Latest Plans:
RSS
Jan 22
C.22. XIème Conférence Internationale sur le SIDA Vancouver (7-12 juillet 1996) - Vitamines et oligo-éléments PDF print email
Written by Administrator   
Monday, 21 December 2009 12:28

Vitamines et oligo-éléments


V, 1 : Mo.C.320

AM Tang et coll.* ont montré chez 312 patients (de la cohorte d'hommes homosexuels/bisexuels du Multicenter AIDS Cohorte Study) suivis deux fois par an depuis 1984 que le temps moyen précédant le SIDA est inférieur à 4 années pour ceux ayant un taux sérique bas en vitamine B12 (1013 micro g/dL) ont un risque de progression vers le SIDA diminué de 33%, comparé aux trois plus bas quartiles (RH=0,67, 95% CI=0,45-1,00). Ceux qui ont le niveau de vitamine A le plus élevé (>90,2 micro g/dL) ont un risque similaire mais qui n'est pas statistiquement significatif (RH=0,73, 95% CI=0,49-1,07). Des résultats similaires sont obtenus vis-à-vis du risque de mortalité. Ces corrélations sont les plus fortes chez les sujets ayant un niveau bas d'albumine sérique (<35 g/L). Ces résultats montrent que la supplémentation en vitamines A, E et B12 est importante à considérer.
* 624 N. Broadway Suite 394, Baltimore, MD, 21205, USA. Tel : 410-614-0503, Fax : 410-955-3778, E-mail : This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it


V, 2 : We.B.182

DK Smith et coll.* ont montré, dans une étude chez 318 femmes séropositives vs 153 contrôles (HIV-), que les femmes séropositives ont des taux significativement plus bas en zinc, sélénium et carotènoïdes (alpha et bêta carotènes, lycopène, lutéin/zéaxanthin, bêta-cryptoxanthin), et des taux plus élevés en ferritine et cuivre (p<0,05). Aucune différence par contre pour les folates, le rétinol, la vitamine C, la vitamine B12 et l'alpha tocophérol ajusté au cholestérol. Les taux élevés en ferritine et bas en B12, zinc et sélénium sont corrélés significativement à des valeurs basses des lymphocytes CD4. L'injection récente de drogue est significativement associée à des taux bas en zinc, sélénium, rétinol, bêta-cryptoxanthin et de lutéin/zéaxanthin (mais pas chez les personnes HIV-), et dans les deux groupes à des taux bas en lycopène, alpha carotène et bêta carotène.
* CDC Mailstop E-45, 1600 Clifton Rd, Atlanta, GA 30333, USA. Tel : 404-639-6146, Fax : 404-639-6118, E-mail : This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it


V, 3 : We.B.3259

DM Denotter et coll.* ont montré chez 158 patients suivis pendant une année que les apports en zinc et en vitamine E étaient plus faibles que ceux recommandés (Recommended Nutrient intake/RNI), que les variations des CD4 (temps pour passer en dessous de 500 CD4/mm3 ou pour perdre au moins 33% de CD4 pour ceux ayant au départ des CD4 inférieurs à 500/mm3) ne sont pas influencées par l'apport en vitamine A, mais qu'il y avait une corrélation légèrement significative avec l'apparition du Sida en fonction des apports en calcium, zinc et vitamine E.
* BC Centre for Excellence in HIV/AIDS, St Paul's Hospital, #608-1081 Burrard Street, Vancouver, BC. V6Z IYE


V, 4 : We.B.3261

JM Tassie, B Marchou et coll.* ont montré chez 45 patients suivis pendant 16 mois que l'on observe, quelque soit le stade, chez ceux ayant perdu plus de 5% du poids du corps, une profonde déplétion en sélénium sérique (p=0,003), en vitamine A (p=0,0007) et en vitamine E (p=0,05) ; ce qui est confirmé par la corrélation entre le pourcentage de perte de poids et les concentrations sériques (respectivement r=0,51, p=0,01 ; r=0,43, p=0,008 ; r=0,37, p=0,02). Il importe d'élucider si cela est en rapport avec des apports réduits, une perte excessive ou des modifications des voies métaboliques. Par contre, aucune différence n'est notée en fonction du stade clinique ou du nombre de CD4. Cependant, une déplétion en fer sérique et une augmentation du cuivre sérique significatives existent pour ceux ayant des lymphocytes CD4 inférieurs à 100/mm3, probablement en raison de la réponse inflammatoire.
* Smit, Chu Purpan, 31059 Toulouse Cedex France. Tel : (33) 07 23 47 33, Fax : (33) 05 61 77 21 38


V, 5 : We.B.3420

MK Baum et coll.* ont montré chez 63 hommes et 31 femmes séropositifs, utilisateurs de drogues intraveineuses, un déficit nutritionnel global (mesuré par la préalbumine plasmatique) plus important chez les femmes (16%) vs 2% chez les hommes (p<0,05), une prévalence des déficit en plusieurs nutriments similaire dans les deux groupes : vitamine A (54%), E (41-55%) et zinc (44-58%), une plus grande fréquence des déficits en vitamine B6 chez les hommes (24%) ayant des lymphocytes CD4 au dessus de 250/mm3 que chez les femmes (0% p<0,05) et que les femmes ayant des CD4 en dessous de 250/mm3 ont une plus grande fréquence de déficit en vitamine A et E (75%) que chez les hommes ayant des CD4 en dessous de 250/mm3 (p<0,05).
* P.O. Box 016069 (R-669), Miami, Florida 33101, USA. Tel : 305-243-4072, Fax : 305-243-4687, E-mail : This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it


V, 6 : We.B.3264

TA Knox et coll.* ont montré chez 92 patients (moyenne des CD4=279 +/- 236/mm3 ; 47% ayant des valeurs en dessous de 200/mm3) que les niveau des vitamines B6, B12 et des folates ne sont pas liés à la supplémentation. La mesure de l'absorption intestinale par le test au D-xylose montre des valeurs basses chez 22,5% des patients mais pas de relation avec la valeur des CD4. Il est à noter que malgré des revenus économiques bas et des niveaux d'études bas, 75% des patients prenaient une supplémentation vitaminique ; ce qui peut expliquer que le pourcentage de déficit en vitamine soit plus bas que dans d'autres études publiées antérieurement.
* New England Medical Center boc 103 750 Washington St., Boston, Ma 02111, USA. Tel : (617) 636-8336, Fax : (617) 636-6407


V, 7 : Th.B.4238

JFC Figueiredo et coll.* ont évalué l'état nutritionnel chez 45 patients au stade SIDA et 24 asymptomatiques. Ils ont montré que la malnutrition était fréquente au stade SIDA et occasionnelle dans les phases précoces de l'infection. Une prévalence élevée d'hypovitaminose A est notée chez les patients au stade SIDA, et dans certains cas elle précède la malnutrition protéino-calorique. La réduction du niveau plasmatique de l'albumine n'était pas corrélée avec celle des paramètres nutritionnels évalués.
* Guarantã, 76, 14040-190, Ribeirão Preto, DP, Brésil. Tel : 55-16-60346, Fax : 55-16-6331144, E-mail : This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it


V, 8 : We.B.3270

PJ Cimoch et coll.* ont montré, chez 10 patients asymptomatiques présentant un déficit en vitamine A (moyenne=24mcg/dL), que leur déficit n'est pas corrélé avec la composition du corps ou le niveau d'immunité. Leurs apports nutritionnels étaient adéquats et ils ne présentaient pas de symptômes de malabsorption ; ce qui suggère que le déficit en vitamine A n'est pas secondaire à une modification métabolique en rapport avec le VIH.
* FACP Center for Special Immunology 100 Pacifica Suite#100, Irvine, CA 92718 714-753-0670


V, 9 : Th.B.4237

S Silveira et coll.* ont montré que l'excrétion urinaire du rétinol (mesurée sur 24 heures par HPLC) était majorée chez 8 patients au stade SIDA et chez 10 patients asymptomatiques comparativement à un groupe contrôle (respectivement 0,21 +/- 0,18 ; 0,21 +/- 0,14 ; 0,005 +/- 0,05 micro mol/L). Cela pourrait jouer un rôle important dans l'hypovitaminose en vitamine A et pourrait avoir des répercussion sur leurs niveaux plasmatiques et hépatiques.
* Hospital das Clinicas-Depto. Clinica, Campus USP 14048-900, Ribeirão Preto, SP, Brésil. Tel : 55-16-6330346, Fax : 55-16-6331144


V, 10 : Tu.C.2592

BL Greenberg, P Vink et coll.* ont mesuré entre 1986 et 1994 le taux de vitamine A au cours du troisième trimestre de la grossesse chez 133 femmes séropositives (44 femmes transmirent l'infection à VIH à leur enfant). Ils ont montré que le risque de transmission périnatal était associé à un déficit sévère (<0,70 micro mol/l) en vitamine A (p 4 heures des membranes (p=0,05) et à un âge gestationnel < 37 semaines (p=0,02). Le taux de CD4 n'était pas associé au risque de transmission. Des essais cliniques sont en cours afin d'établir si la supplémentation anténatale en vitamine A pourrait réduire le risque de transmission.
* University of Maryland at Baltimore, 310 Howard Hall, 660 West Redwood Street, Baltimore, MD 21201, USA. Tel : 410 706-8220, Fax : 410 706-0332, E-mail : This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it


V, 11 : Tu.B.2251

S Cunningham-Rundles et coll.* ont montré que, chez les enfants nés de mère séropositive (n=21), la prévalence d'un taux plasmatique bas en vitamine A (mesure du trans rétinol par HPLC) est très élevée (n=17 soit 81%, p<0,05) qu'il s'agisse d'enfants dont la séropositivité se confirme ou d'enfants qui se révèlent par la suite séronégatifs. Chez ces derniers (et uniquement chez eux), le niveau de vitamine A s'est normalisé dans les 15 mois qui ont suivi la séroréversion. Le déficit en vitamine A a déjà été rapporté comme facteur de risque de la transmission fœto-maternelle et comme facteur de risque de la progression chez les usagers de drogues. Cette vitamine est un facteur essentiel pour le développement des lymphocytes et de la réponse immunitaire, et son déficit peut occasionner de graves effets chez les enfants séropositifs.
* New York Hospital-Cornell Medical Center 525 East 68th Street, New York, NY 10021, USA. Tel : 212-746-3400, Fax : 212-746-8609, E-mail : This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it


V, 12 : Mo.B.1315

J Wild et coll.* ont étudié plusieurs milliers de publications de la National Library of Medecine afin de pouvoir utiliser chez des enfants, en toute sécurité de manière chronique, des doses élevées d'éléments nutritifs ayant un intérêt potentiel dans l'infection à VIH : vitamine A, bêta carotène, thiamine, riboflavine, niacine, pyridoxine, vitamine B12, vitamine C, acide pantothénique, vitamine D, vitamine E, acide folique, vitamine K, calcium, NAC, fer, zinc, phosphore, sélénium, carnitine, cystéine, glutathion, méthionine, lysine, acides gras.
* 16 Clover Lane, Lincoln Park, NJ, 07035 USA. Tel : 201-696-0723


V, 13 : Mo.B.1317

JS Read et coll.* ont montré chez 141 enfants (65 au stade IVIG vs 76 placebo) que le niveau de vitamine A sérique augmente avec le temps dans le groupe IVIG mais que, contrairement à d'autres publications, la mortalité n'était pas associée avec un niveau initial élevé ou une modification de ce niveau.
* PAMA-CRMC_NICHD, 6100 Executive Boulevard Room 4BI IF, National Institutes of Health, Bethesda, MD 20892, USA. Tel : (301) 496-7339, Fax : (301) 496-8678, E-mail : This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it


V, 14 : We.B.3268

JM Rwangabwoba, NA Haslsey et coll.* ont montré, dans le cadre d'un essai comparant l'action prophylactique de trois antituberculeux pris en monothérapie, que la majorité (307/458, 67%) avait des concentrations initiales basse (<30 mg/dL) en rétinol plasmatique (témoin d'un déficit en vitamine A) et que, pour ces personnes, les lymphocytes CD4 étaient <14% (p=0,04) ; le risque de développer une tuberculose ou de décéder étaient légèrement plus élevés que chez ceux ayant des taux élevés de rétinol (respectivement RR=1,7, 95% CL 0,69,4,0 et RR=14, 95% CL 0,90,2,1). Après ajustement des CD4, de l'âge, du sexe et des médicaments reçus, les concentrations de rétinol sérique <30 mg/dl sont associées avec un risque élevé de décès (HR=1,57, 95% CL 0,96,2,55), mais pas de risque de développer une tuberculose (HR=1,41, 95% CL 0,57,3,53).
* Johns Hopkins Univ., 615 N.Wolfe Street,#5515, Baltimore, MD 21205 USA. Tel ; 410-955-6964, Fax : 410-5550-6733, E-mail : This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it


V, 15 : Th.B.4250

H Vannucchi et coll.* ont montré que l'excrétion urinaire de la vitamine E était plus élevée chez les personnes séropositives, comparativement au contrôle, ainsi que la prévalence de l'hypovitaminose E chez les patients au stade SIDA (57,89%) : chez 19 patients au stade SIDA, 8 asymptomatiques et 10 patients non infectés par le VIH (contrôle), l'excrétion urinaire de vitamine E sur 24 heures est respectivement de 0,52 +/- 0,54 ; 0,66 +/- 0,35 ; 0,03 +/- 0,07 mmol/L et la concentration sérique en vitamine E de 15,25 +/- 12,19 ; 26,40 +/- 17,01 ; 40,03 +/- 31,80 mmol/L.
* Hosp. das Clinicas, Depto. Clinica Médica-Campus USP 14048-900-Ribeirão Preto-SP Brésil. Tel : 55-16-6330346, Fax : 55-16-6331144


V, 16 : We.B.185

C Avila-Figueroa et coll.* ont montré, dans une étude sur 42 mois chez 279 hommes séropositifs n'ayant pas de traitement anti-rétroviral, que l'apport élevé en niacine (p=0,03) et en vitamine E (p=0,03) était associé à une valeur basse des lymphocytes CD4 et une moindre corrélation pour le rétinol (P=0,05) et la vitamine B1 (p=0,09). L'analyse prospective montre un pourcentage de diminution des CD4 pour ceux du plus haut quintile de l'apport en niacine à l'entrée de presque la moitié de ceux dans le quintile le plus bas (11,7% vs 21,4% par année). La diminution des CD4 fut 25% plus grande (17,1% vs 13,7%) parmi ceux ne recevant pas de multivitamines (mais statistiquement non significatif). Aucune association n'a été trouvée entre l'apport d'acide gras (AG) et la diminution des CD4. Après ajustement des valeurs de base en CD4, l'âge et les apports énergétiques totaux, les apports en graisses et certaines graisses spécifiques sont inversement corrélés avec le risque de progression vers le Sida (risque relatif pour le plus élevé vs le plus bas quintile de graisses végétales 0,24 [95% CL 0,07-0,75], pour l'acide oléique RR=0,21 [95% CL 0,07-0,65], pour les AG polyinsaturés RR+0,31 [95% CL 0,11-0,92] et pour les AG trans RR=0,25 [95% CL 0,09-0,65]. Les apports en acides gras oméga-3 et arachidonique ne sont pas associés avec un moindre risque de progression vers le Sida.
* Hospital Infantil de Mexico, Calle Dr Marquez 162, Colonia Doctores Mexico DF, CP 06720, Mexique. Tel : (525) 761-0333 x369, Fax : 761-8530



Last Updated on Friday, 19 March 2010 21:25