Latest Plans:
RSS
Dec 20
C.93- Points forts de la conférence :HIV DRUG THERAPY- Glasgow 2014(2-6 Novembre)
There are no translations available.

Positifs n’ayant pu participer à cette conférence, les informations données ici sont fournies par l’association  britannique NAM, et  extraites   de www.aidsmap.com, et ne comportent donc pas les informations off.

Dans l’ensemble des travaux qui ont été  présentés à cette conférence,  nous attirons l’attention sur les points suivants :

-La monothérapie avec un inhibiteur de protéase, le darunavir/ritonavir

La monothérapie avec un inhibiteur de protéase potentialisé a été proposée comme traitement de maintien chez les personnes qui ont atteint une charge virale indétectable, pour réduire la toxicité et le coût tout en préservant les futurs choix de traitement en cas de rebond virologique.

La conférence a écouté les résultats de l’étude PROTEA, qui a randomisé 273 personnes sous traitement antirétroviral stable et avec une charge virale indétectable, pour prendre soit une monothérapie de darunavir/ritonavir ou du darunavir/ritonavir avec deux INTI. Les participants prenaient un traitement antirétroviral depuis environ 5 ans et avaient un taux de cellules CD4 aux alentours de 600 cellules/mm3

A la 48ème semaine, 86% des personnes du groupe de monothérapie au darunavir et 95% des personnes dans le groupe de trithérapie avaient une charge virale inférieure à 50 copies/ml. Le taux de suppression virale chez les personnes sous monothérapie était plus marqué chez les participants dont le taux de cellules CD4 le plus bas avait été inférieur à 200 cellules/ mm3, 66% chez les personnes sous monothérapie par rapport à 97% chez les personnes sous trithérapie. Parmi les participants dont la charge virale n’était jamais descendue en dessous de 200 cellules/mm3, la monothérapie était tout aussi efficace.

La conférence a également appris qu’une méta-analyse et l’analyse de dix études sur la monothérapie avec un inhibiteur de protéase, avaient observé un taux de suppression virale plus bas (76% vs 82%) chez les personnes prenant une monothérapie mais aucune augmentation des risques de résistance au médicament.

-Augmentation des prescriptions de PrEP chez les hommes aux Etats-Unis

Une analyse des prescriptions de Truvada pour une utilisation en prophylaxie pré-exposition montre que le nombre d’utilisateurs de la PrEP augmente aux Etats-Unis, quoique à partir d’un niveau initial peu élevé. Rappelons que  Positifs reste réticent sur cette prophylaxie, très marginale  d’efficacité douteuse en cas d’observance non rigoureuse, avec une molecule toxique, au seul bénéfice du laboratoire, alors que le préservatif reste la prophylaxie de référence.

-La doravirine, un nouvel INNTI, marche aussi bien que l’efavirenz mais avec moins d’effets secondaires, au niveau du système nerveux central(rêves anormaux,  insomnies,  vertiges).

Merck, le fabriquant de la Doravirine, a annoncé un essai de phase 3 qui comparera la doravirine au darunavir potentialisé au ritonavir (Prezista) chez les personnes non traitées auparavant

-Données supplémentaires sur le dolutégravir

Le traitement de première ligne avec une association antirétrovirale contenant du dolutégravir (Tivicay), un inhibiteur de l’intégrase, est supérieur au darunavir, un inhibiteur de protéase potentialisé au ritonavir, sur 96 semaines de suivi, a appris le congrès. Ces résultats confirment les données de 48 semaines qui ont déjà été publiées.

A la 96ème semaine, la proportion des patients restants dont la charge virale était inférieure à 50copies/ml étaient de 80% dans le groupe dolutégravir et de 68% dans le groupe darunavir potentialisé. La différence était encore plus marquée chez les individus qui avaient eu une charge virale élevée (au dessus de 100 000 copies/ml) et chez ceux qui prenaient du ténofovir/emtricitabine plutôt que de l’abacavir/lamivudine.

-L’efavirenz compromet les implants contraceptifs hormonaux

L’efavirenz, un inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse (INNTI) largement prescrit, réduit considérablement le taux du contraceptif hormonal levonorgestrel, un élément d’un implant contraceptif de progestérone très utilisé dans les pays en voie de développement, d’après une étude ougandaise.

 

 
C.92 bis-Revolution hidden in the eradication of HIV, Therapy of Dr. Prakash
There are no translations available.

Information published in the monthly "Votre Santé" from June 2014 No. 25 (www.vousetvotre sante.fr)
On the occasion of the thirtieth anniversary of HIV in May 2013 at the Pasteur Institute, the association "Positifs", which I chair, met with Dr. GK Prakask. He had moved to India with in his wallet, revolutionary results of AIDS to healing. The exchanges we had convinced us of the seriousness and the major interest of his discovery.

But he was not heard by the Pasteur Institute. He has not been allowed to present his discovery that could save lives. It is true that the announcement of its work would have eclipsed the discoverers of HIV, organizers of this event. The information has been brought to the attention of the participants in the Pasteur corridors.

Fortunately, Dr. Prakash could make his treatment to the last of the International Aids Society Conference (IAS) Kuala Lumpur1. His treatment combines 9 plants of the traditional Indian medicine known to have antiviral properties and / or immunostimulatory and silver nanoparticles, tin and other mineral compounds. It has cured more than 10 patients, thirty other is being processed to date.
On the occasion of communication that I made last May to the group of therapeutic strategies ANRS2 chaired by Catherine Katlama, where I described the terms of an effective protocol, non-toxic and low coût3, I informed the group of the outstanding results achieved by Dr. Prakash, by asking the group therapeutic strategies ANRS an assessment of Prakash work to provide confirmation of the results it has achieved. I did the same by mail with JF Delfraissy, director of the ANRS, letter remained unanswered. I feel that this information was deliberately suppressed by the ANRS, whereas it should have verified the accuracy of the findings of Dr Prakash emergency. I also alerted Francoise Barre-Sinoussi and found myself once again in front of the wall of conformism and orthodoxy. It is clear that the therapeutic approach of Prakask is not consistent with our Western standards, even if traditional medicine revisited with avant-garde techniques, for which Western medicine is failing. In thirty years, no significant results on the eradication of the virus was achieved despite the considerable financial means used.

To date, only one patient was cured in the West - in Berlin - with an extremely heavy official treatment. Overhyped, no attempt to reproduce this case has succeeded.

Before this omerta, corresponding to the advocacy of a world that lives and are financially and AIDS, I thought to inform scientists, above all suspicion for confirmation of the results of Prakask, namely our two Nobel Prize: Françoise Barre-Sinoussi and Luc Montagnier. Francoise Barre Sinoussi evaded my request for a confirmatory test and is scrolled using a pitiful argument: the work of Prakask are not published in major international journals. But she knows that the major medical journals are controlled by pharmaceutical lobbies and the editorial board of the journals that evaluate publications submitted to them working on the same subjects. They do not want to be overtaken by competitors and losing their research topic.
As for Luc Montagnier, René Olivier's assistant sent him my file there nine months. We are still waiting back!

I thought that there was sufficient honest scientists to break the wall of silence; but I realized clearly that only the media and the pressure of associations could possibly require official health bodies validation work Prakash. Unfortunately, the major  french associations fighting against AIDS, and more surprisingly, Médiapart, the donor lessons, I have informed responded to me on the eradication of the virus. This criminal behavior can be explained by conditioning by pharmaceutical lobbies and the world of medical research, it is IMPOSSIBLE, with official approach to cure AIDS in the short term. For associations, this is in addition to their survival if the results were confirmed Prakash. For my part, I am willing to use the treatment Prakash. It costs € 3,000. It's just for a cure, when we know that a quarter of treatment in France returns to € 3,000. In comparison, the treatment of Dr. Prakash is less than two hundredths of a second official treatment currently uses and manages the life sick with toxic molecules, although I think that all healing with Prakash treatment will be considered by the official AIDS as a healing spontaneous.

Today, I would like to share the results of Prakash to convince our authorities to perform a test of a very low cost and no risk to the patient. It is urgent to break the wall of silence to limit global carnage that has lasted too long.

Dr. Adrien CAPRANI, President of Positives, honorary director of research at CNRS, member of the IAS and EACS


Bibliography
1-Metal nanoparticles Reduce intracellular HIV-1 replication and Stimulate growth of HIV-1 infected PBMC. 7th Conference of the International AIDS Society (IAS) on HIV, treatment and prevention - Kuala Lumpur (30 June to 3 July 2013)
Search 2-agency ANRS (France Search North & South Hepatites HIV-AIDS).
3-



Publications Prakash





Treatment against AIDS discovered by the Indian team of Dr. Prakash

Treatment "mmp (metal- mine-ral-phytotherapy)" presented at the 7th Conference of the International AIDS Society (IAS) on HIV held in Kuala Lumpur from 30 June to 3 July 2013, the prevention and treatment of HIV is very promising. This is an original treatment discovered by the Indian team of Dr. Prakash. It combines 9 plants in traditional Indian medicine known to have antiviral properties and / or immunostimulatory and nano silver, tin, iron and other mineral compounds. The clinical results were published1. I personally considers these reliable results.
Currently over 30 asymptomatic patients following the protocol developed by Dr. Prakash team. They tend to confirm the results.

Viral load increased from 54 000 to T = 0 to undetectable at 30 months and remains untreated for more than a year. CD4 pass 360 to T = 0-810 and at 30 months to 42 months to 990 (without processing of the 30th to the 42nd month). The CD4 / CD8 ratio goes from 0.43 at T = 0 @ 0.75 A 30 months 0, from 85 to 42 months. The proviral DNA (PBMC and lymph nodes) disappears and remains undetectable 30 months to 42 months in the absence of treatment. Complete blood count, kidney and liver function normal throughout follow-up. No OI and tumors. According to Prakash, there 3 Synergistic action mechanisms:

1. It is a DIS-integrase of HIV-1, that is to say, it removes the integrated HIV-1 in DNA; in short, it eliminates the HIV-1. It does the opposite of HIV integrase-1. So it is conceptually a revolution, because until now there is no drug to remove the HIV-1 once it is built. MMP stimulates gene, and this stimulation leads to the cleavage and removal of the foreign DNA of the cell. "DIS-integrase: HIV-1 is dormant in our body; Stimulates the molecule my share of disintegrase and Eliminates the integrated foreign DNA. "The mmp is usable in cancer.

2. It has an immunological action.

3. It is antiviral (theoretically, any integrated viruses other than HIV-1 can be removed, for example, HPV, the poliomavirus, etc.).

Healing hoped-AIDS could become a reality by an original way  of HIV eradication

1. The publications are available online at .



















 
C.91-Guérison du Sida, le traitement du Dr Prakash
There are no translations available.

 

 

A l’occasion du trentième anniversaire du VIH en Mai 2013 à l’Institut Pasteur, l’association “Positifs”, que je préside, a rencontré le Dr G. K. Prakask. Il s’était déplacé d’Inde avec, dans sa besace, des résultats révolutionnaires en matière de guérison du sida. Les échanges que nous avons eus nous ont convaincus du sérieux et de l’intérêt majeur de sa découverte.

Mais il n’a pas été entendu par l’Institut Pasteur. Il n’a pas eu l’autorisation de présenter sa découverte qui pourrait sauver des vies. Il est vrai que l’annonce de ses travaux aurait éclipsé les découvreurs du VIH, organisateurs de cette manifestation. L’information a donc été portée à la connaissance des participants dans les couloirs de Pasteur.

Heureusement, le Dr Prakash a pu faire connaître son traitement à la dernière conférence de l’International Aids Society (IAS) de Kuala Lumpur1.  Son traitement associe 9 plantes de la médecine traditionnelle indienne connues pour leurs propriétés antivirales et/ou immunostimulantes et des nanoparticules d’argent, d’étain et autres composés minéraux. Il a permis de guérir plus de 10 patients, une trentaine d’autres est en cours de traitement à ce jour.

A l’occasion de la communication que j’avais faite en mai dernier devant le groupe Stratégies thérapeutiques de l’ANRS2, présidé par Catherine Katlama, où j’ai décrit les modalités d’un protocole efficace, non toxique et de faible coût3, j’ai informé ce groupe des résultats remarquables obtenus par le Dr Prakash, en demandant au groupe Stratégies thérapeutiques de l’ANRS une évaluation des travaux de Prakash afin d’apporter la confir­mation des résultats qu’il a obtenus. J’ai fait de même par courrier avec J. F. Delfraissy, directeur de l’ANRS, courrier resté sans réponse. J’ai le sentiment que cette information a été volontairement étouffée par l’ANRS, alors qu’elle aurait dû vérifier l’exactitude des découvertes du Dr Prakash en urgence. J’ai par ailleurs alerté Françoise Barre-Sinoussi et me suis retrouve une fois de plus devant le mur du conformisme et de l’orthodoxie. Il est clair que l’approche thérapeutique de Prakask n’est pas conforme à nos critères occidentaux, même s’il s’agit de médecine traditionnelle revisitée avec des techniques d’avant-garde, pour laquelle la médecine occidentale est en échec. En trente ans, aucun résultat significatif sur l’éradication du virus n’a été obtenu malgré les moyens financiers considérables utilisés.

A ce jour, un seul patient a été guéri en occident – à Berlin – avec un traitement officiel extrêmement lourd. Surmédiatisé, aucune tentative de reproduction de ce cas n’a réussi.

Devant cette omerta, correspondant à la défense des intérêts d’un monde qui vit et qui n’existe financièrement que par le sida, j’ai pensé informer des scientifiques, au-dessus de tout soupçon pour obtenir une confirmation des résultats de Prakask, à savoir nos deux prix Nobel : Françoise Barre Sinoussi et Luc Montagnier. Françoise Barre Sinoussi a éludé ma demande d’un essai de confirmation et s’est défilée en utilisant un argument pitoyable : les travaux de Prakask ne sont pas publiés dans les grandes revues internationales. Or, elle sait très bien que les grandes revues médicales sont contrôlées par les lobbys pharmaceutiques et que les comités de lecture des revues qui évaluent les publica­tions qui leur sont soumises travaillent sur les mêmes sujets. Ils ne souhaitent pas être doublés par des concurrents et perdre leur sujet de recherche.

Quant à Luc Montagnier, son assis­tant René Olivier lui a transmis mon dossier il y a neuf mois. On attend toujours un retour !

Je pensais qu’il existait suffisamment de scientifiques honnêtes pour rompre le mur du silence ; mais je me suis rendu à l’évidence, que seule la médiatisation et la pression des asso­ciations pouvaient peut-être imposer aux instances officielles de la santé la validation des travaux de Prakash. Malheureusement, les principales associations de lutte contre le sida, et plus étonnant encore, Médiapart, le donneur de leçons, que j’ai informé n’ont donné suite à mes informations sur l’éradication du virus. Ce comportement criminel peut s’expliquer par le conditionnement par les lobbys pharmaceutiques et le monde de la recherche médicale, qu’il est IMPOSSIBLE, avec les voies officielles de guérir  le Sida à court terme. Pour les associations, il s‘agit en plus de leur survie si les résultats de Prakash étaient confirmés. Pour ma part, je suis prêt à utiliser le traitement de Prakash. Il coûte 3 000 €. C’est peu pour une guérison, quand on sait qu’un trimestre de traitement en France revient à 3 000 €. En comparaison, le traitement du Dr Prakash représente moins des deux centièmes du traitement officiel utilise actuellement et administre aux malades à vie avec des molécules toxiques, même si je pense que toute guérison avec le traitement Prakash sera considérée par les officiels du sida comme une guérison spontanée.

Aujourd’hui, je souhaiterais faire connaître les résultats de Prakash pour convaincre nos autorités de réaliser un essai d’un coût dérisoire et sans aucun risque pour le patient. Il est urgent de rompre le mur du silence pour limiter une hécatombe mondiale qui n’a que trop duré.

Dr Adrien CAPRANI, Président de Positifs, directeur de recherche honoraire au CNRS, membre de l’IAS et de l’EACS

  1. 1-Metal nanoparticles reduce intracellular HIV-1 replication and stimulate growth of HIV-1 infected PMBC.  7e Conférence de l’International Aids Society (IAS) sur le VIH, le traitement et la prevention - Kuala Lumpur ( 30 juin au 3 juillet 2013)
  2. 2-Agence de recherche ANRS (France Recherche Nord & Sud Sida-HIV Hepatites).
  3. 3-<www.positifs.org/en/publications/ our-publications/198-c82-protocole-therapeu-tique-de-l-positifs-remplacement-par-un-traitement-peu-toxique-impliquant.html>

 

Publications de Prakash

<www.hivcure.in/publications/Analogy%20 of%20CD4%20and%20CD8%20cells.pdf>

<www.hivcure.in/publications/Status%20 of%20proviral%20DNA.pdf>

Un traitement contre le sida découvert par l’équipe indienne du Dr Prakash

Le traitement “mmp (metal- mine-ral-phytotherapy)” présenté lors de la 7e Conférence de l’International Aids Society (IAS) sur le VIH qui s’est tenue à Kuala Lumpur du 30 juin au 3 juillet 2013, sur la prévention et les traitements du VIH est très prometteur. Il s’agit d’un traitement original découvert par l’équipe indienne du Dr Prakash. Il associe 9 plantes de la médecine traditionnelle indienne connues pour leurs propriétés antivirales et/ou immunostimulantes et des nanoparticules d’argent, d’étain, de fer et autres composes minéraux. Les résultats cliniques ont été publiés1. Je juge personnellement ces résultats fiables.

Actuellement plus de 30 patients asymptomatiques suivent le protocole mis au point par l’équipe du Dr Prakash. Ils tendraient à confirmer les résultats.

La charge virale passe de 54 000 à T=0 à l’indétectabilité à 30 mois et se maintient sans traitement pendant plus d’un an. Les CD4 passent de 360 à T=0 à 810 à 30 mois et à 990 à 42 mois (sans traitement du 30e au 42e mois). Le rapport CD4/CD8 passe de 0,43 à T=0 à 0,75 à 30 mois et à 0, 85 à 42 mois. L’ADN proviral (PBMC et ganglions lymphatiques) disparaît à 30 mois et reste indétectable à 42 mois en l’absence de traitement. Hémogramme, fonction rénale et hépatique normaux pendant toute la durée du suivi. Pas d’IO et de tumeurs. D’après Prakash, il y a 3 mécanismes d’action synergiques :

1. C’est une DIS-intégrase du VIH-1, c’est-à-dire qu’il enlève le VIH-1 intégré dans l’ADN ; en clair, il élimine le VIH-1. Il fait le contraire de l’intégrase du VIH-1. C’est donc, conceptuellement, une véritable révolution, car jusqu’à maintenant il n’y a aucun médicament capable d’enlever le VIH-1 une fois qu’il est intégré. Le mmp stimule des gènes, et cette stimulation conduit à la coupure et à l’enlèvement de l’ADN étranger de la cellule. “DIS-integrase: HIV-1 is dormant in our body; my molecule stimulates the action of disintegrase and eliminates the foreign integrated DNA.” Le mmp est utilisable dans le cancer.

2. Il a une action immunologique.

3. Il est antiviral (théoriquement, n’importe quel virus intégré autre que le VIH-1 peut être enlevé, par exemple : le HPV, le poliomavirus, etc.).

Positifs a obtenu également les courbes de CD4 et de charge virale à partir des tableaux de résultats publies2.

La guérison tant espérée du sida pourrait devenir une réalité par une voie originale d’éradication du HIV

Dr Adrien CAPRANI

 

1. Les publications sont consultables en ligne sur le site <www.hivcure.in>.

.


 
C.90-EBOLA: LA PROTEINE L CONTIENT UNE THROMBINE ET UNE GPIB ALPHA PLAQUETTAIRE. TRAITEMENT DE LA
There are no translations available.

EBOLA: LA PROTEINE L CONTIENT UNE THROMBINE ET UNE GPIB ALPHA PLAQUETTAIRE. TRAITEMENT DE LA CIVD PAR LA CALCIPARINE.ANALYSE FONCTIONNNELLE DU VIRUS EBOLA.

Préentation aux JIB-Paris(8-10 Octobre 2014).Abstract N° 128

 
C.91. Point de vue sur le 18° ISHEID Marseille (21-23 Mai 2014)
There are no translations available.

Cette manifestation internationale tenue à Marseille n’a apporté, comme la plupart des congrès internationaux ayant eu lieu ces dernières années, aucun résultat révolutionnaire sur les traitements, rien de nouveau sur les vaccins et mis en lumière des échecs  désespérants sur l’éradication. Par ailleurs, on constate que toute approche non orthodoxe est absente des communications acceptées.

Positifs  a présenté un Poster intitulé ‘Molecular mimicry between HIV-1 envelope gp120 CD4 binding site and integrin alpha 9 beta1’

L’intégralité des communications est présente sur le site :

http://www.biomedcentral.com/bmcinfectdis/supplements/14/S2/all

Parmi les résultats marquants sur les traitements il faut citer les travaux de Jacques Leibowitch, un chercheur très créatif à l’origine des trithérapies avec l’essai Stalingrad en 1995, trop peu reconnu, qui a présenté les résultats d’un essai de traitements intermittents pouvant réduire jusqu’à 70% le coût des trithérapies. Ces travaux connus de nos autorités sanitaires et médiatiques, notamment l’ANRS, depuis de nombreuses années, n’ont jamais été soutenus et surtout donné lieu à la mise en place d’un grand essai national visant à une réduction de nos dépenses de santé et des effets indésirables des traitements. L’essai de Leibowitch concerne 92 patients qui  vont réduire la prise de  différentes polythérapies de 7jours par semaine à 5,4,3, 2 et 1 jour par semaine. Le contrôle viral est comparable au traitement en continu. De plus et surtout le rapport CD4/CD8 devient  ≥1 chez 37% des patients alors qu’il n’est que de 7% en traitement continu.

Un nombre significatif de présentations  a porté sur  l’hépatite C, notamment la synthèse de Jürgen K Rockstroh qui démontre l’efficacité incontestable du Sofosbuvir. Cet antiviral qui a obtenu en France une ATU, a un coût exhorbitant( 18000€/mois !) laisse suspecter des arrangements entre le Ministère de la santé  et le laboratoire Gilead. De plus et surtout un traitement alternatif  efficace à base de silymarine, 500fois moins cher(voir sur ce site C.76), n’a jamais été développé et mis en œuvre en France. !

Concernant les pathologies tumorales, l’incidence des cancers  associés au papilloma virus sont en augmentation chez les séropositifs. Aussi, certains préconisent une vaccination anti HPV chez les adolescents et jeunes adultes (V Rainone et al). Cette vaccination ne nous semble pas justifiée, à la lumière des risques de celle-ci, qui a donné lieu à une pétition nationale

(http://petition.ipsn.eu/papillomavirus/?utm_source=IPSN&utm_medium=Newsletter-gratuite&utm_campaign=201409-24-papillomavirus)

Une synthèse des effets indésirables et des meilleurs choix thérapeutiques (Barry Peters ),montre que les effets indésirables sont minimisés avec les anti intégrase les CCR5, et les NRTI sans thymidine.

Concernant  les nouveaux antiviraux en développement(Roy Gulick ) , appartenant aux différentes classes, ils devraient conduire à limiter les effets indésirables et faciliter la prise du traitement( un comprimé par jour  ou par semaine ou par mois)

 

 
  • «
  •  Start 
  •  Prev 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  4 
  •  5 
  •  6 
  •  Next 
  •  End 
  • »


Page 1 of 6

C.88-Mimétisme moléculaire

C.88-Mimétisme moléculaire entre le core du virus de l'hépatite C,le ligand de Fas, la phalloïd...

Read more

C.81-Voltage-gated sodium N

C.81-Voltage-gated sodium Na+ channel allostery as the basis for the scorpion venom model of AI...

Read more

C.80-AIDS Vaccine Thai RV 1

C.80-AIDS Vaccine Thai RV 144 . Correlate of Protection: Envelope gp120 v2 Loop, Which Induces ...

Read more

C.66. Scorpion model of Inf

Hemagglutinin (HA) contains a scorpion toxin, binding to voltage-gated sodium Na+ channel: Na+ ...

Read more