrien Caprani   
Lundi, 16 Août 2021 15:34

En raison de la pandémie COVID  ce congrès s’est tenu de manière virtuelle. Notre association n’ayant pas participé à cette conférence, les informations que nous fournissons ont été obtenues grâce à namaidsmap que nous remercions. Aucun résultat majeur n’est sorti de cette conférence, puisque la seule attente des patients depuis la découverte du virus en1983 est la mise au point d’un vaccin efficace. Nous avons  cependant sélectionné quelques résultants utiles aux patients.

 

Ainsi, un traitement précoce permet  de mieux contrôler  le réservoir viral

Les personnes qui démarrent tôt le traitement antiretroviral, avant que leur système immunitaire ne soit très endommagé, ont un réservoir viral de VIH plus faible. Après l'infection initiale, le VIH établit très rapidement un réservoir persistant de virus inactif dans les cellules T CD4 quiescentes à longue durée de vie.  Si les médicaments antirétroviraux peuvent contrôler la réplication virale, ils n'éliminent pas ces réservoirs viraux latents, qui peuvent relancer la production de virus dès l'arrêt du traitement - le principal obstacle à la guérison du VIH.

Dans une étude, les chercheurs ont comparé la taille du réservoir viral chez des personnes ayant commencé un traitement antirétroviral avec un taux de CD4 de 500-599, 600-799 ou plus de 800. Après trois ans de traitement, l'ADN total du VIH était plus faible chez les personnes qui avaient commencé le traitement lorsque leur taux de CD4 était supérieur à 800.

Dans une autre étude, une équipe de chercheurs a comparé la taille et la diversité du réservoir viral, ainsi que la sensibilité du VIH aux anticorps neutralisants à large spectre (bNAbs), chez des personnes ayant commencé un traitement antirétroviral à différents stades de l'infection. Les anticorps neutralisants à large spectre sont actuellement à l’étude pour traiter, prévenir et guérir le VIH.

Une alternative au traitement oral journalier a été experimenté aux USA.

Ainsi l’administration des médicaments anti-VIH injectables à action prolongée, le cabotégravir (Vocabria) et la rilpivirine (Rekambys), par un prestataire de soins une fois par mois ou tous les deux mois, peut être mis en place avec succès dans les cabinets médicaux aux États-Unis, Parmi les plus de 100 personnes recevant les injections qui ont été interrogées , plus de 90 % préféraient les injections à leur ancien traitement oral quotidien. Cette stratégie qui parait attractive en période de COVID ne nous parait  pas justifiée pour le moment en raison de l’absence de recul et du peu  et le confort limité qu’elle apporte par rapport aux simplifications des thérapies 4jours sur 7, encore trop lentes à être mises en place

Une autre approche du traitement à été proposé  par le Professeur Samir Gupta  Un médicament injecté deux fois par an se montre prometteur pour le traitement de première intention du VIH

Les premiers résultats d'une petite étude présentée à l'IAS 2021 suggèrent que des injections semestrielles de lénacapavirP, un inhibiteur expérimental de la capside du VIH, peuvent être utilisées dans le cadre d’une multithérapie chez les personnes qui commencent un traitement contre le VIH.

Le professeur Samir Gupta, de l'université de l'Indiana, a présenté les résultats d'efficacité et d’innocuité des 28 premières semaines de l'étude, à laquelle ont participé 182 personnes prenant un traitement contre le VIH pour la première fois, et dont le taux de cellules CD4 était supérieur à 200. Au début de l'étude, 15 % des individus avaient une charge virale supérieure à 100 000. L'âge moyen des participants était de 29 ans ; 7% étaient des femmes et 52% étaient noirs.

Les participants ont été répartis en quatre groupes. Pour former un groupe témoin, 25 participants ont pris quotidiennement par voie orale du bictegravir et de l'emtricitabine/tenofovir alafenamide (Descovy). Dans un deuxième groupe, 52 personnes ont pris du lénacapavir par voie orale et du Descovy.

Les deux autres groupes ont pris du lénacapavir par voie orale et du Descovy pendant deux semaines, puis sont passés au lénacapavir en injection sous-cutanée (sous la peau) dans le ventre. À 28 semaines, si leur charge virale était inférieure à 50, ils sont passés soit au lénacapavir et au ténofovir alafénamide seuls (52 personnes), soit au lénacapavir et au bictegravir (53 personnes).

Après 28 semaines, les 25 personnes du groupe témoin avaient toutes une charge virale inférieure à 50. Dix personnes des groupes prenant du lénacapavir (par voie orale ou par injection) n’ont pas atteint ce taux. Par conséquent leur taux global de suppression virale était de 94 %. Les résultats de la charge virale n’étaient pas disponibles pour huit personnes et une personne a quitté l'étude au deuxième jour. M. Gupta a fait remarquer que si les participants, dont les données sur la charge virale étaient manquantes, avaient une charge virale indétectable, l'efficacité du lénacapavir injecté serait de 99 %.

Il n'y a pas eu d'effets secondaires graves. L'effet secondaire le plus fréquent était une enflure, une rougeur ou une douleur au point d'injection et 11 % des participants ont présenté des nodules (une petite bosse sous la peau au point d'injection) et/ou une induration (durcissement de la peau).

M. Gupta a déclaré que, selon lui, les résultats justifiaient la poursuite des études sur l'association du lénacapavir et de l'islatravir en traitement injectable.

 

Quelques information sur la PrEP , pour laquelle notre association n’a jamais été un farouche défenseur ont été présentées. Il n’est en effet, pas raisonnable de remplacer un préservatif par une prise au long court de produits toxiques.

Une modélisation suggère que le cabotégravir injectable est beaucoup plus efficace que la PrEP orale quotidienne chez les femmes

Les chercheurs ont utilisé les données du groupe placebo d'un essai précédent, qui évaluait les pilules TDF/FTC et un gel vaginal au ténofovir. L’incidence placebo projeté était de 2,2 % pour la cohorte de l'étude HPTN 084. En comparant ce chiffre au taux d'incidence de 0,2 % du groupe cabotégravir, les chercheurs ont estimé que le cabotégravir injectable était efficace à 91 % pour prévenir le VIH par rapport à un placebo.

 

Une autre étude montre que des échecs de la PrEP sont rares dans les programmes africains, mais certains surviennent quand même malgré une bonne adhésion au traitement

 

Une information très intéressante sur les risques cardiovasculaires des traitements antiviraux a été apporté par Tiffany Gooden.

Les personnes séropositives présentent davantage de facteurs de risque cardiovasculaire et sont exposées à un risque accru de maladie cardiovasculaire.

L'étude a révélé que les risques de maladies cardiovasculaires augmentaient globalement de 54% chez les personnes séropositives. En termes d'affections individuelles, les risques d'accident vasculaire cérébral augmentaient de 49 % et les risques de cardiopathie ischémique de 59%.

Une autre analyse a porté sur les risques de maladie cardiovasculaire par sous-groupes – en fonction de l'âge, du sexe et du tabagisme. Elle a démontré un risque plus élevé de maladie cardiovasculaire chez les séropositifs, indépendamment des données démographiques clés.

 

Concernant les vaccins aucune avancée significative et passage dans l’oubli d’un vaccin très promrtteur (C.104 bis- HIV therapeutic vaccine - Biosantech-Erwann Loret patent- Unjustifiable attacks). Ce dernier bloqué depuis 4 ans devrait  démarrer une phase 2B cet automne.

Au cours de cette conférence, deux essais d'efficacité de phase III d'un vaccin préventif du VIH sont en cours, le HVTN 705 (Imbokodo) chez les femmes africaines et le HVTN 706 (Mosaico) chez les hommes gays et bisexuels et les femmes transgenres. Le vaccin candidat vise à renforcer la réponse immunitaire en contenant des antigènes provenant de nombreux sous-types viraux.

Même si les résultats des études sont encore négatifs, il y a une prolifération d'études précliniques en cours sur d'autres concepts. Il s'agit notamment de onze études sur l'homme portant sur des combinaisons d'anticorps largement neutralisants (bNAbs). La plupart sont en phase I (innocuité et immunogénicité), mais deux sont déjà en phase II (dosage et efficacité préliminaire).

Mise à jour le Lundi, 16 Août 2021 15:35
 
C.126Bis- THISTLE AS A POTENTIAL ANTI-COVID-19 TREATMENT PDF Imprimer Envoyer
Écrit par MKG TRAN   
Lundi, 07 Juin 2021 17:14

The chef’s big surprise is milk thistle (Silybum Marianum, Milk Thistle, wild artichoke, or according to the Bible: Lebanon thistle). • • The international literature is abundant (more than 3000 references on Pubmed), one can find a review on Kshirsagar A (2009). It contains at least 3 anti-Covid-19 substances :: Silybin (silibinin), quercetin and kaempferol. The story of milk thistle began with an incredible demonstration of its effectiveness in front of journalists: By first ingesting this thistle, it is then possible to eat Phalloid Amanita without feeling the effects or dying. This "! Weed!" therefore has a very high protective power in prevention against a deadly liver poison (fulminant hepatitis, requiring liver transplant). It is sold in a bioavailable (that is to say assimilable) orally (Siliphos®) form in the USA: Silybin + phosphatidylcholine. In Germany, the firm Madaus markets it as a hepato-protector (silibinin, Legalon®), but by the I.V. route, (Legalon SIL®) in particular against hepatitis C. Biermer M (2009) cured post-hepatitis C liver cancer with silymarin. In 1989, the use of 70% silymarin was approved by the European Commission to treat hepatic poisoning such as hepatitis and cirrhosis of the liver. In 2002, the WHO also recognized these uses. I had studied it as such, and found that its mechanism of action in hepatitis C was through the Fas Ligand -Fas pathway, because it is a mimetic molecular Fas Ligand (residues 20-SPWA P PGTVLPC-31), as well as diOH OH, phalloidin of Phalloid Amanita (TaLWA P CTV) and core virus of hepatitis C (110-TPgWSP-105 retro-inverso, and 125-TLTC-128), their common point being that they mimic the hepatotropic WSP pattern. Chemically, the indole nucleus tryptophan W and proline P mimic benzopyran and silybin phenyl, respectively: Silybin acts as a competitive inhibitor of FasL-Fas binding. (Tran GMK, ISHEID Toulon 2002; Tran GMK, GEMHEP 2013 (doc. Attached)). Lymphopenia from Covid-19 The FasL pathway is important to consider because it causes lymphopenia in the fatal severe form of H5N1 pulmonary influenza (Boonnak K, 2014), which bears some resemblance to the lymphopenia observed in Covid-19 (Ahmad T, 2020). In systemic lupus erythematosus, where lymphopenia is observed, FasL is abnormal, both in mice and in humans. sibyline could therefore counter Covid-19 lymphopenia and avoid the forms serious. In addition, the FasL-Fas pathway amplifies the NF-kB, which is the conductor of the cytokine storm. Here too, silybin would act by inhibiting NF-kB on the storm • cytokine of the 2nd phase of COVID-19 .. In addition to these beneficial mechanisms on lymphopenia and cytokine storm in Covid-19, silybin also acts as a direct antiviral, through a number of mechanisms of action: Molecular docking (Pandit M, 2020) reveals that silybin (silibinin) is both: 1) anti-spike S (inhibits binding to ACE2) 2) inhibitor of Mpro protease and 3) inhibitor of RNA polymerase RdRp which is not surprising, because the 3 functionally target proteins have nothing to do with each other. This triple anti-viral versatility makes silybin a triple therapy in one molecule: 3 in one. It is completely unprecedented that a single molecule can simultaneously attack the virus at its 3 weak points, leaving it almost no chance of escaping the fatal encirclement. It is not toxic: Le Vidal mentions practically nothing (very rare gastralgias, diarrhea; exceptional allergies), since 1974. The attack on the spike S, preventing its binding to ACE2 is extremely interesting, because elderly subjects are known to be the prime targets of Covid-19 because they have a very large number of ACE2 receptors, unlike children who are not at all (or exceptionally) sensitive to them because they are do not have this same receiver: Indeed the richness of this receiver increases in proportion to age. This is to say if the inhibition of the ACE2 spike is crucial for beat Covid-19: From March to June 2020, 96% of additional deaths from COVID-19 in Europe occurred in patients over the age of 70 (Yanez ND, 2020, Eurostat). In France, the milestone of 100,000 deaths has been largely crossed (108,343 deaths on 20.5.21, according to Public Health France). The attack on the protease is also no less crucial, since each time an anti-protease was used as an antiviral, the epidemic was stopped: The 2 examples of the AIDS and hepatitis C epidemics are the most convincing proof of this. Molecular docking was crucial in the discovery of anti- anti-HIV-1 proteases. In Covid-19, it will be recalled that colchicine, which reduced Covid-19 mortality by 44% in the Canadian clinical study by Jean-Claude Late, has been retrospectively found to be effective in Docking studies (Serseg T, 2020). In addition, in the case of AIDS, it was the triple therapy that was decisive, preventing the appearance of drug resistance through this crossfire. Silybin has these 3 characteristics combined: it inhibits binding to ACE2, is an anti-protease and, the icing on the cake, is in itself a triple therapy. Formulas similar to silybin (silydianin, silycristin, silybinone, silyamandine, silybemine) (AbouZid SF, 2017) have not been studied in molecular docking. But as silybin constitutes 70% of the components of the plant, the other minor components can initially be put on hold. However, it would be important to know which of the 2 steroisomers (A or B) of silybin is the most active on Covid-19. • • In addition to Silybin, Silybum Marianum also contains Quercetin and Kaempferol: Quercetin is anti-Covid-19. Quercetin is also found in the drug from the Phytokôbaz Laboratory in Martinique: Pik grass or Neurolaena Lobata. Here the mechanism of action is quite original and revolutionary: Inhibition Replication of Covid-19 (which is an RNA virus) involves blocking nucleotide synthesis. Quercetin inhibits DHODH (DiHydroOrotateDesHydrogenase) necessary for the production of the nucleotide precursor orotate. In the absence of orotate, the virus's RNA can no longer be synthesized and it dies. Kaempferol is anti-Covid-19. It is one of the components of Artemisia Annua, successfully used by Malagasy President Andry Rajoelina on his island of Madagascar (April 19, 2020). Milk thistle therefore acts like the 2 combined remedies, that of Martinique (Neurolaena Lobata, Quercetin) and that of Madagascar (Atemisia Annua, Kaempferol). In these days of Lent (2/15/2021), Christians will not be surprised to have at their disposal against Covid-19 a plant whose history deserves to be told: In her flight into the desert, pursued by the hordes of Herod's soldiers tasked with exterminating all the newborns, the Virgin Mary hid the Child in a bush and dropped a few drops of her milk on a thistle, making it recognizable by the white streaks of its leaves. On 2/18/2021, the KTO channel celebrates the anniversary of the apparition of the Virgin surrounded by 3 stars in the winter sky of Pont Main (Mayenne).

Given the exceptional nature of this antiviral, playing on three independent targets, a unique fact in medical research, we can predict an action on COVID-19, whatever the mutations. Obviously, a clinical trial remains to be carried out. The  french ARS has been informed of this discovery. Unfortunately, given the fate reserved for ivermectin, by the international authorities (WHO) and national and European agencies, who by their refusal to recommend this treatment have shamelessly revealed their corruption. On the other hand, given the harmlessness of this treatment and the possibility of obtaining SIliphos, on the internet for a few tens of euros, it may be judicious to use this treatment for prevention as self-medication, while waiting for a courageous team sets up a clinical trial

REFERENCES

AbouZid SF, Ahmed HS, Moawad AS, Owis AI, Chen SN, Nachtergael A, McAlpine JB, Brent Friesen J, Pauli GF. Chemotaxonomic and biosynthetic relationships between fl avonolignans produced by Silybum marianum populations. Fitoterapia. 2017, 119: 175-84.
Ahmad T, Chaudhuri R, Joshi MC, Almatroudi A, Rahmani AH and Ali SM (2020) COVID-19: The Emerging Immunopathological Determinants for Recovery or Death. Front Microbiol 11: 588409. doi: 10.3389 / fmicb.2020.588409
Biermer M. Rapid suppression of hepatitis C viremia induced by intravenous silibinin plus ribavirin. Gastroenterology. 2009, 137: 390-1.
Boonnak K, Vogel L, Feldmann F, Feldmann H, Legge KL and Subbarao K Lymphopenia Associated with Highly Virulent H5N1 Virus Infection Due to Plasmacytoid Dendritic Cell − Mediated Apoptosis of T Cells J Immunol 2014, 192: 5906-12

Mise à jour le Lundi, 07 Juin 2021 17:20
 


Page 1 sur 16