Latest Plans:
RSS
Nov 19
C.48. XIVème Conférence Internationale sur le Sida et 12ème Symposium International sur le VIH - Page 3 PDF print email
Written by Administrator   
Friday, 05 February 2010 22:48

B. Publications soumises à la XIVème Conférence Internationale sur le Sida de Barcelone.


  1. Traitement de la pneumocystose au cours du sida : de l'Atovaquone (AVQ) à d'autres ubiquinones moins toxiques (UQ) (= coenzyme Q) (CoQ) analogues ; Artémisinine (Art) et Acide Bêta Résorcylique (bra), deux drogues actives contre le Plasmodium.
  2. Myélodysplasie et VIH : homologie moléculaire entre la protéine NEF du vih et le CD 133 marqueur des progéniteurs des cellules souches hématopoïétiques de la moelle osseuse et des cellules rétiniennes.
  3. Vaccin anti-Sida pour les populations caucasiennes HLA-A2 & B14 avec Gag induisant une réponse cytotoxique lymphocytaire (CTL). Homologie avec le virus main, pied et bouche (HFMDV) : rôle de Gag dans les ulcères aphteux.
  4. Ostéoporose et HAART : Étude d'un cas de la stabilisation de la masse osseuse à 5 ans par un traitement combiné classique-alternatif.
  5. FLAMBÉE DE L'ÉPIDÉMIE DU SIDA EN France EN PARALLÈLE AVEC CELLE DE LA SYPHILIS : coïncidence fortuite?

1.Traitement de la pneumocystose au cours du sida :

de l'Atovaquone (AVQ) à d'autres ubiquinones moins toxiques (UQ) (= coenzyme Q) (CoQ) analogues ;
Artémisinine (Art) et Acide Bêta Résorcylique (bra), deux drogues actives contre le Plasmodium.

RICHERT A, TRAN M.K.G.*[1], KIRKIACHARIAN S.[1], MAURISSON G.*[2], CAPRANI A.*

* Association Positifs, BP 230, 75865 Paris 18, France. E-mail : This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it , This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it .
1 University Paris-Sud, Faculty of Pharmacy, Therapeutic Chemistry; 31, Av du Bois 92290 Chatenay Malabry, France. E-mail : This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it .
2 Centre Médical Europe, 44, rue d'Amsterdam, 75009 Paris, France.

Communication acceptée pour être publiée sur CD-ROM de la conférence.

INTRODUCTION :

AVQ (hydroxy-1,4-napthoquinone) un agent anti-pneumocystis carinii, dans l'infection par le VIH (Mepron, documentation de Burroughs Wellcome), est un analogue antiprotozoaire de UQ ou CoQ.
Dans le plasmodium, le site d'action d'AVQ est le complexe BC1 (complexe 3) du cytochrome BC1 de la mitochondrie (Iwata S.). L'inhibition du transport des électrons résulte en une interruption de la synthèse d'acide nucléiques et d'ATP (Gutteridge WE, 1971).


MÉTHODE :

Nous avons tenté de trouver une deuxième génération d'analogues d'UQ avec la plus faible toxicité possible.

  1. nous avons analysé la relation structure-activité par superposition 3D de structures de drogues (une étape cruciale est la tautomérisation par cyclisation de deux cétones planes d'UQ en 3D (conformation bateau), l'endopéroxyde O-O étant le site actif fonctionnel d'UQ).
  2. nous avons comparé les séquences d'AA pour tenter d'élucider la pathogénèse des leucémies en relation avec la chaîne respiratoire mitochondriale et l'apoptose.


RÉSULTATS :

1 : deux nouveaux analogues UQ ont été trouvés, l'acide bêta résorcylique (Nguyen Dat Xuong, in : Loiseau PM, 1996) avec CoQ 0, et Art avec CoQ2. Le site actif critique de l'anneau trioxal 1,2,4 de Art se superpose à l'endopéroxyde cyclique d'UQ. De manière surprenante, AVQ, Art, bra sont des agents anti-plasmodium. De plus l'artesunate dérivé de l'Art inhibe la ferrochelatase mitochondriale (Yao L, 1993) ; il est utilisé de manière courante par 1,5 millions de personnes atteintes de malaria, sans aucun effet toxique (activité à très faible concentration, 10-9 M). En outre l'artesunate induit l'apoptose de cellules leucémiques humaines KG qui pourraient être compatibles avec un site d'action mitochondrial (le cytochrome C est un activateur de caspase).

2 : il y a un très fort mimétisme moléculaire entre le cytochrome et le virus de la leucémie.

Leucémie : GSB (Group Specific B) THKDRP
Cytochrome C3 THKDRP

Il y a une chance sur 206 que ce soit une pure coïncidence. Ainsi il semble que le virus leucémie/lymphome puisse être oncogénique en perturbant la mitochondrie et l'apoptose qui dépendent du relargage de cytochrome C. Ces données préliminaires demandent à être développées.

Les lichens devraient être analysés dans le futur pour trouver des dérivés de cette famille de quinones (Doring H., 1998). Cette famille de plantes communes pourrait représenter un important réservoir de drogues existantes inexploité. Il n'y a pas à ce jour de drogue connues à partir de lichens. Par exemple, des composés ont été identifiés comme benzofluoroanthenequinone et 4,9 duihydropérylène-3,10-quinone (Edwards RC, 1976).


CONCLUSION :

En conclusion l'Artesunate est un analogue de l'UQ, comme l'AVQ, et peut être ainsi un nouveau anti-PCP et également un anti leucémie/lymphome avec l'énorme avantage de ne pas être toxique si l'on se réfère à son large usage dans le monde comme agent anti-malarien (Li GQ, 1994).


BIBLIOGRAPHIE:


  • Doring H. & Triebel D., Phylogenetic relationships of Bulgaria inferred by 18s Rdna sequence analysis. Cryptogamie, Bryol. Lichénol. 1998 (2-3) :123-36.
  • Edwards R.C. & Lockett H.L., Constituents of the higher Fungi. XVI. Bulgarhodin and Bularein, novel benzofluoroanthenequinone from the fungus Bulgaria inquinans (Fries.).J. Chem. Soc. Perkin Transactions 1976, I : 2149-55.
  • Gutteridge WE., 566C80, an antimalarial hydroxynaphthoquinone with broad spectrum: experimental activity against opportunistic parasitic infections of AIDS patients.J Protozool 1991 Nov-Dec;38(6):141S-143S.
  • Huang Kee Chang (ed.): The pharmacology of chinese herbs. 2nd edition. CRC Press, Boca Raton, London. Qinghaosu or artemisin. pp450-6.
  • Iwata S., Lee JW, Okada K et al., Complete structure of the 11-subunit bovine mitochondrial cytochrome bc1 complex.Science 1998 Jul 3;281(5373):64-71.
  • Li GQ, Guo XB, Fu LC, Jian HX, Wang XH.Clinical trials of artemisinin and its derivatives in the treatment of malaria in China.Trans R Soc Trop Med Hyg 1994 Jun;88 Suppl 1:S5-6.
  • Loiseau P.M., Nguyen D.X., Plasmodium berghei mouse model: antimalarial activity of new alkaloid salts and of thiosemicarbazone and acridine derivatives.Trop Med Int Health 1996 Jun;1(3):379-84
  • Mepron (Atovaquone). Documentation from Burroughs Wellcome. Dec.1992
  • Nguyen Dat Xuong, in : Loiseau P.M
  • Yao L. et al., China J. Pharm. Toxicol. 1993, 7 : 231 (quoted by : Huang Kee Chang).


2. Myélodysplasie et VIH :

homologie moléculaire entre la protéine NEF du vih et le CD 133 marqueur des progéniteurs des cellules souches hématopoïétiques de la moelle osseuse et des cellules rétiniennes.

TRAN M.K.G.*[1], KIRKIACHARIAN S.[1], MAURISSON G.*[2], RICHERT A.*, CAPRANI A.*

* Association Positifs, BP 230, 75865 Paris 18, France. E-mail : This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it .
1 University Paris-Sud, Faculty of Pharmacy, Therapeutic Chemistry, 92290 Chatenay Malabry, France.
Correspondance : 31, Av du Bois 92290 Chatenay Malabry, France. E-mail : This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it .
2 Centre Médical Europe, 44, rue d'Amsterdam, 75009 Paris, France.

Communication acceptée pour être publiée sur CD-ROM de la conférence.

INTRODUCTION :

L'infection par le vih est caractérisée par des stigmates de myélodysplasie comme l'anémie, la leucopénie et la thrombocytopénie. Les non progresseurs vih+ sont défectifs pour NEF (Xu, XY, 2000). Calenda V. (1994) a décrit l'action délétère de NEF sur une culture de cellules de progéniteurs CD34+ de la moelle osseuse. Cette population de cellules souches CD34+ a été plus tard définie avec un marqueur plus immature CD133 qui est généralement bien corrélé avec la présence de CD34 (Miraglia S, 1997). Par ailleurs des cellules de rétinoblastome possèdent également un CD133+ et une mutation du CD133 induisant une dégénération rétinienne.


MÉTHODES :

Nous avons essayé d'identifier le récepteur de NEF sur ces cellules souches médullaires mais aussi sur les cellules rétiniennes.


RÉSULTATS :

En comparant les séquences d'aminoacides AA entre NEF, CD34 et CD 133, nous avons trouvé un parfait mimétisme CLVHP partageant 5 AA entre vih2 NEF et CD 133. La souche VIH-2 ISY (LCLMHP) permet d'étendre l'homologie avec CD133 (LCLVHP) à une longueur significative de 6 résidus.

Dans la moitié des souches vih1 de la banque de données de Los Alamos, la séquence de NEF homologue est CLLHP (une di-leucine induisant le regroupement des anticorps) et l'homologie continue en aval (octapeptide CLLHPVSQ) avec CD133 (307 CLVHPSSE314) (87.5% d'homologie). Deux autres courts morceaux de NEF-CD133 ont également été trouvés en se centrant sur l'histidine H (FEH et SHKA). La région 306-314 du CD133 est la première boucle extracellulaire, et elle est en compétition avec celle-ci pour lier le pore transmembranaire.


CONCLUSION :

Nous définissons un épitope sur VIH1-NEF qui induit le recrutement d'anticorps hautement homologues à la boucle extracellulaire du CD133, un marqueur des cellules souches hématopoïétiques immatures de la moelle osseuse, qui pourrait expliquer l'effet toxique de NEF sur ces cellules. Cela pourrait également servir comme épitope vaccinal.


BIBLIOGRAPHIE:


  • Calenda V., Graber P, Delamarter JF, Chermann JC., Involvement of HIV nef protein in abnormal hematopoiesis in AIDS: in vitro study on bone marrow progenitor cells.Eur J Haematol. 1994 Feb;52(2):103-7.
  • Flugel RM., Rethwilm A, Maurer B, Darai G., Nucleotide sequence analysis of the env gene and its flanking regions of the human spumaretrovirus reveals two novel genes.EMBO J. 1987 Jul;6(7):2077-84.
  • Koenig S., Conley AJ, Brewah YA et al., Transfer of HIV-1-specific cytotoxic T lymphocytes to an AIDS patient leads to selection for mutant HIV variants and subsequent disease progression.Nat Med 1995 Apr;1(4):330-6.
  • Maw MA., Corbeil D, Koch Jet al., A frameshift mutation in prominin (mouse)-like 1 causes human retinal degeneration.Hum Mol Genet 2000 Jan 1;9(1):27-34.
  • Miraglia S., Godfrey W, Yin AH et al., A novel five-transmembrane hematopoietic stem cell antigen: isolation, characterization, and molecular cloning.Blood 1997 Dec 15;90(12):5013-21.
  • Piguet V.& Trono D., A structure-function analysis of the Nef protein of primate lentiviruses.In : Kuiken C. et al., Human retroviruses and AIDS, Los Alamos Nat. Lab., Mexico, U.S.A.,1999. P 448-59.
  • Srivastava P., Interaction of heat shock proteins with peptides and antigen presenting cells : Chaperoning of the innate and adaptive immune responses.Ann. Rev. Immunol. 2002b, 20:395-425.
  • Tran M. K. G.,Homology between SDF-1 the ligand of CXCR-4 (HIV co-receptor) and HIV-1 Nef.7 th Europ. Conf. Clinical Aspects and Treatment of HIV Infection. Lisbon (Portugal), Oct 23-27, 1999. Poster 389.
  • Tran M. K. G., Maurisson G., Richert A. & Caprani A., HIV-1 vaccine: The auto-immune protective anti-CCR5 antibody the motif AQWD shared with HIV-1 envelope gp120 post-V3 loop.8 th Europ. Conf. Clinical Aspects and Treatment of HIV Infection. Athens, Greece, Oct 2001.Poster LB17.
  • Yamamoto R., Li X, Winter S, Francke U, Kilimann MW., Primary structure of human amphiphysin, the dominant autoantigen of paraneoplastic stiff-man syndrome, and mapping of its gene (AMPH) to chromosome 7p13-p14.Hum. Mol. Genet. 1995 Feb;4(2):265-8.


3. Vaccin anti-Sida pour les populations caucasiennes HLA-A2 & B14 avec Gag

induisant une réponse cytotoxique lymphocytaire(CTL).
Homologie avec le virus main, pied et bouche (HFMDV) : rôle de Gag dans les ulcères aphteux. (Late breaker Abstract)


TRAN M.K.G.*[1], KIRKIACHARIAN S.[1], MAURISSON G.*[2], RICHERT A.*, CAPRANI A.*

* Association Positifs, BP 230, 75865 Paris 18, France. E-mail : This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it .
1 University Paris-Sud, Faculty of Pharmacy, Therapeutic Chemistry, 92290 Chatenay Malabry, France.
Correspondance : 31, Av du Bois 92290 Chatenay Malabry, France. E-mail : This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it .
2 Centre Médical Europe, 44, rue d'Amsterdam, 75009 Paris, France.


Introduction :

En 1997 Harrer T. a proposé un vaccin pour la population européenne caucasienne HLA-A2 avec la reverse transcriptase et la proteine p17. Sa justification était qu'un non progresseur à long terme possédait une forte réponse CTL contre un épitope conservé (298-307) DRFYKTLRAE de la protéine Gag p24 du VIH restreint par le HLA-B14, qui est essentiel pour la réplication virale, puisque des mutations de cet épitope abolissent la réplication virale (Wagner R., 1999).


Objectif :

Nous tentons d'expliquer la fonctionnalité de cet épitope Gag, centré sur le motif Rfamide (de l'anémone de mer) & RF (du venin de scorpion Be M14).


Méthodes :

Comparaison de séquences d'acides aminés (AA).


Résultats :

Nous avons trouvé que Gag p24 297-VDRFYKTL-304 (D est Asp) du VIH-1 est de manière étonnante homologue à la capside de l'entérovirus 71 (virus de la maladie main, pied, bouche) VP2 129-VNRFYTL-135(N est Asn)(Shih S.R, 2000 ; Shimizu H.,1999)[ou AERFFKT (souche de type O)], et partagent 8AA, dont 6 identiques et un semi-identique (probabilité hautement significative de 1/208). Ainsi le Sida buccal et les ulcères aphteux œsophagiens semblent pouvoir être expliqués par cet épitope du GAAG P24 du VIH-1, et le mécanisme d'action de la thalidomide (le traitement de choix pour l'aphte) par une réduction de l'expression de l'ARNm de Gag (Moreira A.L.,1997) et une augmentation de la réponse spécifique Gag des lymphocytes CD8+ (Hanekoom W.A.,2001).


Conclusions :

Puisqu'un transfert adoptif de CTL sélectionnés contre des virus (Epstein-Barr, cytomegalovirus murin) est efficace sur des patients immunodéprimés et chez la souris (Heslop H.E.,1996 ; Reddehase M.J.,1987), nous proposons un essai pour évaluer des CTL anti-VIH spécifiques. Une présentation de l'épitope vaccinal par des ISCOM (Iscoprep 703) chez les macaques semble préférable au virus du canari pox pour induire une réponse CTL protectrice (Heeney J.L., 1998).




4. Ostéoporose et HAART :

Étude d'un cas de la stabilisation de la masse osseuse à 5 ans par un traitement combiné classique-alternatif. (Late breaker Abstract)

A. Richert[1], A. Caprani[1], L. Roudière[2], G. Maurrisson[1], C. Boullangier[1]

1 Association Positifs BP 230, 75865 Paris cedex 18, France.
2 Immunologie clinique, Hôpital Necker, 75015 Paris, France.
Contact e-mail: This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it ; This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it


Introduction :

Un nombre croissant d'études et de cas cliniques montrent que l'ostéoporose et l'ostéonécrose constituent l'un des nombreux effets indésirables de la thérapie HAART. Mais l'efficacité des traitements conventionnels dans ce cadre n'a pas, à notre connaissance, été démontrée.


Méthodes :

La perte osseuse (squelette entier, vertèbres lombaires et hanches), mesurée par ostéodensitométrie, ainsi que des paramètres biologiques associés au métabolisme osseux, ont été déterminés tous les 3 ou 6 mois.


Résultats :

Un patient HIV+ depuis 1983, asymptomatique pendant 12 ans, a démarré une trithérapie en octobre 1996. Sa charge virale est devenue indétectable (<50 copies) et le nombre de ses lymphocytes CD4, de l'ordre de 20%, est restée stable pendant 40 mois avec différentes combinaisons d'antiviraux. Une importante déminéralisation a été révélée en septembre 97 (perte de 18 et 33% au col du fémur et aux vertèbres lombaires respectivement). Un traitement anti-ostéoporotique conventionnel (etidronate+calcium+vitamine D3), administré pendant 18 mois, n'a provoqué aucune amélioration, la perte osseuse se poursuivant (environ -10% par an sur la plupart des sites). Le bilan phosphocalcique et la testosterone sont normaux ; l'ostéocalcine et la phosphatase alcaline ont augmenté modérément, tandis que la PTH augmente très fortement (environ 2 fois la valeur limite normale supérieure). De plus, même après une interruption de six semaines du traitement HAART consécutive à une résistance, la PTH reste au même niveau élevé. Par contre la mesure de la masse osseuse sur le squelette entier montre une bien moindre déminéralisation (17% avec un Z-score de -2,7 au lieu de 37% avec un Z score de -3,4 pour L1-L4). Un traitement complémentaire reminéralisant (silice complexée avec des bioflavonoïdes extraits de la prêle (Tricatione®) institué en 1999 a permis de stabiliser la masse osseuse en dépit d'importantes fluctuations (jusqu'à 20%), variables selon les sites.


masse osseuse 0-is 28-11-02.xlsL


1821243138445565mois
69 62 67 65,5 71 62,9 68,5 67,6  L1-L4
65 63 61 62 70 64,5 65 63,6  L3
62 58 58 63 63 56,1 64 63,5  L4
78 79 81 79,3 77 79,3 84,5 90,8  Col
78 76,5 75 89 76 89 87 88,6  Trochante
56 59 67 66,5 62 63,8 71,5 78,1  Ward



Conclusions :

L'ostéoporose induite par les traitements HAART est difficile à contrôler avec les traitements conventionnels reconnus. Des thérapies complémentaires avec de la silice organique et peut-être aussi avec la DHEA, pour laquelle des études sont en cours, permettent de stabiliser et même d'améliorer la masse osseuse, et de prévenir les fractures osseuses.




Last Updated on Sunday, 14 March 2010 04:17