Latest Plans:
RSS
Dec 13
C.81-Voltage-gated sodium Na+ channel allostery as the basis for the scorpion venom model of AIDS: M PDF print email
Written by GMK Tran   
Friday, 12 April 2013 14:26
There are no translations available.

C.81-Voltage-gated sodium Na+ channel allostery as the basis for the scorpion venom model of AIDS:Molecular homology between between spider toxin and HIV-2, and scorpion toxin and HIV-1 envelope gp41 sequence SWSNKS

Abstract accepté pour EMBO Conference on Allosteric interactions in cell signaling and regulation(Institut Pasteur Paris,May 14-17, 2013 )

G.M.K. Tran

31 avenue du bois 92290 Châtenay-Malabry, France ; Association « Positifs », BP 230, 75865Paris cedex 18, France

Objective : Allosteric differences explain why spider Atrax toxin differs slightly from scorpion Androctonus AaH2, despite the fact they bind to the same Na+ channel receptor site 3 (Little MJ, 1998). We found a molecular mimicry between HIV-1 envelope gp 120 V3 and V2 loops, but nothing between scorpion and HIV-2, which is less virulent than HIV-1.

 Methods : Amino acid and three-dimensional (3D) structure (Pallaghy PK, 1997) comparison between

HIV-2/SIV and the arthropod family, conotoxin and sea anemone toxin, all ligands of the Na+ channel.

 Results : 1°) There is a match between lethal Australian spider Atrax Robustus toxin and HIV-2, but only in 3D, although the structures differed: Spider key residues (4-KR-5/M18/K19/Y22/23-AWY-25/Q27/C31) superimpose on HIV-2 residues (180-KK-181/M172/K173/Y183/186-AWY-188/Q190/C194).

2°) We confirm the scorpion model of HIV-1, by aligning scorpion toxin COOH-terminus with

HIV-1/chimpanzee CPZ.CD90.ANT gp41 sequence SWSNKS, or 3S, a potential therapeutic AIDS vaccine (Vieillard V, 2008).WSNKS is deleted in HIV-2/SIV-AGM (explaining why  African Green Monkey AGM don't get sick):

 scorpion chimera    C...KLAC.CY-SVP-WNPTWS-RSNTCGKK-carboxy-terminus

 HIV-1/SIVchimp     C.. -KLV..CYTSVPDWVPSWSNKSQTCAKN

Conclusions : Na+ channel has many sites, the site 3 binding scorpion and spider toxins, namely respectively HIV-1 and HIV-2 envelope; their different degree of virulence is explained by the different allosteric modifications between scorpion and spider toxins. Another implication is to ameliorate the clinical results obtained with a Na+ channel ligand, omega 3, which is effective and non toxic in AIDS treatment. By combining many ligands

Last Updated on Friday, 14 June 2013 12:59
 
C.80-AIDS Vaccine Thai RV 144 Correlate of Protection: Envelope gp120 v2 Loop, Which Induces Protect PDF print email
Written by GMK Tran   
Friday, 12 April 2013 14:05
There are no translations available.

C.80-AIDS Vaccine Thai RV 144 . Correlate of Protection: Envelope gp120 v2 Loop, Which Induces Protective Neutralizing IgG Antibodies, Is A Marine Conus Mu-Conotoxin Binding To The Voltage-Gated Na+ Sodium Channel

Abstract accepté .Présentation orale à : Euro J Virology Lyon (Septembre 2013)

Presenting author :Mr. Guy Mong Ky TRAN
Retired, Auvergne University, Hospital Hotel Dieu, 63 000 Clermont-Ferrand, France - Public Health Department (Pr Gerbaud L)
31 Avenue du Bois , Chatenay Malabry 92 290, France and Association « Positifs »,BP 230,75865 Paris Cedex18, France

Office phone: (+33) 0175328327; email: This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it

 

Thai RV 144 vaccine efficacy is 31%; protective IgG target the gp120 V1-V2 loops. We analyse the V2 loop (Zolla-Pazner S, 2013) by amino acid (AA) sequences comparison by BLASTP with visual search and three-dimensional (3D) structure (Xue T, 2003; Pallaghy PK, 1997). The 2 Thai vaccine strains V2 loops were screened on toxins binding to the voltage-gated Na + channel (NaCh).

Results

1) 3 mu-conotoxin active site AAs (K13, Q14, K16) (Conus Geographicus, Kinoshitai, Striatus, Betulinus chimera) (Ekberg J, 2008) are found in the Thai V2 loop (V172 crucial):

Thai V2    166-RDKKQ-KVHALFY-R-178
conotoxin   10-RDKKQCKVHALCCGR-24

2) The vaccine MN strain V2 loop mimics the scorpion toxin N-terminus active site (Kharrat R, 1989); its deletion abolishes the toxicity (El Ayeb M, 1986). Interestingly antibodies against N-terminus induce broad cross-reactive protection (Devaux C, 1999). The toxin precursor (Cn II-13, AaH, Bot IX chimera) (Possani LD, 2000) is included.

MN strain   157-CSFQMTGLEDKVKKEYALLYK-178
Scorpion -13-CLFMTGVEAEIKVKKEGYALQYK-10

3) V2/V3 loops of HIV-2/SIV PBJ14 (fatal AIDS) were 3D superimposed on spider atratoxin (Atx)/versustoxin, 2 NaCh ligands. V2 YxxxWYxxDxxC is conserved in HIV-2. V3 is SGLVFH:

Atx  4-KR MK Y AWYNQQ C TGLFKKC-42
HIV-2  KK MK Y AWY QD C SGLVFH

The scorpion venom concept of AIDS (Tran GMK,1989) is confirmed by the homology between the Thai V2 loop and mu-conotoxin, a NaCh ligand. Omega-3, a NaCh modifier, is efficient in AIDS (Caprani A, 2012). AIDS vaccine should target V2/V3, and avoid mitigating IgA (Haynes BF, 2012).

Topics: 1. HIV and Hepatitis pathogenesis and treatment, 2. Adaptive immunity and Vaccines

Last Updated on Friday, 14 June 2013 12:59
 
C78. 19° AIDS Conference-Washington (22-27 Juillet 2012) .Points forts PDF print email
Written by Dr. Adrien Caprani   
Friday, 24 August 2012 17:59
There are no translations available.

Notre association n’a pas été présente à ce grand rassemblement de plusieurs dizaines de milliers de participants (recherche clinique et fondamentale, épidémiologie, aspects sociaux, associations, politiques, décideurs) pour laquelle deux des abstracts que nous avions soumis n’ont pas été retenu (ceux-ci seront publiés ultérieurement sur notre site).

Nous nous attacherons à mentionner les résultats ou approches novatrices de cette conférence à partir des excellents  compte rendus objectifs publiés par l’association NAM, qui sont en ligne (www.aidsmap.com/aids2012). A la lecture de ces compte-rendu, il apparait qu’aucune approche complémentaire/alternative n’a été retenue par le comité de lecture, à moins que quelques présentations Poster  aient échappé à la censure des lobbys et au compte-rendu de NAM (mais nous n’avons pas été présents pour le confirmer).

Comme dans toutes les autres conférences mondiales, beaucoup  de promesses de politiques avec pour objectif la fin de l’épidémie qui pourrait être atteint compte tenu  des  progrès récents en matière de prévention et de traitement du VIH, mais avec la  nécessité d’une volonté forte des politiques et la solidarité internationale. Cet objectif implique

L’aspect Vers la guérison du VIH, semble  faire du surplace, même si une déclaration définissant la feuille de route des étapes nécessaires pour atteindre la guérison, a été lancé lors du colloque. Ces étapes sont :

L’utilisation d’un traitement anti-VIH prolongé pour déterminer s’il est possible de réduire les réservoirs de cellules contenant une infection au VIH latente. Ceci a déjà été montré sur une petite fraction de séropositifs démarrant le traitement très tôt et qui peuvent arrêter  définitivement le traitement (voir  C.76-Synthèse ISHEID 2012 sur ce site)

La suppression des réservoirs latents: Des médicaments utilisés pour traiter d’autres infections et maladies sont utilisés pour stimuler les réservoirs latents afin de les détruire. Certaines études ont eu des résultats prometteurs, mais à notre avis devraient être accélérés avec des essais cliniques avec des molécules connues depuis longtemps.

Un vaccin thérapeutique, qui stimulerait le système immunitaire pour détruire les cellules activées.

L’approche d’un traitement génétique où un réservoir de cellules CD4 résistantes au VIH serait établi.  C’est l’approche utilisée avec le patient de Berlin qui est très lourde et non généralisable. De plus, on ne voit pas l’intérêt de remplacer une trithérapie à vie par un traitement immunosuppresseur toxique à vie.

Concernant la circoncision reconnue comme outil de prévention, une étude récente menée au Zimbabwe apporte une information contradictoire (augmentation e la contamination par les circoncis !), qu’il s’agit  de vérifier honnêtement.

Concernant la prophylaxie pré-exposition (PrEP), il ne semble pas d’après les compte- rendu de NAM qu’il y ait eu le moindre débat contradictoire, alors que beaucoup la considèrent encore peu efficace, coûteuse et toxique et qu’il ne s’agit  que d’un simple marketing.

Sur l’aspect économique, les médicaments génériques pourraient entraîner des économies importantes pour les pays riches dès l’an prochain car les brevets sur  Efavirenz(très souvent utilisé en première ligne malgré ses effets secondaires sur le système nerveux central) et Epivir, tombent dans le domaine public.

De plus l’arrivée de concurrents au Norvir (cobicistat) et au raltégravir (elvitégravir) pourrait faire baisser les prix sur ces deux molécules.


Le problème des neuropathies périphériques induites par certains antiviraux et peut-être par la plupart  d’entre eux, concerne, en Afrique du Sud, un quart des enfants sous traitement anti-VIH. Il est dommage que les traitements des neuropathies périphériques très invalidantes, induites par de nombreux médicaments  tant pour le HIV que pour d’autres pathologies (chimiothérapies anti-tumorales notamment) n’intéressent pas les firmes pharmaceutiques.

Mentionnons également une  étude au Kenya  qui montre que la thérapie antirétrovirale peut être considérablement retardée par la prévention de la malaria et de la diarrhée.

Indiquons enfin que le vaccin BCG contre la tuberculose peut augmenter la susceptibilité des nourrissons à l'infection au VIH, selon les résultats d'une étude. Rappelons que beaucoup de vaccinations peuvent transitoirement détériorer les paramètres immunitaires, et qu’il convient de rester prudent chez les séropositifs HIV, pour conseiller le vaccin anti grippal ou anti hépatite B.

 

 

 

Last Updated on Saturday, 25 August 2012 10:22
 
C78. C78. 19° AIDS Conference-Washington (22-27 Juillet 2012) .Points forts PDF print email
Written by Dr. Adrien Caprani   
Friday, 24 August 2012 17:03
There are no translations available.

Notre association n’a pas été présente à ce grand rassemblement de plusieurs dizaines de milliers de participants (recherche clinique et fondamentale, épidémiologie, aspects sociaux, associations, politiques, décideurs) pour laquelle deux des abstracts que nous avions soumis n’ont pas été retenu (ceux-ci seront publiés ultérieurement sur notre site).

Nous nous attacherons à mentionner les résultats ou approches novatrices de cette conférence à partir des excellents  compte rendus objectifs publiés par l’association NAM, qui sont en ligne (www.aidsmap.com/aids2012). A la lecture de ces compte-rendu, il apparait qu’aucune approche complémentaire/alternative n’a été retenue par le comité de lecture, à moins que quelques présentations Poster  aient échappé à la censure des lobbys et au compte-rendu de NAM (mais nous n’avons pas été présents pour le confirmer).

Comme dans toutes les autres conférences mondiales, beaucoup  de promesses de politiques avec pour objectif la fin de l’épidémie qui pourrait être atteint compte tenu  des  progrès récents en matière de prévention et de traitement du VIH, mais avec la  nécessité d’une volonté forte des politiques et la solidarité internationale. Cet objectif implique

L’aspect Vers la guérison du VIH, semble  faire du surplace, même si une déclaration définissant la feuille de route des étapes nécessaires pour atteindre la guérison, a été lancé lors du colloque. Ces étapes sont :

L’utilisation d’un traitement anti-VIH prolongé pour déterminer s’il est possible de réduire les réservoirs de cellules contenant une infection au VIH latente. Ceci a déjà été montré sur une petite fraction de séropositifs démarrant le traitement très tôt et qui peuvent arrêter  définitivement le traitement (voir  C.76-Synthèse ISHEID 2012 sur ce site)

La suppression des réservoirs latents: Des médicaments utilisés pour traiter d’autres infections et maladies sont utilisés pour stimuler les réservoirs latents afin de les détruire. Certaines études ont eu des résultats prometteurs, mais à notre avis devraient être accélérés avec des essais cliniques avec des molécules connues depuis longtemps.

Un vaccin thérapeutique, qui stimulerait le système immunitaire pour détruire les cellules activées.

L’approche d’un traitement génétique où un réservoir de cellules CD4 résistantes au VIH serait établi.  C’est l’approche utilisée avec le patient de Berlin qui est très lourde et non généralisable. De plus, on ne voit pas l’intérêt de remplacer une trithérapie à vie par un traitement immunosuppresseur toxique à vie.

Concernant la circoncision reconnue comme outil de prévention, une étude récente menée au Zimbabwe apporte une information contradictoire (augmentation e la contamination par les circoncis !), qu’il s’agit  de vérifier honnêtement.

Concernant la prophylaxie pré-exposition (PrEP), il ne semble pas d’après les compte- rendu de NAM qu’il y ait eu le moindre débat contradictoire, alors que beaucoup la considèrent encore peu efficace, coûteuse et toxique et qu’il ne s’agit  que d’un simple marketing.

Sur l’aspect économique, les médicaments génériques pourraient entraîner des économies importantes pour les pays riches dès l’an prochain car les brevets sur  Efavirenz(très souvent utilisé en première ligne malgré ses effets secondaires sur le système nerveux central) et Epivir, tombent dans le domaine public.

De plus l’arrivée de concurrents au Norvir (cobicistat) et au raltégravir (elvitégravir) pourrait faire baisser les prix sur ces deux molécules.


Le problème des neuropathies périphériques induites par certains antiviraux et peut-être par la plupart  d’entre eux, concerne, en Afrique du Sud, un quart des enfants sous traitement anti-VIH. Il est dommage que les traitements des neuropathies périphériques très invalidantes, induites par de nombreux médicaments  tant pour le HIV que pour d’autres pathologies (chimiothérapies anti-tumorales notamment) n’intéressent pas les firmes pharmaceutiques.

Mentionnons également une  étude au Kenya  qui montre que la thérapie antirétrovirale peut être considérablement retardée par la prévention de la malaria et de la diarrhée.

Indiquons enfin que le vaccin BCG contre la tuberculose peut augmenter la susceptibilité des nourrissons à l'infection au VIH, selon les résultats d'une étude. Rappelons que beaucoup de vaccinations peuvent transitoirement détériorer les paramètres immunitaires, et qu’il convient de rester prudent chez les séropositifs HIV, pour conseiller le vaccin anti grippal ou anti hépatite B.

En conclusion, une énorme somme de resultats  présentés mais sans avancée majeure au niveau de l"éradication.

 
C.77-CD4/CD8 ratio decrease in AIDS PDF print email
Written by Administrator   
Wednesday, 18 July 2012 00:32
There are no translations available.

C.77-CD4/CD8 ratio decrease in AIDS, explained by a molecular mimicry between African HIV-1 Nef and Notch-1: Nef as a target for vaccine and NF-kB inhibitors (salicylate, resveratrol, curcumin, epigallocatechine-3-gallate).

 

Guy Mong Ky TRAN1, 2 , Adrien CAPRANI 2, Laurent GERBAUD 1

1 Auvergne University, Hospital Hotel-Dieu, Public Health Department, 63 000 Clermont-Ferrand France( This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it ).
2 Association « Positifs », Paris Cedex 18, France( This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it ).  

 

BACKGROUND

The AIDS hallmark is the simultaneous fall in CD4 and rise in CD8 T lymphocytes. Interestingly, this very pathognomonic but unexplained decrease of CD4/CD8 ratio is also characteristic of a member of the EGF family, Notch-1 function (Fowlkes BJ, 2002). Notch is defined in Drosophila development as inducing a notched wing. Calenda V (1994) found that Nef hampered drastically bone marrow progenitor cells functionality. African HIV-1 NDK strain (Spire B, 1989), which induced a fulminant AIDS killing the patient in only 15 days, decreases dramatically CD4 counts. Nef is the most abundant HIV-1 protein in infected cells (85% of mRNA). Nef is a superantigen, its action is amplified 1,000 times compared to a common antigen.

 

OBJECTIVE

We found previously Notch-1 in the 3'ORF (Open Reading Frame) or Long Terminal Repeat (LTR) of another retrovirus [Mouse Mammary Tumor Virus (MMTV)] (Tran MKG, Eurocancer, Paris 1998):

MMTV LTR 3'ORF (222-227)    PLPYTG
Notch-1 (repeat 21)         PLPYTG

We prolonged this alignment by using a chimera of Notch-1 (EGF repeats 1, 21, 22, 23, 27, 36) and Notch Drosophila (EGF repeats 22, 30):

MMTV LTR 3'ORF (213-236) PYIYRPTDA PLPYTGRY-DLNFNRW
Notch chimera            PF-YRCTNA PLPYTGRYCDLNINRW

                                                                       36 |23 |21 |1| 21 |Drosophila22|Dro30|22| 27

As Nef is located also in HIV-1 LTR, we looked for Notch-1 in Nef. 

 

Last Updated on Wednesday, 07 November 2012 17:23
 


Page 7 of 15